À propos

Le concept de corridor créole est apparu sous la plume de Jay Gitlin dans les années 2000,  sert aujourd’hui à la promotion patrimoniale de la région mais peut servir aussi à penser une Amérique « française » entre les Grands Lacs et le Golfe du Mexique entre le traité de Paris de 1763 et la Guerre de Sécession. Il faut en expliquer ici le sens :

  • « créole » d’abord : il s’agit de constater le maintien d’un peuplement francophone dans l’ancien espace colonial français, et plus encore d’en montrer les dynamiques. Loin d’être un archaïsme en voie de disparition, ce peuplement est en effet en constant renouvellement pendant un siècle, bien que subissant également un processus de minorisation rapide à partir du moment où les Etats-Unis investissent la région de leurs propres dynamiques peuplantes. Les termes employés pour décrire les habitants francophones varient : « Français », « Canadiens », « Créoles »… Ils renvoient à deux phénomènes :
    • d’une part une extrême variété des flux migratoires car non seulement les couloirs fluviaux du Saint-Laurent, du Mississippi ou de l’Ohio continuent d’entretenir des mobilités intracontinentales mais les migrations atlantiques se renouvellement également : Emigrés et Réfugiés de Saint-Domingue côtoient par exemple un nombreux clergé catholique et des migrants économiques français ou suisses.
    • d’autre part une « créolisation » dont il faut penser les ressorts et qui suppose des intermariages entres représentants des différents flux migratoires et le développement d’une forme de conscience collective qu’il faut sans cesse interroger et qui s’emboîte avec d’autres, et avant tout civiques, espagnole, rapidement britannique et surtout étatsunienne.
  • de quel espace s’agit-il ? Le corridor court donc du nord (la région des Grands Lacs, avec Detroit, Michillimackinac ou Green Bay comme pôles) au sud (sur le Golfe du Mexique, La Nouvelle-Orléans et la Louisiane évidemment) en étant structurée par les axes majeurs que sont les vallées de l’Ohio et du Mississippi, ainsi que leurs affluents, en somme le Pays des Illinois en train de muter en un autre chose qui finira pas se nommer diversement « Haut-Sud » ou « Midwest » (à Saint-Louis, Sainte-Geneviève, Vincennes, Louisville…). Mais au-delà de ce corridor, ce sont les connexions qui se révèlent fondamentales. Car il s’agit bien de penser cet espace comme un pont entre des logiques continentales et des logiques atlantiques. Les réseaux migratoires, commerciaux ou religieux lient profondément le corridor au grand Ouest comme à la côte Est et, au-delà, à l’Europe et en font un nœud d’où observer les mutations du monde à différentes échelles, en brassant les narrations du global à l’individuel, du récit de vie à l’analyse quantitative.
  • La chronologie trouve son sens à l’échelle continentale comme à l’échelle globale. 1763 marque la fin du régime français – mais en aucun cas de la présence francophone – sur le continent, et 1861 marque le début de la Guerre de Sécession, brisure fondamentale de l’histoire des Etats-Unis en général et du corridor créole en particulier. Mais la séquence chronologique ainsi définie recoupe aussi le Sattelzeit de Rheinart Koselleck. Des années 1750 aux années 1860 le monde – atlantique, au moins – tente en effet de se réorganiser autour de processus révolutionnaires, de l’émergence des nations et d’une transition de l’Age du Commerce vers une nouvelle forme de capitalisme. Ce sont ces processus croisés qui sont au cœur de l’analyse du corridor créole

Les vallées de l’Ohio et du Mississippi dans le monde atlantique, 1763-1861

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search