Bouncer t. 10 : Retour aux classiques

Le 10e tome de la série western Bouncer, premier volet d’un nouveau dyptique, vient de paraître – et c’est un très bonne nouvelle. Dessinée depuis ses débuts en 2001 par François Boucq et jusqu’ici scénarisée par Alexandro Jodorowsky, la série se caractérisait par un mélange habile de références classiques et de fantastique onirique confinant parfois au baroque. Mélange habile mais fragile : les tome 8 et 9 poussaient tout de même le bouchon un peu loin, le baroque flirtant trop à mon goût avec le Grand-Guignol. Pour ce dixième opus, Jodorowsky a quitté l’aventure et Boucq signe seul l’ensemble de l’album. Sans que cela vaille condamnation du travail de Jodorowsky sur le reste de la série, j’avoue avoir beaucoup aimé ce nouveau tome ! Le dessin de Boucq est comme d’habitude réaliste mais sait faire un pas de côté vers le fantastique. Quant au scénario, il va puiser du côté des éléments traditionnels du canon western : des groupes opposés en quête du même trésor, la mémoire de l’intervention française au Mexique, l’or de Maximilien, les Indiens – et bien sûr les décors mêlés du Sud-Ouest étatsunien et nord mexicain, qui font de la BD western un parfait récit de ce que les historiens nomment les borderlands. On est à la fois dans le Vera Cruz de Robert Aldrich et dans les Blueberry de la meilleur époque (le cycle de l’or confédéré). En bon lecteur de littérature de genre, j’aime retrouver cet univers familier tout en profitant du ton personnel de l’auteur.

 

Une histoire populaire de Nantes

Un conseil de lecture rapide et enthousiaste pour le week-end : filez chercher chez votre libraire préféré Une Histoire populaire de Nantes, d’Alain Croix, Thierry Guidet , Gwenaël Guillaume et Didier Guyvarc’h, publiée aux Presses universitaires de Rennes. L’ouvrage ne recule pas devant la difficile définition du « peuple », le vrai défi des « histoire populaire ». Il livre surtout un beau récit des « luttes et des rêves »[1] de générations de Nantais peu présents dans les archives comme dans les livres et longtemps occultés par la figure brillante du grand négoce. Les rédacteurs n’éludent pas les débats historiographiques qu’ils savent rendre accessibles au plus grand nombre et leur travail constitue de fait un intéressant aiguillon pour les historiens avides de réflexion sur leurs pratiques. Une histoire militante et chaleureuse – à un prix, 15 euros, particulièrement attrayant.

[1] Pour reprendre le titre de Michèle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves. Une histoire populaire de la France, Paris, Zones/La Découverte, 2016.

L’inimaginable près de chez soi

Je fréquente peu les archives départementales de la Charente-Maritime, pourtant à quinze minutes en vélo de chez moi. Mes propres recherches ne m’y mènent guère naturellement et c’est donc davantage pour travailler avec mes étudiants sur ce qu’est l’archive que j’utilise traditionnellement leurs fonds.
C’est avec un objectif un peu similaire que je m’y suis rendu ce mardi. Ce 25 janvier, je participe, avec des collègues, à la Nuit des Idées, à laquelle La Rochelle s’associe pour la 1e fois cette année. Parti à la découverte de matière pour alimenter mon intervention, j’ai trouvé le nécessaire mais bien plus encore – et mon voyage archivistique m’a conduit, de manière bien inattendue, jusque dans mon Missouri familier.

Continuer la lecture de L’inimaginable près de chez soi

Depuis le musée de Sainte-Geneviève

En novembre dernier, je séjournais une nouvelle fois dans le Missouri grâce à une bourse de la Société Historique de la Cour Suprême de l’Etat et donnais le jeudi 9 novembre à Saint-Louis, une conférence sur la ville de Sainte-Geneviève entre 1800 et 1860 à l’Université Webster. De retour en France le mardi suivant et sans transition, j’entamais la tournée de visites des enseignants stagiaires que je suis dans le cadre du Master enseignement, éducation et formation de l’Université de La Rochelle. J’étais alors frappé par un sentiment inconfortable de grand écart entre ces deux activités, celle du chercheur et celle de l’enseignant. Désormais bien remis du décalage horaire, je m’interroge pourtant : y a-t-il donc un si grand fossé entre les deux ?

Le musée de Sainte-Geneviève

Continuer la lecture de Depuis le musée de Sainte-Geneviève

Rêves épiscopaux en 1815 : un marché du livre français dans la vallée du Mississippi ?

À l’occasion d’un cours de Master 1 la semaine dernière, je suis revenu sur un dossier en cours, qui avance moins vite que je ne le souhaiterais, l’histoire du livre français dans le Kentucky et le Missouri du premier XIXe siècle. J’ai soumis à mes étudiants une lettre de Mgr Flaget, évêque de Bardstown puis de Louisville entre 1808 et 1850, où il explique avec pompe que la vallée du Mississippi doit naturellement s’ouvrir aux ouvrages de piété français.

Continuer la lecture de Rêves épiscopaux en 1815 : un marché du livre français dans la vallée du Mississippi ?

Sainte-Genevieve en 1830 et 1840 : lire les recensements fédéraux

Au fil de compte-rendus récents ou de billets dans ce carnet, j’ai à plusieurs reprises critiqué le manque d’analyses quantitatives chez certains historiens étatsuniens – avec quelque scrupule malgré tout car, dans le même temps, je n’avais de cesse moi-même de livrer ici itinéraires individuels et histoires singulières tirées des archives. Il est donc de bon ton que je livre maintenant quelques chiffres.

Continuer la lecture de Sainte-Genevieve en 1830 et 1840 : lire les recensements fédéraux

Les chapeaux de Rochambeau

Avant la rentrée, je me suis offert le plaisir de quelques recherches estivales en archives. Toujours sur la piste française des Dacosta avant que l’un d’entre eux ne parte aux Etats-Unis, j’ai découvert, aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine, les fonds de la manufacture royale de chapeaux de Rennes. Ce document s’y trouvait sous la cote C 1514.

Continuer la lecture de Les chapeaux de Rochambeau

Plonger dans la Méditerranée du XVIe siècle

J’avais repéré le dernier ouvrage de Noel Malcolm à sa sortie il y a deux ans et il m’avait attiré : étudier la Méditerranée du XVIe siècle à travers le destin de deux familles albanaises, les Bruni et les Bruti, me semblait fascinant et devait pouvoir alimenter ma réflexion théorique sur ce que je faisais avec les Rozier et les Desloges dans l’Atlantique du XIXe siècle. J’ai enfin réussi cet été à prendre le temps de lire Agents of Empire[1].

Continuer la lecture de Plonger dans la Méditerranée du XVIe siècle

Joseph Desloge, ou : jusqu’où chercher ?

Firmin Desloge, je l’ai déjà écrit, est issu d’une famille de marchands nantais déclassés par la Révolution. Lui, ses frères et ses sœurs ont dû, avec leurs parents, se réinventer pour se reclasser au début du XIXe siècle. Si Firmin a bien réussi l’opération dans le Missouri, d’autres peuvent en dire autant en France ou ailleurs.  J’étais ces jours-ci aux archives municipales de Morlaix à la poursuite de Joseph[1].

Continuer la lecture de Joseph Desloge, ou : jusqu’où chercher ?

De la farine américaine dans l’estuaire de la Loire en 1795

Il y a deux semaines, aux archives municipales de Nantes en quête de fonds m’éclairant sur les rapports entre la ville et les Etats-Unis pendant la Révolution française afin de comprendre, encore et toujours, ce que les familles Audubon, Rozier et Dacosta percevaient de l’Amérique avant d’y envoyer un des leurs, j’ai ouvert un de ces dossiers qui immédiatement émerveillent par leur capacité à faire naître des images, des histoires – et des questions pour l’historien.

Continuer la lecture de De la farine américaine dans l’estuaire de la Loire en 1795

Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) et son journal, 1812-1821. 2ème partie.

Au fil des années, je me suis servi de ces sept cahiers dans quelques publications, de même que du carnet de 1814. J’ai en revanche abandonné depuis longtemps l’idée d’une édition scientifique de l’ensemble. Dans l’abondance de mes chantiers en cours, une exploitation ponctuelle des textes s’est avérée souvent plus aisée et satisfaisante. Et il faut bien le dire, après quelques dix ans consacrés à la matière catholique, j’ai fini par me lasser !

Continuer la lecture de Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) et son journal, 1812-1821. 2ème partie.

Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) et son journal, 1812-1821. 1ère partie.

En 2008, je cherchais à en savoir plus sur le père Joseph Babad, relais français dans les années 1850 de Joseph Cretin, évêque de Saint-Paul (Minnesota). Babab était un Chartreux. En juillet, je partis donc à Lyon visiter le lycée des Chartreux, qui arbrite les archives de la Société des Missionnaires du même nom, créée en 1816.

Continuer la lecture de Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) et son journal, 1812-1821. 1ère partie.

Geneviève Beauchesne, archiviste, 1957

En 1964, Alice Ford publiait une biographie de John James Audubon qui sur certains points fait encore office de référence. Parmi les nombreux remerciements liminaires, elle offrait celui-ci :

« Mademoiselle Geneviève Beauchesne, archiviste de la Marine de Lorient de Rochefort-sur-Mer, merits gratitude beyond the vocabulary of praise. Through heroic co-operation not only upon my visits to France, but during a five-year-long exchange while she pursued each my many indications, she swept away the hoary myths about Audubon’s naval career[1] ».

Continuer la lecture de Geneviève Beauchesne, archiviste, 1957

Une lettre sans doute inédite de Jean-Jacques (John James) Audubon

En janvier, à Sainte-Geneviève, des descendants de Ferdinand Rozier m’ont confié des copies de deux documents. L’un est le contrat liant le Nantais à Jean-Jacques Audubon, contrat déjà connu par la version d’Audubon[1] et dont la version Rozier était donc demeurée dans la famille. L’autre est une lettre envoyée par la future gloire américaine au marchand de Sainte-Geneviève.

Continuer la lecture de Une lettre sans doute inédite de Jean-Jacques (John James) Audubon

Les vallées de l’Ohio et du Mississippi dans le monde atlantique, 1763-1861