Georges MOrhard, addenda

Une étudiante m’a signalé en TD ce matin que Michel Cordillot avait modifié la notice consacrée à Morhard dans la version en ligne de La Sociale en Amérique. Son nom est mal orthographié « Mohrard » mais lui-même est bien redevenu suisse et auteur d’une brochure qui ne figure pas dans la liste que j’ai indiquée dans le précédent billet, Plan d’une agence pour la réception, la direction et le placement des prolétaires européens dans l’Amérique du Nord, dont Cordillot dit qu’elle fut approuvée par Blanqui aîné, Michelet et Hugo[1]. La brièveté de la notice est frustrante et il n’en demeure pas moins que le positionnement de Morhard semble peu « socialiste », que son appartenance au « mouvement social » est ambigüe. La Revue Suisse signale ainsi en 1847 qu’il cherche bien à organiser une société de colonisation avec un capital de 300 000 francs et qu’il avait pris contact pour ce faire avec « les capitalistes genevois [qui] avaient accueilli avec bienveillance [ses] idées », notamment Frédéric-Auguste Cramer, bon représentant des élites conservatrices locales derrière la figure de Jean-Jacques Rigaud. Conseiller d’État puis syndic, il est député au Grand Conseil au moment où il soutient Morhard. Visiblement les désaccords ont contribué à l’éclatement de la première structure et Morhard demande aux travailleurs et aux « petits capitalises » d’« éveiller l’intérêt de la classe riche », son objectif premier étant la rencontre entre les intérêts des prolétaires qui pourraient sortir de leur condition en passant en Amérique et ceux des patrons qui verraient de la sorte d’éloigner le spectre socialiste[2].


[1] http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article164771&id_mot=, consulté le 5 avril 2019.

[2] Revue Suisse, tome X, 1847, chronique de mars, p. 230. Olivier Perroux, « Tradition, vocation et progrès. Les élites bourgeoises de Genève (1814-1914) », thèse, Université de Genève, 2003, p. 59-60. Notice « Frédéric-Auguste Cramer » du Dictionnaire historique de la Suisse, http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F7218.php, consulté le 5 avril 2019.

Georges Morhard et la Revue de l’Ouest.

La semaine dernière déjà j’avais voulu rédiger un billet sur les trois séances – trois groupes de TD de L1 – du cours intitulé « Méthodologie pour une histoire des médias » des mercredi, jeudi et vendredi. Et puis, le temps a manqué. J’y reviens malgré tout cette semaine, un maigre créneau se libérant et le Missouri faisant son apparition dans le cours.

Continuer la lecture de Georges Morhard et la Revue de l’Ouest.

Des mammifères de Sainte-Geneviève et de la société humaine qu’ils révèlent

Il était beaucoup question de mammifères ces derniers temps dans mon travail de recherche. Il s’agissait d’argumenter pour intégrer un nouveau laboratoire, d’envisager de futurs projets en histoire environnementale, de discuter mulets avec Eric Fabre ou de traiter des données fiscales de Sainte-Geneviève.

 

Continuer la lecture de Des mammifères de Sainte-Geneviève et de la société humaine qu’ils révèlent

1848, retour de colloque.

En rentrant du colloque « Les mondes de 1848 », qui a lieu mi-décembre, j’étais ravi. Il est en effet très rare de profiter durant trois pleines journées de moments d’échanges si intenses, si riches et si cohérents. Le mérite en revient d’abord aux organisateurs de l’événement, que je remercie grandement : Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix et Clément Thibaud.

Continuer la lecture de 1848, retour de colloque.

Les locataires de Joseph Campau, 1843-1853. Une autre histoire du Michigan

 

En passant par Détroit il y a un mois, j’ai découvert la Burton Historical Collection, autrement dit les fonds anciens de la bibliothèque municipale. Plusieurs collègues m’en avaient dit le plus grand bien et j’ai voulu voir par moi-même, à titre de comparaison aves les ressources missouriennes et kentuckiennes que je connais bien.

Continuer la lecture de Les locataires de Joseph Campau, 1843-1853. Une autre histoire du Michigan

La maison de François Baby

 

Présent à Windsor, Ontario, à la faveur d’un colloque sur les Pays d’en-Haut et des Illinois, j’en ai profité pour visiter la maison François Baby. Restaurée dans l’après-guerre – mais sur la foi de documents de 1860 et non de son état originel au tout début du XIXe siècle – elle fut bâtie par un des notables de cette portion du Haut-Canada qui fait directement face à Détroit, où il était né et d’où il était parti pour rester fidèle aux Britanniques quand la ville avait été cédée aux États-Unis en 1796. La maison est actuellement un musée.

Continuer la lecture de La maison de François Baby

Les violons de Sainte-Geneviève

La semaine dernière à Bruxelles, j’étais émerveillé par le Musée des Instruments de Musique, qui parvient à bien contextualiser une histoire sociale et matérielle de la musique en partant d’objets du plus trivial au plus sophistiqué, du plus « populaire » au plus élitiste. Et mes pensées sont allées, comme souvent dans ces cas-là, vers Sainte-Geneviève, Missouri.

Les historiens ne se sont pas penchés sur l’histoire de la musique au Pays des Illinois ou lorsque celui-ci s’est transformé en Etats de l’Illinois ou du Missouri. Carl Ekberg cite incidemment un esclave africain-américain jouant du violon pour des Anglais en 1794, comme exemple d’activités serviles débordant du cadre légal. De même il rapporte que le voyageur Thomas Ashe en 1806 considérait que chaque maison avait son violoniste[1]. Comme je suis plongé ces temps-ci dans les nombreux registres qu’on laissés les marchands de Sainte-Geneviève, j’ai cherché les violons dans celui tenu par Jacques Guibourd entre 1799 et 1801[2]. Cent soixante-six clients apparaissent au fil d’une classique comptabilité à double entrée et j’ai noté quatorze occurrences musicales, toutes violoneuses. En fait à treize reprises Guibourd vend des cordes, le plus souvent des jeux complets, et une fois il est fait mention d’une gourde payée pour Pierre Provenchère « à un joueur de violon ». Mais on peut supposer que les acheteurs de cordes sont soit des joueurs soit des parents de joueurs – il n’y a de toutes façons que des hommes dans le registre, alors qu’une partie des produits vendus est à l’évidence à destination de femmes. Ceci dit, on ne sait guère qu’une chose, avec ce registre : en 1799-1801, on joue du violon à Sainte-Geneviève – aucun autre instrument ne se laisse deviner. Mais comment en joue-t-on, que joue-t-on, quels sont les usages sociaux de la musique ? Là nous sommes dans l’ombre avec cette seule source. Tout juste peut-on émettre des hypothèses en fonction des acheteurs et de leur stratification sociale, sans vouloir pour autant créer a priori des catégories rigides: il est vraisemblable que le violon, ses airs et sa pratique, dans la famille de l’aristocrate émigré Lassus de Luzières, gouverneur du district de New Bourbon, ne soit pas identiques à celles d’autres acheteurs liés au monde de la traite des fourrures et de l’agriculture. Affaire à suivre, peut-être.

[1] Carl Ekberg, Colonial Ste. Genevieve. An Adventure on the Mississippi Frontier. Carbondale, Southern Illinois University Press, 2014 [1985], p. 209 et p. 330. Thomas Ashe, Travels in America, performed in 1806, for the purpose of exploring the rivers Alleghany, Monongahela, Ohio and Mississippi, and ascertaining the produce and condition of their banks and vicinity, Londres, Richard Philipps, 1808.

[2] Missouri Historical Society, Louis Guibord Collection, registre de Jacques Guibourd, 30 novembre 1799-14 avril 1801.

Messieurs de Saint-Malo

Je me souviens que lors des noces d’or de mes grands-parents maternels, ce qui m’avait frappé dans la pièce de la mairie de Saint-Malo où la cérémonie avait lieu, c’était que sur un petit guéridon trônait un gros ouvrage qui m’avait fait forte impression: la première édition, toute fraîche – 1990 – , aux éditions L’Ancre de Marine, de la thèse d’État d’André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV.

Continuer la lecture de Messieurs de Saint-Malo

Un exorcisme et une procession : le Kentucky catholique de 1812

Je ne résiste pas à la tentation de livrer, parfois, des sources brutes fascinantes. Ici, Mgr Flaget, une année à peine après son arrivée dans le Kentucky, se confie à Simon Bruté de Rémur, sulpicien breton fraîchement recruté et demeuré pour sa part à Baltimore. Il fait face à ce qu’il pense pouvoir être un cas de possession. La cause en serait à chercher chez « une négresse » évidemment sorcière et elle permet de montrer aux protestants l’étendue des pouvoirs des objets et des rites catholiques.

Continuer la lecture de Un exorcisme et une procession : le Kentucky catholique de 1812

Bande dessinée, Floride et mise en récit : une merveille

Jean Dytar livre avec Florida (Delcourt, 2018) une extraordinaire réflexion en bande dessinée sur ce qu’est un récit historique, en l’occurrence celui de la colonisation avortée de la Floride par les Huguenots au XVIe siècle, et ce au-moins à deux niveaux. D’abord en inventant la figure d’Éléonore, épouse du dessinateur bien réel Jacques Le Moyne, comme porte d’entrée dans un entrelacs de relations complexes entre acteurs français et anglais de cette histoire : l’historien ne peut a priori se permettre un tel procédé[1], qui pourtant ici se révèle d’une réelle richesse scientifique en plus d’offrir un jeu narratif dessiné haletant. Ensuite en interrogeant non pas l’expédition de Floride en elle-même mais son impossible récit : Jacques Le Moyne, rescapé du désastre, ne peut pendant longtemps en parler, avant de finalement se livrer à son épouse – mais pas à Walter Raleigh ou Richard Hakluyt qui voudraient se servir de son récit pour leurs propres projets virginiens ; ses dessins ont été détruits en Floride même, rendant l’expérience invisible ; le récit de Laudonnière, chef de l’expédition, finit par être publié mais il faut définitivement des images et l’éditeur et graveur Théodore de Bry décide alors d’en fabriquer en mêlant pour représenter la Floride ce qu’en ont dit les Huguenots mais aussi des éléments épars circulant depuis le début de la conquête européenne de la l’Amérique. Et c’est finalement à la naissance d’un imaginaire européen que l’on assiste, ce que la postface de Frank Lestringant indique bien et ce que Jean Dytar lui-même explicite de manière exemplaire sur son site, passionnant complément  de l’album (http://www.jeandytar.com/) . Indispensable pour les historiens et les autres !

[1] Encore que : voir dans des genres différents les personnages de Thierry Ginestous, La solitude au village : approche micro-historique de la condition féminine au XIXe siècle, Paris, Mare & Martin, 2007 ; et de Thomas Bouchet, De colère et d’ennui. Paris, chronique de 1832, Paris, Anamosa, 2018.

Les vallées de l’Ohio et du Mississippi dans le monde atlantique, 1763-1861