LPPR. le DÉgoût

Ces derniers jours, entre des cours en visioconférence qui laissent un goût amer, j’ai discuté avec doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s. La LPPR me déprime et me fait enrager à la fois mais elle ne bouche pas complètement mon avenir, tant je peux me concentrer sur le cœur de mon métier (la production et la diffusion de savoirs critiques en histoire) sans en subir d’excessives conséquences. Ce que ces jeunes chercheuses et chercheurs me disent, eux, c’est un découragement un dégoût profond : à quoi bon tenter même d’entrer dans la carrière ?  Se battre pour des voies étroites et précarisées, sans garantie de transparence des candidatures, pour exercer dans des conditions indignes à tous points de vue ? Mieux vaut rester dans l’enseignement secondaire et poursuivre ses recherches tranquillement, sans pression, à son rythme, tout en diffusant au mieux les savoirs et donc les manières d’exercer sa citoyenneté. La LPPR produit cela, une désaffection, un écœurement. Elle le produit chez moi, mais plus grave encore elle le produit chez ceux qui devraient être l’avenir de la recherche française. Elle tue l’avenir de la recherche. Comment espérer dans un système constamment sous-financé, bientôt aux mains de pouvoirs locaux sans limites, contraint à des exigences de production bâclée au service des intérêts de court terme de l’Etat, des collectivités locales ou des entreprises, alors qu’il sera même illégal de protester au sein des établissements ? Mais quels savoirs veut-on que nous produisions et enseignions ? De quel projet de société cette LPPR est-elle le nom ?

Comparer, tuiler, les expériences bretonnes et missouriennes : reconfigurer un projet.

Il y a plus de deux ans j’avais écrit une première version de l’introduction de ce qui devait un jour devenir un livre centré sur l’expérience migratoire des familles Rozier/Desloge – et dans une moindre mesure des Audubon et des Dacosta – de Nantes vers le Missouri, construit sur un mode très narratif entre le milieu du XVIIIe siècle et le déclenchement de la Guerre de Sécession. A l’automne dernier encore, j’affirmais en séminaire que l’essentiel de la recherche était bouclé et que notamment les chapitres « bretons » étaient prêts à être rédigés alors qu’il demeurait du traitement statistique d’archives missouriennes à réaliser. Résultat : me voici en été 2020, plus de huit ans après que le chantier a été lancé et il se trouve en pleine reconfiguration – et les archives bretonnes ont été encore davantage mises à contribution.

Continuer la lecture de Comparer, tuiler, les expériences bretonnes et missouriennes : reconfigurer un projet.

De Sainte-Geneviève vers l’amont toujours : les routoirs du Trégor

Après les fils de Rennes, les toiles Bretagnes. Bien mieux connues, bien sûr, mais rien ne vaut le passage par le terrain. Guibourd et Provencher les vendaient à Sainte-Geneviève, il fallait donc aller voir les routoirs dans lesquels les Trégorrois mettaient à rouir le lin, première étape qui allait mener à la production des toiles.

Continuer la lecture de De Sainte-Geneviève vers l’amont toujours : les routoirs du Trégor

De Sainte-Geneviève, tirer les fils mène à Rennes

Autour de 1800, Jacques Guibourd et Pierre Provenchère tiennent une boutique à Sainte-Geneviève, dans la Haute-Louisiane espagnole, sur les rives du Mississippi. Tous deux sont des Français qui ont choisi cette terre lointaine car elle était résolument royale et catholique, loin des révolutions qu’ils fuyaient à Saint-Domingue et en France. En cela ils font de l’ancien Pays des Illinois un refuge contre-révolutionnaire, l’insérant dans les logiques politiques atlantiques. Le livre de compte de leur boutique qui subsiste et qui porte sur la période courant d’octobre 1799 à octobre 1800 montre d’autres logiques atlantiques : celles de la circulation de la production textile européenne.

Continuer la lecture de De Sainte-Geneviève, tirer les fils mène à Rennes

Pour résoudre la crise de l’université, accentuons les phénomènes qui en sont la cause…

J’ai pris connaissance hier du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche pour les années 2021 à 2030 qui sera présenté en conseil des ministres le 8 juillet http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_PROJET_DE_LOI.pdf  . Et l’écœurement est absolu. Nous sommes dans le « monde d’après », celui dans lequel il faut se « réinventer » : la réinvention consiste ici, comme pour l’hôpital, la crise environnementale et j’en passe, en l’accentuation de toutes les évolutions contre lesquelles les protestations étaient actives ou montaient quand la covid-19 a surgi.

Continuer la lecture de Pour résoudre la crise de l’université, accentuons les phénomènes qui en sont la cause…

De quelques marins de tous horizons

Rozier fils, commerçant à Sainte-Geneviève, allait une fois par an, au début du XIXe siècle, à Phildelphie et à New York s’approvisionner en produits européens pour remplir sa boutique de la vallée du Mississippi. Son père aussi, depuis Nantes, faisait circuler les produits : majoritairement, avant la Révolution, il envoyait ses navires en Méditerranée, animant un circuit de grand cabotage encore mal connu. Or il concerne à cette époque plusieurs dizaines de voyages par an au départ de Nantes et fait se rencontrer des hommes de tous horizons géographiques parmi les équipages concernés.

Continuer la lecture de De quelques marins de tous horizons

Rennes-Limoges, aller-retour

La partie française de la vie des Rozier/Desloge m’entraîne à fouiller le monde du négoce atlantique de la fin du XVIIIe siècle mais aussi celui des marchands qui animent les routes de la Bretagne et d’ailleurs à la même époque. Incidemment, le temps de quelques pièces trouvées aux archives départementale d’Ille-et-Vilaine, ma capitale, Rennes, et mon désormais point d’ancrage professionnel, Limoges, se sont trouvés liés en germinal an 3 (avril 1795).

Continuer la lecture de Rennes-Limoges, aller-retour

Compter les femmes qui travaillent : Missouri, Illinois, 1860

Les historiens étatsuniens savent bien à quel point l’usage du recensement fédéral comme source est complexe. En voulant analyser les structures sociales de quelques petites villes du sud-est du Missouri et en les comparant à Chester (Illinois) en 1860, j’en ai eu la confirmation : le travail des femmes y est particulièrement difficile à lire.

Continuer la lecture de Compter les femmes qui travaillent : Missouri, Illinois, 1860

Espoirs à La Nouvelle-Madrid, 1803

J’ai déjà évoqué dans deux billets de 2016 la figure de Mathurin Michel Amoureux, passé du commerce américain mené depuis Lorient dans les années 1780 au négoce à Sainte-Geneviève dans les années 1810. En 1803, il était installé à New Madrid (la Nouvelle-Madrid) et son été était plein de grands espoirs : la France s’installait de nouveau en Louisiane. Une missive qu’il a envoyé au nouveau gouverneur Laussat révèle l’ironie de ces rêves douchés par la cession immédiate du territoire aux États-Unis.

Continuer la lecture de Espoirs à La Nouvelle-Madrid, 1803

Non, James Berthoud n’était pas Bon-Hervé Érard de Belisle, marquis de Saint-Pierre

Mon précédent billet sur les frères Pernot et leur ascendance supposément nobiliaire m’a fait replonger dans le dossier James Berthoud. L’homme est surtout connu pour avoir été le père de Nicholas Berthoud, beau-frère et ami de John James Audubon, et depuis près d’un siècle on lui attribue une bien curieuse identité.

Continuer la lecture de Non, James Berthoud n’était pas Bon-Hervé Érard de Belisle, marquis de Saint-Pierre

Quantifier. petit bilan après trois mois et demi de silence

Je n’ai rien écrit sur ce carnet depuis le début du mois d’avril… Les raisons ne manquent pas et je peux en trouver d’éminemment personnelles dont mon changement de prénom – Soazig désormais – témoigne. Mais ce mutisme a aussi des explications professionnelles. J’ai passé beaucoup de temps, en effet, le nez dans les archives depuis avril, en revoyant mes façons de faire. Ma perspective sur la famille Rozier et son monde en est sortie décalée. La rentrée – à Limoges, autre changement – approchant, il est temps d’envisager de freiner le travail archivistique, ce qui permet d’en tracer un rapide bilan.

Continuer la lecture de Quantifier. petit bilan après trois mois et demi de silence

Georges MOrhard, addenda

Une étudiante m’a signalé en TD ce matin que Michel Cordillot avait modifié la notice consacrée à Morhard dans la version en ligne de La Sociale en Amérique. Son nom est mal orthographié « Mohrard » mais lui-même est bien redevenu suisse et auteur d’une brochure qui ne figure pas dans la liste que j’ai indiquée dans le précédent billet, Plan d’une agence pour la réception, la direction et le placement des prolétaires européens dans l’Amérique du Nord, dont Cordillot dit qu’elle fut approuvée par Blanqui aîné, Michelet et Hugo[1]. La brièveté de la notice est frustrante et il n’en demeure pas moins que le positionnement de Morhard semble peu « socialiste », que son appartenance au « mouvement social » est ambigüe. La Revue Suisse signale ainsi en 1847 qu’il cherche bien à organiser une société de colonisation avec un capital de 300 000 francs et qu’il avait pris contact pour ce faire avec « les capitalistes genevois [qui] avaient accueilli avec bienveillance [ses] idées », notamment Frédéric-Auguste Cramer, bon représentant des élites conservatrices locales derrière la figure de Jean-Jacques Rigaud. Conseiller d’État puis syndic, il est député au Grand Conseil au moment où il soutient Morhard. Visiblement les désaccords ont contribué à l’éclatement de la première structure et Morhard demande aux travailleurs et aux « petits capitalises » d’« éveiller l’intérêt de la classe riche », son objectif premier étant la rencontre entre les intérêts des prolétaires qui pourraient sortir de leur condition en passant en Amérique et ceux des patrons qui verraient de la sorte d’éloigner le spectre socialiste[2].


[1] http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article164771&id_mot=, consulté le 5 avril 2019.

[2] Revue Suisse, tome X, 1847, chronique de mars, p. 230. Olivier Perroux, « Tradition, vocation et progrès. Les élites bourgeoises de Genève (1814-1914) », thèse, Université de Genève, 2003, p. 59-60. Notice « Frédéric-Auguste Cramer » du Dictionnaire historique de la Suisse, http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F7218.php, consulté le 5 avril 2019.

Georges Morhard et la Revue de l’Ouest.

La semaine dernière déjà j’avais voulu rédiger un billet sur les trois séances – trois groupes de TD de L1 – du cours intitulé « Méthodologie pour une histoire des médias » des mercredi, jeudi et vendredi. Et puis, le temps a manqué. J’y reviens malgré tout cette semaine, un maigre créneau se libérant et le Missouri faisant son apparition dans le cours.

Continuer la lecture de Georges Morhard et la Revue de l’Ouest.

Les vallées de l’Ohio et du Mississippi dans le monde atlantique, 1763-1861

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search