Sainte-Geneviève (Missouri) et le monde atlantique: Michel Amoureux en 1813. Suite.

Reprenons cette note envoyée par Amoureux à Depestre et intéressons-nous cette fois-ci aux produits.

Ils peuvent être facilement divisés en trois catégories :

  • des produits textiles d’abord. Il faut noter qu’Amoureux couvre une large gamme : des toiles à chemise d’Europe du Nord qui ne peuvent être introduites que par des navires suédois ou russes du fait du contexte de guerre (la Guerre de 1812 redoublant dans l’Atlantique et sur le continent les guerres napoléoniennes) ; des mouchoirs de Cholet et d’ailleurs ; et surtout des indiennes, que l’on peut remplacer le cas échéant mais qu’Amoureux souhaite pouvoir importer jusqu’à Sainte-Geneviève. Dans l’ensemble c’est donc toute la population locale qui est habillé et équipée de toiles d’importation (peut-être que les esclaves eux-mêmes portent des chemises de Silésie), mais l’importation de produits de luxe ou demi-luxe est ici doublement intéressante.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Lorient#/media/File:Jacques-Nicolas_Bellin_-_Carte_de_l%27Enclot_de_Lorient.jpg
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Lorient#/media/File:Jacques-Nicolas_Bellin_-_Carte_de_l%27Enclot_de_Lorient.jpg

D’abord parce qu’elle inscrit Sainte-Geneviève dans des circulations larges d’un point de vue spatial comme social : cela révèle l’insertion de la ville dans les réseaux du grand commerce atlantique et l’existence localement d’élites capables à la fois de se tenir au fait de l’évolution des goûts (les indiennes sont en ce début du 19e siècle en fin de course mais toujours là) et d’acheter les produits en question. Carl Ekberg avait noté qu’autour de 1800 François Vallé faisait venir par l’intermédiaire du marchand néo-orléanais Berte Grima des marchandises nouvelles, mais sans creuser véritablement la question[1]. Il faudra donc reprendre le dossier.

Ensuite parce Michel Amoureux, en commerçant les indiennes et les autres toiles, ne fait que poursuivre depuis Sainte-Geneviève un travail engagé à Lorient et qu’il permet donc de produire un récit neuf de l’histoire de la moyenne vallée du Mississippi. Les sources sont très rares, je l’ai dit, sur l’activité lorientaise d’Amoureux. Mais les quelques traces qui en subsistent le font traiter avec John Ross de la « pacotille », c’est-à-dire vraisemblablement des indiennes[2], et le fonds Dobrée des Archives de Nantes montre Ross envoyant par Lorient, via d’autres qu’Amoureux, des toiles, soies et autres mousselines vers les Etats-Unis[3]. Lorient était de toutes façons, et fort logiquement étant donnée sa vocation première, très culturellement portée vers les indiennes[4]

 

  • Amoureux commande ensuite des imprimés, auquel on peut associer l’étui de mathématique : deux cartes à petite échelle représentant l’Allemagne dans sa partie annexée à l’Empire (entre Rhin et Escaut) et dans sa partie demeurée indépendante mais éclatée, et trois ouvrages : le code Napoléon dans toutes ses déclinaison, et des grammaires – une italienne pour un destinataire précis mais anonyme, un francophone désireux d’apprendre l’italien, ce qui ne manque pas piquer la curiosité à Sainte-Geneviève en 1813 ; et six françaises, qui ne peuvent être destinées à aucun établissement scolaire puisque la région en est encore dépourvue et dont l’usage demeure mystérieux, aussi mystérieux que celui des cartes d’Allemagne. Dans tous les cas il appert qu’Amoureux prend là des commandes de particuliers et qu’il y a donc une demande à Sainte-Geneviève pour ce type de produits, donc pour cette curiosité, cette ouverture encore à l’Europe, peut-être de la part de ces migrants récents de toutes sortes qui se retrouvent sur les rives du Mississippi.
  • Le dernier élément – les graines – révèle une culture agronomique très fermement établie chez Michel Amoureux, issue d’une éducation des Lumières chez un homme qui fut un négociant lorientais né en 1747 et formé comme tel[5]. Mais il montre aussi la volonté de ne pas tant développer les espèces locales que d’importer les végétaux européens, considérés sans doute comme les valeurs de référence. De ce point de vue Amoureux participe d’une histoire environnementale, celle des échanges « post colombiens »[6] à l’ère de l’agronomie scientifique.

Cette rapide incursion dans l’univers commercial de Michel Amoureux doit permettre de proposer un récit alternatif à celui qui oppose trop facilement, autour d’un point de rupture unique et même de manière implicite, époque coloniale et époque nationale. La première serait celle des grands marchands de Saint-Louis, investis dans le commerce des fourrures et sur lesquels s’appuient les autorités espagnoles puis américaines[7] ; la deuxième serait celle des marchands anglo-américains qui à partir des années 1830 soit transforment la « Frontière » en civilisant le pays (dans la version ancienne de Lewis Atherton[8]) soit apportent localement la révolution du marché (dans la version modernisée, au moins dans le vocabulaire si ce n’est dans le schéma narratif, de Jeff Bremer[9]). Non seulement il y a là deux champs historiographiques qui dialoguent peu mais ils mettent en fait l’accent sur une disjonction chronologique qu’il faut interroger plus finement en étant attentif à l’ensemble des acteurs et en prenant en écharpe une large période qui court de la séquence 1763/1764 (fin du régime français et fondation de Saint-Louis) à la Guerre de Sécession.

[1] Carl. J. Ekberg, Colonial Ste. Genevieve. An Adventure on the Mississippi Frontier, Carbondale : Southern Illinois University Press, 2014 [1985], p. 171-172.

[2] Missouri History Museum, Fonds Amoureux-Bolduc, Box 1, folder 1, états financiers de la maison Amoureux-Champigny.

[3] Archives de Nantes, 8Z2A93, fonds Dobrée, factures de John Ross.

[4] Eugénie Margoline-Plot, « Les circuits parallèles des toiles de l’océan Indien. Lorient au XVIIIe siècle », Histoire urbaine, 2011/1 (n° 30), p. 109-125; Catherine Guillevic, L’impact d’une ville nouvelle dans la Bretagne du XVIIIe siècle. Lorient & et la Compagnie des Indes, Rennes, Presses universitaires de Rennes,  2015, p.  342-349. Il faut noter que les réseaux fréquentés par Amoureux à Lorient pendant la Guerre d’Indépendance et dont l’existence à Lorient est bien attestée, autour de Ross, Anderson ou Jonathan Nesbitt, ne sont pas mentionnés dans les deux études sur le sujet : Evelyne Driano, « Le port de Lorient pendant la Guerre d’Indépendance américaines (1778-1783) », mémoire de maîtrise, Rennes II, 1985 ; et Gérard Le Bouëdec, « Lorient et les Etats-Unis : les espoirs et les déceptions du milieu négociant lorientais (de la Guerre d’Indépendance à 1790) », dans La Bretagne, une province à l’aube de la Révolution, Brest, CRBC, Quimper, Société archéologique du Finistère, 1989, p. 41-50.

[5] Franco Angiolini et Daniel Roche (dir.), Cultures et formations négociantes dans l’Europe moderne, Paris, Éd. de l’EHESS, 1995.

[6] Pour déplacer l’expression d’ Alfred W. Crosby, The Columbian Exchange: Biological and Cultural Consequences of 1492, Westport, Greenwood Press, 1972.

[7] Voir par exemple Stephen Aron, American confluence: The Missouri frontier from borderland to border state, Bloomington, Indiana University Press, 2006.

[8] Lewis Atherton, The Frontier Merchant in Mid-America, Columbia, University of Missouri Press, 1971 (1939).

[9] Jeff Bremer, ‘A Store Almost in Sight’: The Economic Transformation of Missouri from the Louisiana Purchase to the Civil War, Iowa City, University of Iowa Press, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.