Encore le Fil de Rennes sur les deux continents

J’ai appris la semaine dernière qu’il n’y avait pas qu’un seul importateur de fil de Rennes au Pays des Illinois, mais cette semaine que c’est aussi dans le Morbihan que la question peut être éclaircie

Grâce à Michelle Miller, archiviste de l’Abraham Lincoln Presidential Library and Museum que je remercie ici, j’ai eu accès à distance aux archives de Barthélémy Tardiveau : ce Français tenait boutique à New Madrid (au sud de Sainte-Geneviève, Missouri) dans la deuxième moitié des années 1790 et, comme Guibourd et Provenchère mais à un degré moindre, y diffusait du fil de Rennes[1]. Cela n’en rend l’enquête sur l’origine de ce fil que plus impérieuse. Aux archives départementales du Morbihan cette semaine quelques aspects nouveaux sont apparus dans deux directions.

D’abord grâce au maximum, qui continue d’avoir mauvaise presse bien que réévalué notamment par Dominique Margairaz: vraie tentative de  politique économique  cohérente il reste stigmatisé comme fauteur de désordres[2]. Mais le dispositif est rarement étudié dans sa construction à l’échelle locale. A vrai dire j’avais déjà effleuré le problème l’année dernière en tombant incidemment dans les archives des Deux-Sèvres sur le tableau du maximum de Bordeaux (la loi de ventôse an II prévoyait des prix au niveau des districts). Le degré de précision y était impressionnant : le poids de la ville comme plateforme marchande semblait obliger les administrateurs à lister l’ensemble de la production française dans tous les domaines. Or pour le district de Rennes on notait du fil écru de trois qualités, du « fil de Bretagne, blanc & de couleur », et du « fil blanc […], fabrique de Rennes et Pimpon [Paimpont] », chacune des catégories étant encore subdivisée en fonction du nombre de brins dont le fil est composé[3]: de quoi largement brouiller les repères. J’avais mis cela de côté car je trouvais, je crois, tellement plus séduisant de me contenter d’une logique binaire, celle décrite par Savary des Brûlons (mais contredite par d’autres) de fils de couleurs quand ils venaient de Rennes[4], et donc blancs quand la même production de Bécherel était transformée à Paimpont. La notice sur le fil de Rennes sur le wikiRennes mentionne pourtant bien qu’il pouvait être teint ou blanc en s’appuyant sur un tableau du maximum de Guérande uniquement référencé comme étant « trouvé sur le net »[5]. C’est en effet dans cette voie qu’il fallait chercher.

Dans le Morbihan, les cotes « subsistances » des fonds des districts de la série L comportent souvent une liasse sur le maximum – avec parfois une mention ajoutée on ne sait quand pour signaler que les documents y sont « inutiles » – qui renferme correspondance et tableaux locaux. On y comprend la construction des prix par circulation de l’information : chacun demande les tableaux vannetais pour s’y référer, mais à Rochefort-en-Terre (Roche-des-Trois en ces années), par exemple, on s’appuie aussi sur Redon (qui pour les draps s’adosse aux pratiques des drapiers de Malestroit) et on demande des renseignements à la municipalité de Questembert qui est bien obligée de répondre qu’elle ne maîtrise pas plus que les maigres marchands locaux la circulation exacte des produits alors que celle-ci doit, dans les consignes parisiennes, constituer une des variables du prix. Beaucoup d’incertitudes en résultent mais il en ressort aussi  un vrai travail de terrain sur ce qui est produit et consommé localement, les réseaux d’échanges et la fixation des prix, ce qui n’exclut pas approximations et arrangements.

A Vannes comme au Faouët, les tableaux incluent des données sur les fils, alors que les lacunes l’emportent dans les autres districts. A Vannes, les choses sont claires : le « fil de Rennes » est bien identifié et seul dans son cas, ce qui ne manque pas de surprendre ; il doit être vendu 5 l. 2 s. 3 d. la livre[6]. Au Faouët, où on dispose d’un cahier manuscrit relié comprenant tous les tableaux des denrées concernées dans le district, les fils sont divisés en huit catégories et proviennent de trois destinations possibles. Les quatre types venant de Morlaix sont blancs, ceux de Rouen peuvent être noirs et ceux de Rennes se divisent en trois types et peuvent être blancs ou de couleur mais seul le fil de couleur se vend au même prix qu’à Vannes, où on pourrait donc l’imaginer identique[7]. Si j’en reviens à Bordeaux, les choses sont plus claires ici en ce sens qu’il existe bien aux yeux des consommateurs du Morbihan un produit « fil de Rennes » mais il peut être blanc ou de couleur, comme d’autres, et il doit donc se distinguer par sa qualité ou son aspect. Le plus curieux demeure ces divergences entre districts sur les types de fil car semble improbable que Vannes ne connaisse que du fil de Rennes quand Le Faouët en consommerait d’autres dans le même temps. La complexité extrême de la nomenclature des produits n’est pas maîtrisable partout, à moins qu’elle puisse être détournée.

Archives départementales du Morbihan, L 1014, district du Faouët, « Cahier contenant les tableaux du maximum du ressort du district du Faouët ».

Un document éclaire par un autre biais la nature de ces fils. En matière de produits, les sources sont sur les lieux de diffusion et de consommation autant que sur celle de production, surtout quand aucun producteur n’a laissé de fonds. Les dossiers de faillite sont en ce domaine des outils classiques et il se trouve que Tanqueray, un marchand lorientais, quincailler officiellement mais vendant aussi bien de la mercerie, subit un revers de fortune en 1812 et a laissé un dossier copieux où gisent, ce qui n’est pas si fréquent, des factures de fournisseurs. Parmi ceux-ci, Peluet, marchand fabricant de fil à Rennes. La maison n’est pas inconnue. Philippe Jarnoux en avait repéré la trajectoire sociale sur le long XVIIIe siècle : tout en maintenant un niveau de capitation assez élevé, autour de 30 livres, elle était passé du monde de la tannerie et du commerce des morues à celui de la teinturerie[8]. Quand la Révolution débute Peluet est installé rue Saint-Germain et fait partie de l’élite de sa profession, parmi les quatre maîtres qui paient entre 24 et 32 livres de capitation[9]. L’affaire est de longue durée et héréditaire : en 1820 Peluet, sans doute François-Joseph, est toujours « teinturier en fils retors et fils à coudre de couleur »[10]. Il est « fabricant de fil » à son décès en 1833, et son fils François-Félix est qualifié de même l’année suivante lorsque lui-même disparaît précocement. Le fil est donc une affaire qui marche.

A trois reprises, en 1811, François Peluet « aîné », demeurant 61, rue du Lycée (l’histoire familiale reste à éclaircir dans ses détails), a donc envoyé à Tanqueray des chargements de fils, pour une belle somme totale de 1546, 10 francs. Pour la première fois je trouve le fil décrit par son fabricant : il est noir, bleu ou blanc[11].

Archives départementales du Morbihan, U 2209, faillite Tanqueray, 1812, facture de Peluet.

Les deux sources qui prouvent la circulation de ce fil dans la vallée du Mississippi ne spécifient rien au-delà de son origine rennaise. Chez Guibourd et Provenchère, entre 1799 et 1801, le fil est « de Rennes », « français » ou « anglais », mais lorsqu’il est indiqué comme étant rouge, noir ou « de couleur » il n’a pas d’origine géographique[12]. Le fil de Rennes est donc le seul qui bénéficie d’une appellation marquant ses qualités propres dont la réputation atteint Sainte-Geneviève (mais aussi New Madrid) mais il est impossible d’en savoir les spécifications, la nomenclature déjà imprécise et éminemment variable en France étant totalement transformée et simplifiée dans la circulation des produits – on pourrait en dire autant des toiles de lin, “Bretagnes” et Morlaix, auxquelles il est associé de manière résiduelle dans le commerce atlantique, précisément dans les relations entre la Bretagne et l’Amérique ibérique. Autrement dit il est bien difficile d’imaginer le résultat des travaux de couture auxquels se livrent les habitants de la Haute-Louisiane avec le fil de Rennes – peut-être celui de Peluet – d’autant plus que le fil déjà peu visible dans sa production comme dans sa circulation disparait dans la fabrication des pièces textiles.

[1] Abraham Lincoln Presidential Library and Museum (Springfield, Illinois), les Tardiveau papers sont intégrés aux Pierre Menard papers.

[2] Dominique Margairaz, « Le maximum, politique économique ou politique sociale ? », dans Robespierre. De la Nation artésienne à la République et aux Nations, Lille, Publications de l’Institut de recherches historiques du Septentrion, 1994, <http://books.openedition.org/irhis/1305>. ISBN : 9782905637932 ; Dominique Margairaz et Philippe Minard, « Marché des subsistances et économie morale : ce que « taxer » veut dire », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 352 | avril-juin 2008, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 16 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/11160.

[3] Archives départementales des Deux-Sèvres, L 2 supplément M10, Tableaux du Maximum de Bordeaux.

[4] Savary des Bruslon, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle, et des arts et métiers. Tome I, Partie II. 1742, p. 221.

[5] http://www.wiki-rennes.fr/Fil_de_Rennes, consulté le 17 juillet 2021.

[6] Archives départementales du Morbihan, L 1461, district de Vannes, tableau « Objets maximés et prix qu’ils seront dorénavant vendus », 5 thermidor an V. Ce tableau est très partiel par ailleurs.

[7] Ibidem, L 1014, district du Faouët, « Cahier contenant les tableaux du maximum du ressort du district du Faouët ».

[8] Philippe Jarnoux, Les Bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes aux XVIIIe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1996, p. 44.

[9] Archives municipales de Rennes, CC 561 et CC 562, registres de capitation pour 1789 et 1790.

[10] Almanach du commerce de Paris, des départemens de la France et des principales villes du monde, de J. de la Tynna ; continué et mis dans un meilleur ordre par S. Bottin, Paris, 1820, p. 783.

[11] Archives départementales du Morbihan, U 2209, faillite Tanqueray, 1812.

[12] Missouri Historical Society, Louis Guibord collection, account book 1799-1801.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.