En Amont du fil: la graine de lin

Avant de revenir sur l’importance de la mesure de la consommation de fil autour de Sainte-Geneviève, Missouri, dans les premières années du XIXe siècle, voici un aperçu supplémentaire de la filière amont, car il faut bien des graines de lin si l’on veut, en bout de chaine, du fil.

Un autre dossier des enquêtes commerciales du tribunal de commerce de Rennes dévoile un aspect du problème en 1798. On sait que dans le cas des crées du Léon et des toiles Bretagne, les graines étaient importées de la Baltique – et que sous l’Empire l’approvisionnement en a été dramatiquement stoppé. La zone de production de lin autour de Bécherel (qui fournit les fils à Rennes et ceux des toiles de Dinan, plutôt grossières et peu connues) n’a jamais été étudiée, mais il est possible que les circuits soient les mêmes. Il existe des marchands de graines, tel ce couple Le Petit, de La Mézière, dont il subsiste des livres de comptes pour les années 1760 et 1770[1], et un groupe que l’on voit travailler ici dans une enquête dont les enjeux ne sont pas explicites[2].

Le 29 prairial an 6 (17 juin 1798), Ambroise Roger, marchand de 56 ans demeurant à Bécherel, dépose devant le tribunal :

« a declaré que se trouvant a Dinan dans  une auberge avec les c[itoye]ns Saiget et Le Feuvre celuy cy proposa au deposant d’achepter en société neuf sacs de graines de lin quil restoient au c[itoye]n Saiget, le declarant repondit quil ne vouloit pas l’achepter au prix que desja le c[itoye]n Saiget qui en avoit vendu cinq sacs a raison de dix ecus offrit le restant au prix de vingt sept francs a tout prendre pour determiner a conduire le marché le c[itoye]n Le Feuvre observa au deposant quil netoit pas hardy et quil auroit près les neuf sac a luy seul si le c[itoye]n Saiget vouloit lui accorder deux mois pour le payer sur la demande que le c[itoye]n Le Feuvre fit au [citoye]n Saiget repondit en balbutiant quelle etoit bonne et sur cela le c[itoye]n Le Feuvre repondit quil ne quau surplus il ne couroit pas de grands risques, que le motif qui determinoit le deposant a ne pas concourir a [ill] l’achepter etoit quelle ne pouvoit pas estre bonne a ce prix parce que la graine assurée valoit pour lors de soixante six a soixante quinze francs, le declarant sortit sur ses entrefaites et vit atteindre du papier par le c[itoye]n Saiget… »

Suivent les témoignages d’un boucher et de deux tisserands qui ont bien assisté à la conversation dans cette auberge de Dinan mais n’ont rien à en dire. On ne comprend pas bien où se niche la matière de l’enquête (si ce n’est que Roger semblait craindre une fraude sur la qualité des graines) qui reprend dix jours plus tard, le 9 messidor

Le jour-là, Thomas Gohier, marchand à la Chapelle-Chaussée et agé de 58 ans,

« Depose que 8 jours après la foire de liege se trouvant à Dinan avec le cit[oyen] Saget,  ils furent acostés sur la place des cordeliers par Roullet, que auquel Saget demanda sil était venu p[ou]r faire des affaires. Que sur la reponse de Roullet, Saget lui proposa de la graine de lin, en ajoutant qu’elle était de prisé et point chere. Quel le prix fut etabli par Saget à 50 livres, que Roullet n’en donna que 30 livres. Que Saget diminuant successivement du 1er prix, le dernier fut arreté à 30 livres chez le cit[ioyen] Saget ou ils avait dejeuné, qu’au moment ou Roullet marquait les sacs qu’il avait [ill], le cit[oyen] Le Feuvre survint, qui dit quil en prendrait cinq pièces au même prix de 30 livres, telle qu’il avait été acheté [ill] et le cit[oyen] Roullet. Quil ne fut donné par Saget aucune garantie sur la graine ; que le dit c[itoye]n Le Feuvre se livra des 5 sacs et les emporta le même jour. Que le motif qui determine le deposant a en acheter un sac fut qu’en ayant acheté precedament 25 sacs à 66, 70 et 72 livres, il voulait faire connaître à ses acheteurs la difference des prix de l’ de la qualité de l’un à l’autre graine – ajoute le deposant que lui, les cit[oyens] Roger, Le Feuvre, Guillemain et Roullet, ils s’accordèrent à verbalement à vendre la graine qu’ils venaient d’acheter au même prix à peu de chose au dessous de la graine superieure p[ou]r ne pas se faire tort mutuellement, parce que le peuple en la voyant à bas prix croirait qu’elle ne vaut rien ».

Il ressort de ces dépositions que Saget avait de la graine à vendre à bas coût et de provenance (donc de qualité) douteuse. Dans une auberge de Dinan, il la propose à Le Feuvre qui veut associer Ambroise Roger à l’affaire mais celui-ci refuse et Le Feuvre semble s’engager sans lui. Au prix d’un imbroglio, ce sont finalement quatre marchands de la région qui acquièrent le stock : Roullet, Le Feuvre, Gohier, et malgré tout Roger. Et ils concluent un accord fixant un prix de revente élevé pour que les clients soient trompés sur la qualité de la marchandise et que les bénéfices soient assurés. On ne saisit pas qui en veut à qui dans cette affaire, mais non seulement cela interroge sur les ententes commerciales entre marchands de Bécherel et Dinan, mais cela pose la question de la qualité du produit final, qu’il soit fil ou toile, dans ces années révolutionnaires aux circuits économiques troublés.

[1] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 B 135, dossier de faillite n° 416, 1788.

[2] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, L 3449.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.