Le corridor créole en bande dessinée: J.-J. Audubon

Une parution BD du mois de février 2016 a retenu mon attention. Fabien Grolleau au scénario et Jérémie Royer au dessin ont en effet signé une vie de John James (Jean-Jaques) Audubon intitulée Sur les ailes du monde : http://www.dargaud.com/bd/Sur-les-Ailes-du-monde.

sur-les-ailes-du-monde-audubon

Or Audubon est comme une personnification des questions posées par l’histoire du corridor créole. Né à Saint-Domingue, élevé à Nantes, envoyé aux Etats-Unis par son père, associé en 1806 à Ferdinand Rozier, pour servir de relais étasunien aux affaires menées en Basse-Loire, il a, avec son compagnon, choisi de partir le long de la vallée de l’Ohio, puis de celle du Mississippi. Peu porté sur la boutique, il rompt son partenariat avec Rozier quand celui-ci décide de s’installer à Sainte-Geneviève en 1811. Audubon, qui a épousé Lucy Bakewell, ne peut se résoudre à faire souche dans le monde créole : son rêve est ailleurs, dans une encyclopédie peinte des oiseaux d’Amérique du Nord. Il y est parvenu, difficilement et en s’expatriant en Angleterre pour faire imprimer ses planches, et est devenu une icône américaine. Grolleau et Royer, intelligemment, affirment en avant-propos produire « une histoire inventée qui […] retranscrira davantage une personnalité qu’un vérité historique ». Ils s’appuient pour ce faire sur les écrits d’Audubon et les deux biographies récentes en français d’Yvon Chatelin et d’Henri Gourdin[1] – sans tenir compte du regard étasunien propose par celle de Richard Rhodes qui lui-même ignore ses devanciers français[2], le tout symbolisant le manque de dialogue transatlantique sur une figure qui pourtant est on ne peut plus « atlantique ».

Le travail de Grolleau et Royer est remarquable en ce qu’il propose effectivement une interprétation d’Audubon tout à fait stimulante en le montrant à la fois très profondément individualiste – rien de devait faire obstacle à la poursuite de son rêve personnel, ni sa famille ni les réseaux francophones qui lui avaient fait découvrir les Etats-Unis – mais aussi profondément inséré dans des dynamiques collectives, celles de la Jeune République américaine aux prises avec les mutations du capitalisme, la conquête de l’Ouest, la démocratie jacksonienne comprises comme société d’hommes blancs libres. Ce dernier aspect est délibérément peu traité dans Sur les ailes du monde, car l’esclavage est « ce drame américain [qui] mériterait un livre en soi » (notes, p. 176), et le Audubon propriétaire d’esclaves est donc occulté. Ce qui me semble-t-il n’est pas un service à rendre au personnage, qui est moins compréhensible sans cette dimension. Par exemple les pages consacrées par Grolleau et Royer aux quelques années passées par la famille Audubon à Henderson, Kentucky, y auraient gagné en profondeur. Car si mari et femme peuvent mener de front de multiples acticités, et si Audubon peut en sus prendre le temps de dessiner, c’est que neuf esclaves ont été achetés par le couple entre 1813 et 1819 : ce sont eux qui assurent l’essentiel du travail.

Cette occultation explique sans doute la nature des commentaires sur l’ouvrage disponibles en ligne : tous les lecteurs insistent finalement, et de manière assez candide, sur l’aventure, la nature, la vie passionnée d’Audubon l’ornithologue. Ces commentaires m’incitent en fait à travailler cette bande dessinée avec les étudiants dès la rentrée prochaine…

 

[1] Yvon Chatelin, Audubon: peintre, naturaliste, aventurier, Paris, France-Empire, 2001. Henri Gourdin, Jean-Jacques Audubon (1785-1851), Actes Sud, Paris, 2002.

[2] Richard Rhodes, John James Audubon : The Making of an American, New York, Knopf, 2004.


3 réflexions sur « Le corridor créole en bande dessinée: J.-J. Audubon »

  1. bonjour “corridor créole” 🙂 et merci pour la critique.

    tellement compliquée cette affaire, parler ou pas des esclaves d’Audubon ? j’y ai pas mal réfléchi, je me suis dit sur le coup qu’on ne pouvait pas balancer ça comme ça sur 1 page ou 2 sans contextualiser. Je me suis dit que ça aurait été trop anecdotique – c’est sans doute une erreur, je le regrette un peu aujourd’hui. j’ai pris l’option de montrer l’esclavage dans l’épisode “le fugitif”

    le livre parlait du travail sur les oiseaux, là audubon ruiné n’a pas eu recours à l’esclavage, et de l’écologie là dessus je ne pense pas qu’on soit mièvre ou candide.

    merci pour ce retour en tous cas c’est très important pour moi

    1. Bonjour
      Je suis très heureux de pouvoir entamer un tel dialogue, car nous avons beaucoup en commun : nous racontons des histoires et nous proposons des interprétations du passé. Évidemment nos méthodes et nos objectifs diffèrent, mais la rencontre doit être fructueuse. Je suis parfois gêné par le risque, de ma part, en tant que représentant d’une discipline scientifique, d’un positionnement critique surplombant, mais le travail sur la bande dessinée peut s’accompagner d’un travail avec les auteurs.
      Pour reprendre vos termes, je ne pense pas non plus que vous soyez mièvres ou candides. Il est aujourd’hui difficile de comprendre Audubon, les processus d’identification emboîtés qu’il révèle comme son rapport à la nature, et, je le répète, les commentaires en ligne de votre BD sont en fait surtout très révélateurs de la manière de penser la nature – et l’Amérique – en 2016.

      1. bonsoir,
        effectivement ce qui se dégage surtout des commentaires que j’ai pu lire ou entendre sur la Bd, c’est d’abord la surprise de découvrir le personnage d’Audubon et son obsession pour les oiseaux ( on en m’en a pas dit que du bien, souvent on le trouve sale type, d’avantage par rapport à sa famille), ensuite le voyage à travers une Amérique encore assez vierge. Pour ma part, je trouve que la Bd a de très grandes forces, exemple pour l’évocation des paysages – ici volontairement “nostalgiques” d’un état de nature disparu -, mais elle oblige à certaines simplifications notamment historiques. Il faut faire des choix, aller à l’essentiel. Globalement je suis content de nos choix, on a bel et bien un “western naturaliste”, une histoire, mais comme un western de cinéma il est limité en termes scientifiques, et c’est bien comme ça après tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.