Le fil de Rennes, au plus PrÈS

Je reprends le dossier du fil de Rennes, celui vendu en Haute-Louisiane autour de 1800 et dont il est bien difficile de trouver la trace sur les lieux supposés de sa production. Les fonds du tribunal de commerce de Rennes sous la Révolution permettent d’ouvrir malgré tout une petite fenêtre sur l’activité, au plus près des acteurs et des gestes.

Ces fonds comprennent deux liasses d’« enquêtes commerciales » qui livrent des transcriptions d’interrogatoires (et ponctuellement de visites ou d’actes judiciaires) concernant des conflits de basse voire très basse intensité, dont beaucoup ont pour cadre des auberges[1]. Le cidre y est omniprésent mais une occurrence donne à voir le fameux fil de Rennes derrière lequel je cours depuis de long mois[2].

« Le 25 brumaire an 5 de la République aux 10 heures du matin », le tribunal entend deux témoins. La première est Ollive Chereil, marchande poulaillière de 67 ans :

« Depose qu’il y a eu Samedy de huit jours étant a sa boutique rue Poissonerie elle entendit le c[itoye]n Fortain et la c[itoyen]ne Le Ker se disputer a loccasion dun marché de fil, que la c[itoyen]ne Le Ker dit au c[itoye]n Fortain quelle l’avait fait avertir par sa mère a luy Fortain en luy observant quelle navoit pas en son compte elle-même elle luy dit de plus quelle lavoit fait encore avertir sur le champt par Henry chargeur et que luy Fortain navoit tenu aucun compte de cest avertissement, que Fortain luy dit pour toute reponse quil la feroit assigner a l’aud[ien]ce a quoy la d[ite] Le Ker luy dit quelle luy repondroit une ligne deux mots rayés nuls. »

Dans la foulée est entendu Henry, « chargeur de roulier » de 34 ans, domicilié rue de Brest :

« Depose quil y a environ sept a huit mois il fut chargé par le c[itoye]n Cousin de conduire chez le c(itoye]n Fortain trois ou quatre pochées de fil quil luy avoit vendu il fut également chargé au meme instant de conduire chez la c[itoyen]ne Le Ker quatre pochées quelle avoit achepté de luy que cest sept ou huit pochées de fil se trouvoient deposés ensemble au poids public quil chargea cest sept ou huit pochées sur la meme charrette pour éviter deux voyages quil fut d’abord chez le c[itoye]n Fortain ou il dechargea trois ou quatre pochées sans se rappeler positivement lequel des deux quil fut ensuite chez la c[itoyen]ne Le Ker ou il dechargea également les autres pochées quau moment ou il dechargeoit la quatrième pochée le nommé Pierre garcon du c[itoye]n Cousin observa et luy deposant observerent a la c[itoyen]ne Le Ker qu’ils doutoient que cette pochée luy apparteint et il luy dirent de la mettre de costé a quoy la c[itoyen]ne Le Ker répondit quelle navoit point affaire avec eux quelle en fairoit son affaire avec le marchand, de plus depose quil rencontra environ quinze jours après avoir porté cest différents fils les c[itoye]ns Cousin et Fortain rue de l’horloge il leur demanda ce qu’ils avoient , a quoy le c[itoye]n Fortain répondit quil etoit bien malheureux pour luy de perdre du fil que le deposant luy demanda sil ne setoit arrangé avec la c[itoyen]ne Le Ker que sur la reponse negative de Fortain il conduisit les c[itoyen]ns Cousin et Fortain chez les c[itoyen]ne Le Ker rendu chez elle luy deposant dit a la c[itoyen]ne Le Ker quil luy avoit observé lors quil luy apporta  le fil quil ne croyait pas que la quatrième pochée luy apparteint et quelle eut a la mettre de costé que le c[itoyen]ne répondit quelle peseroit son fil et  que si elle en avoit de plus elle le remettroit au c[itoye]n Fortain, ajoute le declarant que lors quil rencontra les c[itoyen]ns Cousin et Fortain dans la rue de l’horloge, qui avoit entendu dire a ce dernier quil perdoit sent vingt a cent vint cinq livres de fil et quil nappas parlé au c[itoye]n Fortain depuis plus de deux mois. »

L’affaire est simple mais s’étale dans la durée : en novembre 1796 la citoyenne Le Ker et le citoyen Fortain débattent encore violemment d’une livraison de fils confuse opérée a priori l’hiver précédent par Henry pour le compte du marchand Cousin et qui semble se limiter à un contentieux sur un sac (une « pochée ») dont la propriété est incertaine. En pesant le tout la question devrait être réglée mais la bonne volonté ne semble pas caractériser toutes les parties. Dans le rôle de capitation de 1790, Le Ker, dont on rencontre sans doute ici la veuve (à confirmer dans les registres d’état-civil), comme Fortain sont indiqués comme « maître teinturiers » dans les quartiers spécialisés de la ville : le premier paie 7 livres et 10 sols rue Parcheminerie et le deuxième 5 livres rue Saint-Germain[3]. On touche du doigt cette activité quasi fantôme bien qu’apparemment importante qu’est la teinte en couleurs du fil écru venu de Bécherel.

Les interrogatoires reprennent le 27 brumaire. Anne Mayeux, 54 ans, qui loge dans la même rue que Le Ker et qui « travaille chez les teinturiers au besoin »,

« Depose qu’il y a environ deux mois et demy la c[itoyen]ne Le Ker lenvoya chercher pour faire le trillage du fil ecru quelle avoit en magasin que rendu chez la c[itoyen]ne Le Ker celle cy dit a la deposante que le c[itoye]n Fortain reclamait une portion de fil et qu’on alloit en faire le trillage et le pezer pour voir sil se trouvoit un excedent de la quantité acheptée par elle, quaprès le trillage et le pezage qui se trouva monter a sept cent quatre vingt livres la c[itoyen]ne Le Ker dit que loin den avoir au c[itoye]n Fortain elle se trouvoit en defisit de soixante et tant de livres [ill] que le lendemain lundy elle trouva la c[itoyen]ne Le Ker a la porte de la v[euv]e Biard causante avec la c[itoyen]ne Rigaud mère du c[itoye]n Fortain  la c[itoyen]ne le Ker dit à la deposante ha je suis bien aise de vous voir, jetais a dire a la c[itoyen]ne Rigaud que nous avions pezé hier le fil ensemble et quil men manquait soixante et tant de livres je priois la c[itoyen]ne Rigaud den avertir son fils et son paire a quoy la c[itoyen]ne Rigaud répondit quelle lavertiroit ajoute la deposante quil est dusage de mettre six livres par cent de fil de plus que consequament les sept cent quatre vingt livres peuvent être considérés comme huit cent vingt sept livres ou environ. »

Il se serait donc écoulé quatre à cinq mois entre la livraison du fil et la double opération de tri et de pesage, préalable, suppose-t-on, à la teinture, et pour ce faire Le Ker a fait appel à Anne Mayeux, qui n’est pas son ouvrière mais qui, peut-être parce qu’elle est veuve et en difficulté financière, aide ponctuellement. En plus de ces deux femmes, deux autres sont citées : Biard, sans doute une voisine, et Rigaud, mère de Fortain : c’est par elle que l’affaire doit être transmise à son fils. Et contrairement à ce qui paraissait clair le 25 brumaire, Le Ker annonce que c’est à elle qu’il manque du fil.

Jean Lorin, un ouvrier chez Le Ker âgé de 42 ans, prend la suite :

« Depose quil y a environ trois mois il se trouva a décharger le fil amené chez la c[itoyen]e Le Ker par Henry chargeur que lors qu’ils durent dechargér les quatre pochées la quatrième etoit desja aux deux tiers vuidée lorsque Henry chargeur observa a la c[itoye]ne le Ker quil croyait quil y avait confusion entre son fil et celui du c[itoye]n Fortain a quoy la c[itoyen]ne Le Ker répondit que sil y avoit confusion entre son fil et celuy du c[itoye]n Fortain quil eut aprevenir ce dernier ajoute le deposant quelle luy repeta la meme chose dans le magazin comme on taroit les pochées. »

La chronologie s’éclarcit : Le Ker n’aurait pas attendu avant de trier le fil, c’est Henry qui semble s’être trompé de quelques mois dans sa date de livraison. Mais pour le reste, Lorin confirme ce que disait le chargeur : celui-ci avait prévenu d’une possible confusion en faveur de Le Ker.

Un autre ouvrier de cette dernière clot la session. Pierre Viel, 37 ans (qui paie une capitation de 13 sols en 1790 comme simple teinturier),

« Depose qu’il y a environ trois mois quil aida a décharger quatre pochées de il chez la c[itoyen]ne Le Ker que lors que la quatrième pochée fut aux deux tiers ou trois quarts vuide le c[itoye]n henry chargeur qui causoit depuis quel que temps en bas breton avec le conducteur de la voiture, dit a la c[itoyen]ne Le Ker quil se doutait que ce fil ne luy appartenoit pas et quil appartenoit au c[itoye]n Fortain quelle eut a discontinuer de vuider la pochée, aquoy la c[itoyen]ne Le Ker répondit que le fil etoit tout pareil quan surplus sil croyait quil apparteint au c[itoye]n Fortain il eut a lavertir sur le champt et quil ne seroit pas touché au fil quil a eû en connaissance qu’environ cinq semaines après que le c[itoye]n Fortain accompagner des c[itoye]ns Cousin et Henry sont venus chez la c[itoye]ne Le Ker et quil ne scait pas ce qu’ils se sont dit. »

On est laissé avec ce dernier témoignage sur l’impression que le chargeur, Henry, et son roulier sont coupables de négligence au moment de la livraison – négligence que leur identité bas-bretonne vient peut-être renforcer dans le récit – et que Le Ker a agi avec légèreté comme si elle espérait en laissant le temps passer pouvoir gagner un sac. On comprend mal dès lors comment elle peut arguer qu’elle est elle-même victime, à moins que Fortain, allié avec le marchand de fil, Cousin, ait manigancé quelque chose pour l’attaquer en justice. La source s’arrête malheureusement là, il n’y a pas trace du résultat de l’enquête (qui peut se trouver dans une autre liasse…).

Mais l’affaire révèle au moins, trois ans avant que Guibourd et Provenchère ne vendent ce fil à Sainte-Geneviève, une partie du système qui le crée : des maîtres teinturiers ou teinturières, des ouvriers (et ponctuellement des ouvrières), des marchands, des rouliers et chargeurs, des opérations de tri, pesage, teinture, des pratiques commerciales, une vie de quartier, des sociabilités… et des conflits qui seuls permettent plus de deux siècles après que l’on en sache quelque chose.

[1] Ce qui relève de la normalité, l’auberge étant un lieu majeur de transactions et de négociations de toutes sortes : Benoît Musset , « L’auberge et le cabaret comme forum marchand (Haut-Maine, XVIIIe siècle) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 2020/4 (n° 127-4), p. 125-151.

[2] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, L 3449.

[3] Ibidem, CC 562, rôle de capitation, 1790

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.