Des toiles bretonnes de contrefaçon dans la vallée du Mississippi en 1799 ?

En 1799 Charles Brugière et James Berthoud sont chargés par les frères Tarascon, des marchands marseillais de Philadelphie, d’un voyage dans les vallées de l’Ohio et du Mississippi afin d’y définir le meilleur lieu pour y ouvrir un nouveau commerce. Le journal qu’ils ont tenu durant leur expédition contient la liste des produits susceptibles d’être vendus le long de la route. Au bout de celle-ci, à la Nouvelle-Orléans, les deux hommes suggèrent de faire commerce, entre autres, de toiles « bretagnes » et de Morlaix de contrefaçon.

La notation pose problème, comme de nombreuses autres dans le travail d’édition de ce journal de voyage d’un genre particulier auquel nous nous livrons avec Marcel Deperne[1]. En l’occurrence si la contrefaçon est mentionnée de manière si libre, c’est que le document est à usage interne d’une maison de négoce. De manière générale, puisque cela relève de l’illégalité, les sources sont rares à ce propos et plutôt issues du contrôle de la production. Le journal de Berthoud et Brugière est donc l’occasion de poser une série de questions.

D’abord quant à l’arrivée des toiles en Louisiane : la colonie espagnole est alors approvisionnée essentiellement par des marchands étatsuniens qui, comme les Tarascon, envoient leurs produits depuis Philadelphie ou New York[2]. Cela supposerait que les « bretagnes » et les Morlaix suivent ce chemin. Rien d’évident à cela puisque l’on sait que les « bretagnes » notamment avaient depuis fort longtemps l’Amérique espagnole comme marché privilégié, y arrivant depuis leur zone de production autour de Loudéac, Uzel et Quintin par Saint-Malo puis Cadix[3]. Mêmes les marges lointaines de la Nouvelle-Espagne les connaissaient[4]et il est possible que la Louisiane, espagnole entre 1763 et 1803, ait été intégrée d’une manière ou d’une autre à ce circuit – la chose est moins évidente, car moins travaillée, pour les Morlaix, toiles de moindre qualité et produites en moindre quantité[5]. Le chantier est en cours et nous espérons pouvoir préciser un jour la géographie des flux.

Mais les toiles qu’envisagent Berthoud et Brugière compliquent la donne. On imagine que s’ils en appellent à ces toiles contrefaites sans précision ni précaution particulière, c’est que la chose peut être habituelle. On touche la question de la qualité des produits et de sa garantie par l’État. En France les bureaux de marques systématisés et multipliés depuis la fin du XVIIe avaient permis la production de produits textiles standardisés (mais d’une grande variété) et dont la nature était effectivement garantie, sans qu’il faille y voir un quelconque arbitraire administratif : dans le cas des toiles « bretagnes », il s’agit clairement d’« une politique concertée entre l’État et le grand négoce exportateur », si l’on suit Philippe Minard. Les négociants malouins y trouvent leur intérêt, comme tous ceux qui travaillent « l’économie de la qualité ». Pour des types de produits textiles plus courants, ou qui répondent à des effets de mode, le prix importe plus que la qualité. Les Morlaix ressortent peut-être de cette catégorie mais ont été trop peu étudiées en elles-mêmes pour l’assurer. La fraude se niche néanmoins partout dans ce système car le simple intérêt commercial peut y mener droit ; il est toujours facile d’accuser un autre acteur de la chaine de la faute et beaucoup de moyens existent pour contourner les règles[6]. On voit ainsi les tissiers de Laval jouer sur les pliages et les marques pour, au choix, dissimuler des défauts ou frauder sur le poids ou la taille des toiles en même temps qu’ils produisent in fine un peu de tout, y compris, justement, des Morlaix[7].

Le produit de contrefaçon est donc présent sur les marchés du XVIIIe, même si peu s’en vantent. Mais nous sommes à La Nouvelle-Orléans en 1799, très loin des lieux de productions et alors que le système des marques, c’est-à-dire du contrôle étatique de la qualité, a été aboli par la Révolution. Les toiles « bretagnes », déjà touchées violemment à la fois par la nouvelle politique commerciale espagnole – une remise en cause par étapes du mercantilisme, qui nuit aux positions acquises des Français[8] – comme par les difficultés de circulation des produits dans un contexte de guerre, subissent cette politique de libéralisation du commerce. Au-moins s’en plaint-on à Loudéac. En l’an VI, les administrateurs de la commune regrettent le bon temps du bureau des marques et stigmatisent la fraude qui, disent-ils, ne cesse de croître et donc de nuire à la réputation des produits. Le résultat est que « nos toilles qui avaient la plus grande recherche et qui étaient préférés à celles de Silésie, risquent à perdre cette préférence »[9]. En l’an XIII encore, la Chambre Consultative de Loudéac s’inquiète de la concurrence silésienne sur le marché espagnol, donc américain, et note que

« Des sages et anciens réglements intérieurs pour cette fabrique ont assujetti de tout temps les tisserands à fabriquer leurs toiles précisément dans les largeurs ci-dessus précitées ; maintenant, plusieurs tisserands se permettent de frauder en laizes, en les diminuant d’un pouce ou deux : quelques négocians avide de gains les achètent furtivement et à bon compte, les insèrent dans leurs balles en blanc, et les vendent ainsi comme toiles d’une laize régulière. L’Espagnol trompé par cette supercherie en a fait souvent des plaintes amères. Cette mauvaise foi reste maintenant impunie, faute de moyens coactifs pour la réprimer. Le seul et véritable remède à cet abus pernicieux pour notre manufacture est de créer dans son sein des inspecteurs chargés de surveiller d’une manière active la fabrication des toiles en écrû, et surtout la vente de celles mises en balles. Il en existait avant la révolution dans les ports de St. Mâlo, Nantes et Lorient où ils étaient mal placés. Ils sont été mal à propos supprimés. Les sages lumières de l’expérience contre lesquelles viennent se briser tous les faux raisonnements d’une liberté de commerce mal entendue, prouvent combien le régime des inspecteurs sur nos toiles était salutaire en mettant un frein à leur cupidité et à la mauvaise foi. »[10]

A Uzel, Quintin et Moncontour, de même, on appelle à la renaissance de la réglementation, seule à même de mettre fin à la fraude qui nuit aux intérêts d’un pays qui vit de la réputation de qualité de ses produits[11].

En tout état de cause, et en admettant que ces textes disent aussi une stratégie collective de survie ou de relance d’une activité qui a besoin d’arguments forts à jeter à la face de l’État pour obtenir son soutien, il semble exister un système de production et de commercialisation de la contrefaçon. Il est sans doute renforcé par la fin du contrôle. En fait il s’agit à la fois d’un mensonge très concret sur la taille des toiles et d’une dégradation de la réputation d’un produit. Sans compter qu’on ne peut exclure que ces toiles contrefaites soient simplement produites ailleurs qu’en Bretagne et qu’on les fasse passer pour ce qu’elles ne sont pas.

Faut-il supposer que ce système soit si bien établi que des marchands, certes français et au fait du commerce textile (qui était la spécialité des Tarascon), mais établis depuis le milieu des années 1790 aux États-Unis, en aient connaissance comme d’une forme de routine au point qu’ils envisagent naturellement d’importer des contrefaçons ? Mais par quels réseaux, qui auraient alors parfaitement conscience d’un bout à l’autre de la chaîne de se livrer à la fraude ? Et ce système est-il généralisé sur le continent ?

Au même moment, entre 1799 et 1801, Eugène Guibourd et Pierre Provencher, qui tiennent boutique à Sainte-Geneviève, dont la liaison d’affaire avec La Nouvelle-Orléans est traditionnelle, vendent des toiles « bretagnes » et des Morlaix : 44 transactions et une valeur de 335 gourdes pour les premières, 8 transactions et 155 gourdes pour les deuxièmes. Les marchands n’ont naturellement pas précisé dans leur livre de compte s’ils vendaient des produits authentiques ou de contrefaçon mais le doute est permis…[12]

 

 

 

[1] Le document est conservé à la Filson Historical Society (Louisville, KY), sous le titre « Extrait du journal d’un voyage de Philadelphie a la Nouvelle Orléans par l’Ohio et le Mississippi » sous la cote Mss A T177.

[2] John Eugene Rodriguez, Spanish New Orleans : An Imperial City on the American Periphery, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 2021

[3] Jean Martin, Toiles de Bretagnes. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac, 1670-1830, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998 ; Yann Lagadec, « Trévé et La Vera-Cruz : les horizons d’un marchand d’un marchand de toiles de Bretagne centrale au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2005-3, p. 127-142.

[4] En Sonora par exemple : José Refugio de la Torre Curiel, «  Comerciantes, precios y salarios en Sonora en el periodo colonial tardío. Caracterización de un circulo comercial cautivo », Historia Mexicana, vol. 58, n° 2 (Oct. 2008), p. 595-656.

[5] Il ne faut pas les confondre avec les crées du Léon, qui s’exportent par Morlaix : Jean Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du 16e au 18e siècle, Rennes, Apogée, 1994.

[6] Ces développements doivent tout à Philippe Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 273-293.

[7] Frédérique Pitou, Laval au XVIIIème siècle : marchands, artisans, ouvriers dans une ville textile, Laval, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995, p. 320-327.

[8] Michel Zylberberg, Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne vers 1780-1808. Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993 et Arnaud Bartolomei, Les marchands français de Cadix et la crise de la Carrera de Indias (1778-1824), Madrid, Casa de Velázquez, 2017.

[9] Archives départementales des Côtes-d’Armor, 1 L 606, Les administrateurs de la commune de Loudéac à ceux du département, 10 ventôse an 6 (28 février 1798).

[10] ADCA, 9 M 12, déclaration de La Chambre Consultative de Loudéac, 13 fructidor an XIII (13 août 1805).

[11] ADCA, 9 M 12, diverses déclarations des communes citées.

[12] Missouri Historical Society, Louis Guibord collection, account book 30 nov 1799-14 avril 1801.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.