Le savon, incise bretonne

Un peu de Bretagne aujourd’hui.  Elle me fait du bien. Avec encore ces histoires de savon. Cette fois-ci nous sommes en janvier 1785 et  Lourmand et Pipaud, maison nantaise qui en fournit du Marseillais à l’arrière-pays, trouve curieux les bas prix pratiqués par une maison malouine en faveur de leur client commun, le Vitréen Allot, qui joue habilement de la concurrence entre les deux ports bretons. La correspondance est aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine sous la cote 10 B 131, dans les dossiers de faillite. 

“Mr Allot

A Vitré                                   Nantes le 29 février 1785

 

Monsieur

Conformément aux ordres que vous nous donnez l’honneur de votre dernière nous avons chargé par Mr Ganivel voiturier les articles dont vous avez de l’autre part facture montant à L [blanc] dont vous êtes débité nous ne vous envoyons qu’une caisse savon ne pouvant vous le passer amoin de 55 [livres] nous sommes très surpris qu’on vous le procure a 54 [livres] à St Malo, cependant il achette a Marseille Le meme prix que nous ce qui fait qu’il ne devroient point le donner a meilleur compte que nous. Nous avons l’honneur d’être très parfaitement

Votre très humble serviteur”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.