Retrouvailles avec le savon sur les rives du Mississippi

J’ai au mois d’août dernier brièvement évoqué le savon de Marseille : François Rozier fait partie, dans la Nantes de la fin du XVIIIe, de ce groupe de marchands fortement investis dans l’importation de produits méditerranéens, donc du fameux savon. On trouve trace de son fils (François lui aussi) dans le même commerce dans les premières années du XIXe siècle.

Les archives sont d’ailleurs copieuses qui permettent de saisir ensuite la circulation de ce savon dans un vaste arrière-pays nantais que je n’ai exploré que dans sa partie bretonne, de Vitré à Tréguier. Ferdinand Rozier, deuxième fils de François, débarque en Pennsylvanie en 1806 et s’installe à Sainte-Geneviève à la fin de l’année 1810 pour y ouvrir boutique. En plus de produits textiles qu’il connaît bien, il peut fêter ses retrouvailles avec le savon de tradition familiale comme il appréciait de trouver là une francophonie non seulement créole mais aussi exilée et familière. A Sainte-Geneviève, en mars 1810, le même Guibourd qui vendait dix ans auparavant du fil de Rennes vend du savon de Marseille, en association avec François Ménard et au milieu de produits variés dont le point d’entrée en Amérique ne fait guère de doute : La Nouvelle-Orléans[1]. Quelques semaines plus tôt, d’ailleurs, Bernard Pratte et Jean-Pierre Cabanné le précisaient comme gage de qualité et de fraîcheur des marchandises. Leur savon de Marseille se vendait à Saint-Louis mais aussi chez Joseph Pratte, à Sainte-Geneviève[2]. Le produit était comme les toiles Bretagne et le fil de Rennes un article d’exploration classique vers le monde colonial français comme hispanique. Je ne dispose malheureusement d’aucune source renvoyant à un tel commerce de la part de Ferdinand Rozier, qui a laissé peu de papiers commerciaux pour cette période. Il est possible de toute façon que le savon de Marseille ait été rapidement supplanté par d’autres : au même moment, dans la même ville, A. Elliot & Son vendent du « Windsor soap »[3] et les années suivantes la Louisiana (puis Missouri) Gazette ne comprend plus que des annonces pour du « brown soap ». A suivre…

[1] Louisiana Gazette, 1er mars 1810, p. 4

[2] Louisiana Gazette, 21 décembre 1809, p. 4

[3] Ibidem.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.