Le fil de rennes, suite

J’ai poursuivi depuis l’été dernier ma quête du fil de Rennes vendu par Guibourd à Sainte-Geneviève (voir https://corridor.hypotheses.org/738). Les résultats sont toujours aussi paradoxaux: une activité supposée motrice et quasi invisible.

Le registre de la corporation des marchands maîtres teinturiers apporte peu de choses[1]. On y lit la stricte hiérarchie du travail entre maîtres et ouvriers, on y apprend que le chef d’œuvre qui donne accès au corps est une pièce d’étoffe colorée, et on y perçoit la relation à la Révolution dans les deux années qui précèdent la dissolution de la corporation. Mais il n’est jamais question des produits fabriqués, donc jamais de « fil de Rennes » ni de circuits de commercialisation. Le plus intéressant réside sans doute dans la relation de la grève menée en 1781 par les ouvriers de René Marin et Louis Arot pour obtenir une hausse des salaires, épisode déjà relevé il y a plus d’un siècle par Armand Rébillon[2].

Pour accéder à mieux, j’avais fait le choix d’une plongée dans les dossiers de faillite. On sait qu’en Ille-et-Vilaine ils sont exceptionnellement bien conservés et ouvrent une porte merveilleuse sur une multitude de mondes du commerce et de la consommation. J’avais en fait deux éléments à y chercher ces derniers mois : d’une part la circulation bretonne des produits surtout méditerranéens (notamment savon de Marseille et huile) importés à Nantes par François Rozier et les marchands de sa catégorie, et la récolte est de ce côté plutôt bonne ; d’autre part un éventuel commerce du fil de Rennes et, là, les choses sont plus inattendues.

Car ce que j’ai trouvé en masse, et que je me suis promis d’exploiter un jour, c’est la circulation du fil de Paimpont. L’origine en est la même : Bécherel, qui fournit du fil de lin écru à Rennes où il est teint et à Paimpont où il est blanchi. Or à Paimpont les faillites abondent dans les années 1780, les dossiers judiciaires sont copieux et me permettront à terme de mettre tout cela au clair, d’un bout à l’autre de la chaine, des clairières de la forêt aux fabricants de bas et bonnets versaillais ou nîmois. Mais le fil de Rennes, lui, demeure étrangement absent : l’activité est-elle si florissante qu’elle ne génère aucun échec entrepreneurial ? Mais alors pourquoi est-elle invisible par ailleurs ?

En fait, il m’a fallu ouvrir une trentaine de cartons (des années 1780 aux années 1810) pour trouver une seule faillite : celle, en 1784 du René Marin que ses ouvriers contestaient trois années plus tôt[3]. Et ce dossier est le seul où j’ai vu explicitement mention de « fil de Rennes » : Marin en entrepose 13 balles au moment de sa faillite et son inventaire donne à voir tous les instruments de leur élaboration. Les quelques pièces du dossier tendent à montrer par ailleurs que ce fil est vendu d’une part à des marchands de la côte nord (Paimpol, Plouha, Saint-Pol-de-Léon), d’autre part livré à Saint-Malo ou Saint-Servan et il semble qu’il y ait au bout de la route un lien avec la Martinique, où Marin se rend en début d’année 1784. Mais Saint-Malo est aussi la voie classique des toiles Bretagne vers Cadix et l’Amérique espagnole : le fil de lin prend sans doute le même chemin que les toiles de lin, mais avec une infinie discrétion… Un autre indice s’est glissé dans ces dossiers de faillite : en 1786 la veuve Anne Jourdan doit mettre fin à son activité et le livre de compte versé comme pièce à conviction débute à l’époque de son mari, en 1764. Or cette année-là il livrait à Saint-Malo non pas du « fil de Rennes » mais du « fil retors » qui en est sans doute[4]. Fil ténu, mais l’enquête avance[5]

[1] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 5 E 28, registre de la corporation des marchands maîtres teinturiers de Rennes, 1767-1791.

[2] Amand Rébillon, Recherches sur les anciennes corporations ouvrières et marchandes de la ville de Rennes, Paris, Picard, 1902, p. 112.

[3] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 B 123, dossier 355.

[4] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 10 B 126, dossier 377.

[5] La fiche « fil de Rennes » du wiki-Rennes Métropole, sérieusement réalisée, évidemment lacunaire tout en connaissant le dossier René Marin, dit bien la discrétion des sources mais signale des départs par Nantes vers les îles françaises d’Amérique, http://www.wiki-rennes.fr/Fil_de_Rennes, consulté le 24 décembre 2020.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.