Que faire de CÉLestin Guyenet ?

Cela fera neuf ans en janvier que j’ai découvert à la Missouri Historical Society le journal qu’a tenu Célestin Guyenet entre 1837 et 1840 et que je me demande ce que je peux bien en faire. Soyons honnête, cependant : cela ne fait que quatre ans à peine que je sais qu’il s’agit du journal de Guyenet : entre 2012 et 2017 je me demandais juste si je ferais quelque chose un jour de ce document manifestement attribué au mauvais auteur par les archivistes missouriens mais sans que j’en sache alors davantage.

J’avais bien pris en photo en 2012 le premier cahier (1837-1838) – tout en laissant de côté à ce moment-là le deuxième (1840), quasi intégralement crypté et indéchiffrable – car il est conservé dans le fonds Rozier et je venais de découvrir cette famille sur laquelle je travaille encore. J’avais très vite réalisé qu’il y avait une erreur : le journal était attribué à un Rozier – l’inventaire, et pour cause, ne précisait pas lequel – mais une très rapide lecture montrait que l’auteur tenait une ferme, ce qu’aucun Rozier n’a jamais fait, et même la chronologie rendait l’attribution improbable. J’avais donc laissé de côté le document. Mais en 2016 j’ai convaincu mon collègue Laurent Hugot de travailler avec moi à l’histoire d’une caisse d’antiquités orientales envoyée en 1842 au riche Créole de Sainte-Geneviève Félix Vallé, et il déduisait de ses recherches qu’elle ne pouvait provenir que d’un certain Célestin Guyenet, un Suisse qui avait financé l’expédition en Cyrénaïque de Jean-Raymond Pacho (1824-1825) avant d’émigrer aux États-Unis en 1834. Nous avions publié un petit article à ce sujet dans la Revue d’Hisoire du XIXe siècle et quelques semaines après je reprenais, par hasard, en profitant des longues heures d’un nouveau voyage vers le Missouri, le journal trouvé en 2012 et ce que j’y lisais me stupéfiait. Il n’y avait qu’un auteur possible : Célestin Guyenet ! Le jour de son anniversaire de 1838 il s’attribuait ce prénom et donnait sa date de naissance, ailleurs il évoquait sans cesse des migrants suisses, et en cherchant son éventuelle trace dans les recensements des comtés du sud-est du Missouri je le trouvais dans celui de Saint-François en 1840. En janvier 2017, donc, ce journal changeait de sens : il ne s’agissait plus d’un document perdu et sans doute peu utile, mais du journal d’un étrange Suisse passé de l’Égypte aux monts Ozarks.

Qu’allais-je donc en faire ? D’abord compléter mon fonds : puisque j’étais à Saint-Louis, j’en a profité pour reproduire le deuxième cahier, celui de 1840. Très partiellement lisible, il en devenait malgré tout indispensable. J’ai d’ailleurs cherché longtemps à décrypter le système graphique inventé par Guyenet et qui tient d’évidence de son expérience orientale, mélange d’écritures hiéroglyphiques et arabes. Mais en vain, et les collègues auxquels j’ai fait appel sont restés, de même, sans solution. Heureusement que le cahier couvrant les années 1837-1838, de loin le plus copieux, est rédigé de manière transparente…

Mardi 14 avril 1840, 2e cahier du journal de Célestin Guyenet, Missouri Historical Society, Rozier papiers.
Mardi 14 avril 1840, 2e cahier du journal de Célestin Guyenet, Missouri Historical Society, Rozier papers.

Logiquement, ma première démarche fut de tenter d’en savoir un peu plus sur le personnage. L’itinéraire de Guyenet était fascinant : né en 1795 dans une famille horlogère à Couvet, dans la principauté de Neuchâtel, il devient technicien dans l’industrie des indiennes à Genève et y fut recruté en 1818 par l’envoyé de Mehemet Ali lorsque celui-ci lança une ambitieuse politique visant à faire de l’Égypte non seulement une région productrice de coton comme matière première mais aussi de pièces d’étoffes sorties de manufactures modernes. Guyenet y accumula assez de biens pour financer l’expédition Pacho dans la décennie suivante, participant au mouvement de découverte et de pillages des antiquités égyptiennes – et libyennes, en l’occurence. Mais en 1834 le voilà sur un navire pour New York, puis dans le comté de Saint-François, sur la frange orientale des monts Ozarks, où il rejoignit quelques familles de Couvet. Nul ne sait ce qui a motivé une telle rupture dans ce parcours si ce n’est que le succès d’un Aimé Pernod dans l’exploitation du minerai de plomb devait y être pour quelque chose : Guyenet avait gardé des contacts avec son petit pays et savait que certains étaient en train de réussir leur migration dans le Missouri. Cela n’explique pas tout mais permet d’y voir un peu plus clair.

Sur cette base, je m’étais dit qu’il y avait moyen de publier un livre relativement court qui donnerait à voir un itinéraire singulier et transnational dans la première moitié du XIXe siècle, dans la double optique qu’en passer par l’individu permet souvent de mieux lire les connexions et de toucher un plus large public. Ayant rédigé le premier jet de l’introduction et du chapitre initial, j’ai contacté un éditeur qui, après un bon semestre de palabres, a fini par se murer dans un silence dont je suppose qu’il signifiait un refus ne sachant comment s’exprimer. Et à vrai dire, je l’en remercie : d’une part le projet n’était ni prêt ni clair, lancé dans la précipitation enthousiaste de la découverte de l’identité de l’auteur de ce journal qui trainait dans mes affaires depuis longtemps, d’autre part j’étais justement en train de comprendre que ce type de travail ne me convenait pas, ce qu’ont révélé depuis quelques compte-rendus que j’ai publiés et qui signalent que ces écrits qui mettent en scène l’historien.ne lancée sur la piste d’un individu singulier en espérant trouver un public, ne me correspondaient pas, me semblaient une impasse scientifique – largement en vogue aux États-Unis. Et je remisai alors Guyenet sous une pile de dossiers divers.

Jusqu’à ce printemps 2020. Je concoctais alors le programme de mon séminaire de l’automne autour d’une sorte de tressage de chantiers anciens et nouveaux qui lieraient mon vieux terrain, le Missouri, et mon nouveau, le Limousin. Il s’agissait de partir des étoffes vendues à Sainte-Geneviève (Missouri) par Guibourd ou les Rozier entre fin XVIIIe siècle et milieu du XIXe siècle pour poser la question de la consommation textile en Limousin au même moment, puis de demeurer dans ces campagnes limousines pour y travailler une histoire « avec les animaux » au contact des vétérinaires et des bovins pour mieux rebondir sur une ferme missourienne : celle de Célestin Guyenet. De très nombreuses pistes, de quoi amorcer plusieurs années de séminaire, toujours fondées sur une analyse précisément enracinée de questions d’ordre général.

Me revoici avec Guyenet, que je comptais donc aborder par le versant animal de son journal. Près de 100 000 caractères, presque 150 occurrences de bêtes domestiques : chevaux, bœufs, vaches, porcs, chat, chien, le tout, à strictement parler, au quotidien. De quoi donc appliquer des questions théoriques que je me pose depuis longtemps et d’imaginer la ferme comme une communauté anthropozoologique. Mais j’ai vite compris que l’option animale était beaucoup trop limitée : je ne saisissais pas tout l’univers fermier, le monde de Guyenet dans les monts Ozarks, si je ne l’abordais que sous cet angle-là. J’en suis venue à penser Guyenet dans trois cercles concentriques (et en excluant de fait la Suisse elle-même dont il se plaint de ne plus avoir de nouvelles). Premièrement son territoire le plus large est plombifère : il creuse sans cesse sa terre en cherchant du plomb afin de le vendre au fourneau Vallé, à quelques kilomètres de là, en espérant vainement faire fortune ; il s’insère de fait dans un système économique complet que l’historiographie a largement oublié (alors qu’il existe quelques beaux fonds d’archives que j’ai redécouverts à cette occasion) et pour lequel il faut se poser la question d’une éventuel modèle protoindustriel. Deuxièmement il vit dans une absence de village mais au cœur d’une société du voisinage et notamment auprès de quelques familles suisses, comme lui, mais aussi d’Anglo-Américains et de Créoles ; il y a là un système relationnel à saisir dans une campagne étatsunienne à lire au regard d’autres modèles. Enfin, j’y reviens, son quotidien fermier est fait avant tout d’une relation permanente à l’animal – que l’on peut inverser bien sûr, ses animaux vivant dans une relation permanente à Guyenet ; cette relation est d’une infinie complexité, faite d’affection et d’utilitarisme, de plaisir, de soins vétérinaires, d’abattage de porcs, etc… et alors que Guyenet cultive aussi maïs et pommes de terre tout en entretenant des vergers.

Le tout doit permettre de saisir une société (humaine et animale) autour de Guyenet et de croiser des champs, entre une histoire rurale peu courue aux Etats-Unis, une histoire de l’Ouest en testant à nouveaux frais des concepts parfois anciens, une histoire environnementale dans laquelle je tiens à inclure l’histoire « avec les animaux » alors que les deux champs sont très souvent séparés. Mais cela ne fera pas un livre. Un article suffira.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.