LPPR. le DÉgoût

Ces derniers jours, entre des cours en visioconférence qui laissent un goût amer, j’ai discuté avec doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s. La LPPR me déprime et me fait enrager à la fois mais elle ne bouche pas complètement mon avenir, tant je peux me concentrer sur le cœur de mon métier (la production et la diffusion de savoirs critiques en histoire) sans en subir d’excessives conséquences. Ce que ces jeunes chercheuses et chercheurs me disent, eux, c’est un découragement un dégoût profond : à quoi bon tenter même d’entrer dans la carrière ?  Se battre pour des voies étroites et précarisées, sans garantie de transparence des candidatures, pour exercer dans des conditions indignes à tous points de vue ? Mieux vaut rester dans l’enseignement secondaire et poursuivre ses recherches tranquillement, sans pression, à son rythme, tout en diffusant au mieux les savoirs et donc les manières d’exercer sa citoyenneté. La LPPR produit cela, une désaffection, un écœurement. Elle le produit chez moi, mais plus grave encore elle le produit chez ceux qui devraient être l’avenir de la recherche française. Elle tue l’avenir de la recherche. Comment espérer dans un système constamment sous-financé, bientôt aux mains de pouvoirs locaux sans limites, contraint à des exigences de production bâclée au service des intérêts de court terme de l’Etat, des collectivités locales ou des entreprises, alors qu’il sera même illégal de protester au sein des établissements ? Mais quels savoirs veut-on que nous produisions et enseignions ? De quel projet de société cette LPPR est-elle le nom ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.