Comparer, tuiler, les expériences bretonnes et missouriennes : reconfigurer un projet.

Il y a plus de deux ans j’avais écrit une première version de l’introduction de ce qui devait un jour devenir un livre centré sur l’expérience migratoire des familles Rozier/Desloge – et dans une moindre mesure des Audubon et des Dacosta – de Nantes vers le Missouri, construit sur un mode très narratif entre le milieu du XVIIIe siècle et le déclenchement de la Guerre de Sécession. A l’automne dernier encore, j’affirmais en séminaire que l’essentiel de la recherche était bouclé et que notamment les chapitres « bretons » étaient prêts à être rédigés alors qu’il demeurait du traitement statistique d’archives missouriennes à réaliser. Résultat : me voici en été 2020, plus de huit ans après que le chantier a été lancé et il se trouve en pleine reconfiguration – et les archives bretonnes ont été encore davantage mises à contribution.

Car finalement, plus qu’à un récit migratoire, je veux désormais me livrer à une sorte de comparaison tuilée de deux systèmes commerciaux animés pour partie par les mêmes familles des deux côtés de l’océan. Le premier est animé depuis Nantes, le deuxième depuis Sainte-Geneviève, Missouri. J’analyse le premier entre les années 1770 et 1800 et le deuxième des années 1810 aux années 1850. Mais la comparaison est « tuilée » car je suis les familles nantaises concernées dans les premières décennies du XIXe siècles pour constater leur retrait partiel d’un monde du commerce évolutif, tandis que pour comprendre leur insertion dans le Missouri étatsunien je traite en amont de le Haute-Louisiane espagnole et de ses consommateurs de fil de Rennes, de toiles Bretagne ou de Silésie, de mouchoirs de Cholet ou d’indiennes,  donc de réalités ancrées dans un XVIIIe siècle global. Il y aura donc comme un cœur narratif où pourront alterner chapitres bretons et missouriens alors que la Bretagne s’imposera au début et le Missouri à la fin.

C’est par le Missouri que le changement est venu, en raison d’une prise de conscience de ma part que les centaines de lettres échangées entre les protagonistes de mon histoire sur les deux rives de l’océan, qui constituaient le premier fonds que j’avais découvert sur le sujet, ne représentaient qu’une petite partie d’un gisement archivistique quasiment infini et dont la nature m’emmenait, et j’en était très heureuse, loin des méthodes et problématiques qui étaient les miens habituellement. Et ce, dans deux directions. D’une part, afin de saisir la société dans laquelle mes migrants s’inséraient et qu’ils participaient à construire, il fallait me plonger dans des analyses sérielles des registres paroissiaux et des recensements, je l’ai déjà indiqué dans de précédents billets. D’autre part les Rozier/Desloge ont laissé, éclatées dans divers dépôts, des centaines de pages de documents comptables, globalement de trois types : livres de compte de la boutique de Sainte-Geneviève, factures des fournisseurs philadelphiens et du transit à Pittsburgh pour la même boutique, et registre des expéditions de plomb et autres marchandises par l’Ohio et le Mississippi. Evidemment l’ensemble est lacunaire, les documents ne se répondent pas exactement et ne couvrent pas, loin de là, l’ensemble de la période d’activité de la famille ni celle de tous ses membres. Il faut compléter, à la fois pour comparer et pour tracer les réseaux, avec d’autres fonds : le grand livre tenu par Jacques Guibourd en 1799-1800, par exemple, ou les fonds extraordinaires et qui n’ont fait l’objet d’aucune exploitation, de la famille Ziegler entre les années 1820 et 1860. De la comptabilité à foison, de la manufacture de tabac des années 1820 et 1830 (qui livre la boutique tenue par Desloge à Potosi) aux transporteurs du port de Sainte-Geneviève dans les années 1850, tout est là pour offrir un tableau neuf de la petite cité en grande partie parce qu’elle peut être située dans un contexte régional et que l’analyse ainsi menée, loin de constituer une monographie familiale, ouvre sur de vastes horizons historiographiques et permet une relecture de l’histoire sociale et économique des petites villes du cœur du continent.

La conséquence naturelle a été cette année de procéder de même pour Nantes : élargir les sources, changer de méthode, ouvrir les horizons. L’exemple le plus simple part du constat que si François Rozier arme une quarantaine de navires à partir de 1771, beaucoup sont à destination de la Méditerranée, espace absent des analyses du commerce nantais de la fin de l’Ancien Régime, centrées sur la droiture et la traite malgré les récents appels à travailler le cabotage. Là encore il fallait en passer par le sériel : l’enquête est en cours et ce qui frappe c’est que Rozier s’inscrivait dans un véritable courant qui de Nantes faisait aller les navires jusqu’en Méditerranée (de Valence à Fiume) et les faisait revenir par Marseille chargés de savon, d’huile, de coton, de laine et de « drogueries », ou de Catalogne chargés de vin et d’eau-de-vie. Mon réflexe a alors été de suivre le chemin de ces produits, notamment du savon de Marseille, sur lequel on sait peu de choses, aussi peu que sur le fil de Rennes. Or les archives de l’octroi de cette ville montrent ce savon arrivant en masse de Nantes, et les dossiers de faillite conservés aux archives d’Ille-et-Vilaine offrent de belles pistes sur les ventes au détail à Rennes même ou ailleurs. Un marchand de Paimpont, Guillaume Galbois, en a ainsi plein ses réserves en 1789. Ce marchand est d’ailleurs diablement intéressant. Il est cité par Sklaerenn Scuiller car il vend aussi des produits alimentaires et elle indique qu’il a été formé à Angers. Je me permets d’en douter. Certes le dossier de faillite comprend un cahier d’écolier angevin mais il y a peu de chances que ce soit le sien : les dates correspondent mal et il existe en parallèle deux registres comptables d’un épicier angevin des mêmes années 1777-1779 alors que la famille Galbois, comme l’indique facilement une plongée dans les registres paroissiaux de Paimpont, est depuis longtemps enracinée dans la clairière du Cannée. Le lieu, spécialisé dans le blanchissage du fil de lin venu de Bécherel et dans sa commercialisation, est un foyer de marchands dont certains s’échappent vers le haut, tel Galbois, qui a diversifié ses affaires et a dans le même temps un magasin à Rennes. La présence de papiers angevins dans la procédure de faillite est peut-être inexplicable mais le dossier dans son ensemble et associé à d’autres donnerait envie de creuser une histoire du Cannée d’une part, du fil de l’autre si je repense à celui qui, de Bécherel, devient « fil de Rennes » dans les mains de teinturiers urbains et « fil de Paimpont » dans celles de blanchisseurs ruraux.

La clairière du Cannée en Paimpont, août 2020

En attendant de creuser plus avant un jour dans ce sens, voici un acteur supplémentaire à mon histoire. Joseph Le Saux en est un autre : lorsque Rozier est chargé de l’approvisionnement de la ville de Nantes au début de la Révolution, il fait très souvent appel à lui. Ses collègues rennais font de même. Ce marchand blatier de la Roche-Derrien n’a laissé aucune trace comptable de ses activités hormis, indirectement, par cet approvisionnement révolutionnaire. Mais il fut, et c’est en revanche bien documenté, un des principaux acquéreurs de biens nationaux des Côtes-du-Nord. Et je pourrais poursuivre avec les fournisseurs nantais de la boutique que tint Jean Audubon à Saint-Domingue dans les années 1780 ou avec les ouvriers nivernais que Dacosta faisait travailler au même moment dans ses forges et fonderies de Saint-Sébastien, sur la rive sud de la Loire, et du village de Fouques, sur la Sèvre en amont de Clisson.

Le site de la forge de Cugand, au village de Fouques, août 2020.

Ainsi, alors que travailler Sainte-Geneviève mène à comprendre les emboitements d’échelles entre petites villes missouriennes, réseaux fluviaux continentaux et horizons atlantiques, reprendre le dossier des quatre familles nantaises, avant qu’elles envoient chacune un rejeton en Amérique durant la Révolution française, livre un panorama également réticulaire et très large qui mène des rives méditerranéennes à Saint-Domingue et des foyers d’une grande ville comme Rennes au semis de bourgs et de villages qui en Bretagne participent à l’économie globale. Cela doit permettre de lire un système économique complet et de le faire dans une dimension profondément sociale, en se tenant au plus près des acteurs, de leurs logiques familiales connectées mais aussi hiérarchiques et inégalitaires car il ne peut s’agir de refaire une histoire de négociants. Les personnages centraux du récit ne font pas partie de la couche supérieure du monde du négoce largement privilégiée dans l’historiographie nantaise mais de la strate immédiatement inférieure, encore à découvrir. Et les systèmes dans lesquels ils s’insèrent mettent en branle marchands ruraux, transporteurs, fileurs, ouvriers métallurgistes, et au final des consommateurs d’une grande variété. Il en va de même depuis le Missouri, où l’on retrouve ce genre d’acteurs auxquels il faut ajouter une abondante main d’œuvre servile. Mais ce « même » ne doit pas cacher les différences, dans l’évolution des structures du capitalisme entre XVIIIe et XIXe comme entre structures bretonnes et missouriennes, françaises et étatsunienne. Pratiques marchandes et de consommation méritent comparaison. L’histoire sera donc infiniment plus ample que celle que j’avais envisagée initialement, infiniment plus stimulante à mon goût.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.