De Sainte-Geneviève vers l’amont toujours : les routoirs du Trégor

Après les fils de Rennes, les toiles Bretagnes. Bien mieux connues, bien sûr, mais rien ne vaut le passage par le terrain. Guibourd et Provencher les vendaient à Sainte-Geneviève, il fallait donc aller voir les routoirs dans lesquels les Trégorrois mettaient à rouir le lin, première étape qui allait mener à la production des toiles.

Les milliers de routoirs de l’arrondissement de Lannion sont bien visibles sur le cadastre ancien mais la fin de l’activité de rouissage les avaient fait disparaître, définitivement ou sous le couvert végétal. Ce patrimoine a été récemment revivifié, notamment par l’association Skol ar C’hleuziou qui de son objectif initial – et maintenu – de restauration des talus bocagers, est passée logiquement à la mémoire du rouissage.

Une fort belle « Boucle des 21 routoirs » permet, en moins de deux heures, de marcher à la découverte de ces sites au départ de Pouldouran, au sud-est de Tréguier. Et d’imaginer à partir de cette étape qui consistait à laisser fermenter le lin dans l’eau pour pouvoir en extraire les fibres, le circuit complet du produit, des graines de lin de la Baltique à la vallée du Mississippi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.