De Sainte-Geneviève, tirer les fils mène à Rennes

Autour de 1800, Jacques Guibourd et Pierre Provenchère tiennent une boutique à Sainte-Geneviève, dans la Haute-Louisiane espagnole, sur les rives du Mississippi. Tous deux sont des Français qui ont choisi cette terre lointaine car elle était résolument royale et catholique, loin des révolutions qu’ils fuyaient à Saint-Domingue et en France. En cela ils font de l’ancien Pays des Illinois un refuge contre-révolutionnaire, l’insérant dans les logiques politiques atlantiques. Le livre de compte de leur boutique qui subsiste et qui porte sur la période courant d’octobre 1799 à octobre 1800 montre d’autres logiques atlantiques : celles de la circulation de la production textile européenne.

Comme souvent dans ce genre d’activités, la boutique Guibourd & Provencher n’a pas laissé suffisamment de traces pour en saisir l’ensemble du fonctionnement : il ne reste que le grand livre en partie double sur une année d’exercice[1], sans qu’il soit possible de savoir d’une part si les partenaires tenaient l’ensemble de leur comptabilité dans les règles de l’art ni d’autre part combien de temps leur affaire a tenu. Néanmoins ce seul grand livre apporte déjà beaucoup, ne serait-ce que par la rareté des documents équivalents : Charles Gratiot à Saint-Louis et Barthélémy Tardiveau à New Madrid ont laissé de belles archives sur les années antérieures mais souvent pour une époque où les conditions géopolitiques du commerce étaient très différentes du fait du statut du Mississippi[2] ; Berte Grima, depuis La Nouvelle-Orléans, envoyait bien, lui, autour de 1800, quelques pièces textiles à Sainte-Geneviève[3] ; et les  fonds suivants concernent la période étatsunienne, aux logiques différentes, de l’histoire de la région.

Parmi les multiples pistes que permet d’emprunter ce document, intéressons-nous au textile, qui représente le gros du chiffre d’affaires de Guibourd et Provencher : 826 transactions pour 150 clients qui dépensent 5192 « gourdes » – mais les achats sont effectués en nature, le plus souvent en plomb, le minerai local exporté par ce biais vers La Nouvelle-Orléans et au-delà. On trouve à la boutique tout ce qui fait la production européenne : des produits de l’Ouest français (Morlaix, bretagnes, mouchoirs de Cholet, toiles de Rouen, sans doute gingas) ou d’ailleurs (toiles de Flandres ou de Russie) ou des indiennes indiquées comme « françaises », « anglaises » ou « américaines ». Dans l’ensemble ces produits sont plutôt bien connus, à des degrés divers : le coton français a ses historiens[4], les pièces bretonnes aussi[5], et l’histoire des indiennes a été renouvelée récemment par l’analyse de leur consommation, trop peu pourtant dans le cas français.

Mais un point m’a beaucoup intriguée : les 22 transactions comprenant du « fil de Rennes », à côté de « fils français » et de « fils anglais ». J’ai réalisé que finalement, hors les crées et les bretagnes, la production bretonne demeure encore trop dans l’ombre : les noyales par exemple[6], ou les toiles de Clisson et coutils de Vieillevigne, attendent leurs historien.ne.s, tandis que commercialisation et consommation demeurent souvent des angles morts. Quand j’ai voulu savoir ce qu’étaient ces fils de Rennes, il m’a bien fallu me résoudre à l’évidence. Personne n’a jamais travaillé sur le sujet, personne ne l’a même abordé un peu sérieusement pour ce qu’il semble être : un secteur moteur et spécifique de l’économie rennaise du XVIIIe siècle et du système textile breton en général. Jean Meyer, dans l’Histoire de Rennes qu’il a dirigé en 1972, notait l’importance des fils mais, alors qu’il avait visiblement compulsé les archives pour traiter des deux plus importantes manufactures toilières rennaises avant 1789, il ne l’avait pas fait pour les premiers et se contentait en sept lignes de reprendre presque mot pour mot ce qu’en disait Savary des Brûslons dans son Dictionnaire universel du commerce en 1742, lui-même exact décalque du texte que donnait en 1718 Piganiol de la Force dans sa Nouvelle Description de la France[7]. En gros, Rennes importe du fil des régions de Bécherel ou Dinan et les teinturiers le retordent et lui donnent une vaste gamme de couleurs pour le vendre sur le marché parisien, en Espagne ou en Angleterre. Il n’existe pour ce faire aucune manufacture mais un dense tissu artisanal, pour un commerce qui peut atteindre au début des années 1730 1,2 millions de livres par an[8]. Philippe Jarnoux était ensuite le seul à aborder la question, en 1996 : en étudiant la bourgeoisie rennaise du XVIIIe siècle il constatait que la teinturerie avait permis quelques belles ascensions sociales, chez les Corbin, les Cohan ou les Marion[9]. Mais son propos n’était pas d’étudier ces teinturiers comme agents économiques ou d’éclairer les structures de la production de fil. Or ce fil parvient au cœur du continent nord-américain (sans doute par l’Espagne) et qui plus est à une période où on imagine plutôt des difficultés dans la circulation des produits – ce qui n’est pas si évident.

Il faut reconnaître que les archives sont particulièrement rares sur cette activité de teinturerie – et qu’il faudrait pour comprendre entièrement la chose suivre une logique de filière en amont, de la culture et du traitement des fibres à la production des fils et aux intermédiaires qui les apportent à Rennes. En cette fin du XVIIIe siècle, comme au début du siècle suivant, il n’est pas à ma connaissance de rapport administratif qui s’y intéresse et je n’ai pour l’instant pas trouvé de mention de fil dans la correspondance ou la comptabilité de marchands rennais (ou nantais) de ces mêmes années. Sur le monde de la teinturerie lui-même, les registres d’état-civil apportent des éléments concernant les stratégies matrimoniales du milieu mais ce sont les rôles de capitation qui intriguent le plus. En 1789, en effet, je compte 34 teinturiers, concentrés dans les paroisses de Saint-Germain et de Toussaints, proches de la Vilaine, et plus précisément, pour plus de la moitié d’entre eux, sur les rues Saint-Germain, rive nord, et Parcheminerie, rive sud. Mais surtout les inégalités fiscales, donc de revenu, sont énormes : vingt d’entre eux ne paient que 15 sols, huit paient entre 1 et 9 livres tandis que six dépassent les 20 livres, ce qui a priori les placerait dans les rangs de bourgeoisie, même petite et à condition d’une certaine stabilité de leurs revenus qui reste à vérifier. Sur ces six, deux dépassent les cent livres : Corbin (100) et Marion (102), parfaitement installés parmi les élites urbaines comme le signalait déjà Jarnoux. Les deux fils de Corbin sont en effet procureur et avocat[10]. Il faudrait comprendre ce qui produit de tels écarts, dans un système corporatiste classique jusqu’à la loi Le Chapelier mais aussi dans un système économique qui reste à comprendre : quel est le sens de cette hiérarchie, qu’est-ce qui est produit par qui et comment, qui se charge de la commercialisation des fils ? Questions naïves, peut-être, mais sans réponses pour l’instant. Et pour parvenir jusqu’à Sainte-Geneviève, il faut de nombreuses étapes intermédiaires, donc de multiples acteurs. Sans doute les archives notariales en apprendraient-elles davantage sur la première partie de mon histoire de fil. Mais sans en dévoiler la fin car certes Guibourd, issu d’une famille angevine, était peut-être familier de ces produits et réseaux de l’Ouest français, mais que faisaient exactement les acheteurs de la Haute-Louisiane de ces fils de couleur destinés à la couture ? Comment retrouver dans les pratiques locales du fil invisibilisé par son insertion dans les vêtements au sens le plus strict du terme ?

 

 

[1] Missouri Historical Society, Louis Guibord collection, account book.

[2] Missouri Historical Society, Charles Gratiot papers, Box 3, trois livres de compte. Les Barthélémy Tardiveau papers sont intégrés à : Abraham Lincoln Presidential Library and Museum (Springfield, ILL), Pierre Menard Papers, 1741-1910.

[3] Archives and Special Collections at Tulane University, Grima family papers.

[4] Serge Chassagne, Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, éd. de l’EHESS, 1991.

[5] Jean Tanguy, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du 16e au 18e siècle, Rennes, Apogée, 1994 ; Jean Martin, Toiles de Bretagnes. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac, 1670-1830, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

[6] Mais voir Yann Lagadec et Delphine Pointeau, « La protoindustrie dans les campagnes des environs de Vitré (XVIe-XIXe siècles) : un modèle spécifique de production ? », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, 2008, p. 181-208.

[7] Jean Meyer, dir., Histoire de Rennes, Toulouse, Privat, 1972, p. 263 ; Jacques Savary des Brûslons, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle, et des arts et métiers. Tome I, Partie II. Genève, C. & A. Philibert, 1742, p. 221 ; Jean-Aimar Piganiol de la Force, Nouvelle Description de la France, Tome 4, Paris, Théodore Legras, 1718, p. 477-478 – la première édition du Savary date de 1723.

[8] D’après le mémoire de Gallois de la Tour cité par Henri Sée, « L’industrie et le commerce de la Bretagne dans la première moitié du XVIIIe siècle », Annales de Bretagne. Tome 35, numéro 2, 1921. pp. 187-208.

[9] Philippe Jarnoux, Les Bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes aux XVIIIe, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1996, p. 44-45 et 55.

[10] Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, CC 561, rôles de capitation de 1789. J’ai consulté également les années 1781, 1787, 1788 et 1790.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.