Pour résoudre la crise de l’université, accentuons les phénomènes qui en sont la cause…

J’ai pris connaissance hier du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche pour les années 2021 à 2030 qui sera présenté en conseil des ministres le 8 juillet http://www.groupejeanpierrevernant.info/LPPR_PROJET_DE_LOI.pdf  . Et l’écœurement est absolu. Nous sommes dans le « monde d’après », celui dans lequel il faut se « réinventer » : la réinvention consiste ici, comme pour l’hôpital, la crise environnementale et j’en passe, en l’accentuation de toutes les évolutions contre lesquelles les protestations étaient actives ou montaient quand la covid-19 a surgi.

Frédérique Vidal dans la presse disait qu’il fallait « profiter » de la crise pour renforcer l’enseignement à distance dans les universités. Les premiers éléments du « Ségur de la santé » révélaient un gouvernement affirmant en préalable que les grandes lignes suivies depuis 2017 étaient les bonnes et resteraient inchangées. Des millions sont offerts pour reconstruire à l’identique le système économique et financier, comme après la crise de 2008 en se drapant dans des discours creux. Et voici la programmation de la précarisation de la recherche. Je pense avant tout à mes doctorants : quel avenir leur offrir désormais ? C’est à se demander s’il ne vaut pas mieux, avec leur capes ou leur agrégation, rester dans l’enseignement secondaire en étant chercheurs ou chercheuses associé.e.s, ce qui leur permettrait d’essayer de continuer à faire de la recherche à leur rythme et dans la stabilité. Car cette invention florissante de nouveaux statuts, de nouveaux modes d’entrée dans une « carrière » devenu bien floue, ne vise qu’à la précarisation éternelle de jeunes chercheurs et chercheuses (qui vieilliraient précaires…) au nom d’un principe désormais bien rôdé : la recherche ne fonctionne que par contrat court. Il faut des projets rapides, collectifs, répondant à des besoins précis. Et donc désormais des emplois attachés à ces projets, sans perspectives. Ce qui sous-tend cette logique, c’est que l’université doit être un centre de services techniques pour les entreprises, l’Etat ou les collectivités locales. Voilà ce qu’il faut refuser, en bloc. L’université est un service public d’enseignement et de recherche, et la recherche, inséparable de l’enseignement dans des phénomènes d’irrigation croisée, ne se réalise que dans l’indépendance la plus absolue et sur le temps long, ou au-moins libre, afin de produire des savoirs critiques. Cela ne passe que par des financements récurrents (qui ne seraient pas plus coûteux que les actuels projets et sans aucun doute plus efficaces), par la stabilité d’un statut d’enseignant-chercheur à revaloriser, et par les systèmes d’évaluation par les pairs qui existent déjà (même si je ne nie pas leurs biais !) sans qu’il soit besoin d’ajouter des structures technocratiques surnuméraires et inutilement énergivores. C’est sur ces bases que l’opposition aux avant-projets montait cet hiver. La crise sanitaire est bien pratique : en stoppant net la contestation, elle permet cyniquement d’imposer le pire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.