De quelques marins de tous horizons

Rozier fils, commerçant à Sainte-Geneviève, allait une fois par an, au début du XIXe siècle, à Phildelphie et à New York s’approvisionner en produits européens pour remplir sa boutique de la vallée du Mississippi. Son père aussi, depuis Nantes, faisait circuler les produits : majoritairement, avant la Révolution, il envoyait ses navires en Méditerranée, animant un circuit de grand cabotage encore mal connu. Or il concerne à cette époque plusieurs dizaines de voyages par an au départ de Nantes et fait se rencontrer des hommes de tous horizons géographiques parmi les équipages concernés.

Ainsi le 20 novembre 1773, l’Edouard, armateur Taillebois, quittait Nantes pour n’y revenir qu’une année plus tard après avoir visité Marseille et Toulon[1]. Le navire, de 130 tonneaux, compte 13 hommes d’équipage. Neuf sont originaires d’Ambon, dont le capitaine Guillaume Guernic, habitué à ce circuit, comme sans doute les hommes qu’il embarque, le tout n’ayant rien d’original : Bernard Michon a bien montré combien Ambon, entre l’estuaire de la Vilaine et la presqu’île de Rhuys, était un des réservoirs majeurs de la flotte nantaise[2]. Ces hommes du peuple[3] connaissent finalement mieux le monde que leur armateur qui ne monte pas sur ses navires : les ports d’étapes ou de relâche leur ouvrent les portes d’univers, de langues, d’odeurs, de sociétés portuaires variées entre Nantes et la Méditerranée. Ils ne reviennent d’ailleurs pas toujours ni à Nantes ni à Ambon, ou de manière contournée. En l’occurrence deux d’entre eux ont déserté (Jacques Thomas et Guillaume Robert), deux ont interrompu leur voyage pour maladie, le premier dès Paimboeuf (Julien Poqué), l’autre à Marseille (Jean Jean). Mais, surtout, six ont débarqué à Marseille et ne sont pas remontés à bord pour le trajet retour : le maître d’équipage René Bonno, les quatre matelots Joseph Herlegan, Jean Perron, Jean Magré et Vincent Le Mazec, et Jacques Poirier, dont la place dans l’équipage n’est pas claire.

Il fallait donc que le capitaine Guernic trouve à Marseille de quoi composer un nouvel équipage. Rien de bien compliqué sans doute dans un grand port où la main d’œuvre flottante abonde. En octobre 1774 neuf hommes sont donc embauchés. Deux sont des fils d’Ambon (Jean Hurtau et Vincent Tual), signe de la persistance de réseaux de connaissance ; le nouveau maître d’équipage, Joseph Pouce, est de Paimboeuf et le matelot Laurent Graverand, de Cherbourg. Ces hommes de la France atlantique attendaient sans doute un embarquement de retour – avant de repartir. Les autres révèlent un grand brassage du monde maritime méditerranéen et atlantique. Jean Guillems est anglais, Antoine Devamos « de Rio Janeïro en Bresil », Jean Manuel vient de Cadix, Jerime Vigo est presque un voisin, de Gênes, et enfin François Duhamel est un Acadien de l’île Saint-Jean, condamné à ne jamais rentrer au pays. Ces hommes allaient connaître, à leur tour, Nantes – et peut-être y étaient-ils déjà allés – poursuivant ce cosmopolitisme maritime absolu et ouvrant la voie à des questionnements sur les savoirs populaires du monde : que se racontaient ces hommes, durant les mois de navigation ? Comment vivaient-ils le partage (supposé) de leurs cultures au-delà d’un socle professionnel commun ? Et comment Nantes allait vivre avec ces hommes venus de tous les horizons ?

 

[1] Archives départementales de Loire-Atlantique, C1371, décembre 1774.

[2] Bernard Michon. Le port de Nantes au XVIIIe siècle. Construction d’une aire portuaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.

[3] La formule, comme la volonté de donner un nom à ces hommes au-delà de ceux, bien connus des armateurs nantais (encore que : on connait ceux des armateurs en droiture ou négriers, mais peu ceux du commerce méditerranéen), renvoie à Alain Croix, Thierry Guidet, Gwenaël Guillaume et Didier Guyvarc’h, Histoire populaire de Nantes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017 ; et, des mêmes, Histoire populaire de la Bretagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.