Rennes-Limoges, aller-retour

La partie française de la vie des Rozier/Desloge m’entraîne à fouiller le monde du négoce atlantique de la fin du XVIIIe siècle mais aussi celui des marchands qui animent les routes de la Bretagne et d’ailleurs à la même époque. Incidemment, le temps de quelques pièces trouvées aux archives départementale d’Ille-et-Vilaine, ma capitale, Rennes, et mon désormais point d’ancrage professionnel, Limoges, se sont trouvés liés en germinal an 3 (avril 1795).

Une bribe, donc, que je partage ici. Un marchand limougeaud que je devine, peut-être à tort, relativement modeste et dont je ne peux déchiffrer le nom (ou plutôt la raison sociale, terminée en « ainé et fils »), écrit à Godefroy Brossais Saint-Marc, marchand rennais dont le nom est bien connu car son fils est devenu un notoire évêque de sa ville natale mais dont les activités commerciales n’ont jamais vraiment été scrutées. Il trafiquait les toiles et importait des vins de Bordeaux, deux activités fort normales dans sa région, mais est passé inaperçu car les études sur ces domaines ont tendance à s’arrêter à la Révolution, époque pour laquelle il subsiste une correspondance lacunaire[1]. Où l’on voit que Brossais Saint-Marc vendait aussi du beurre.

 

« Limoges, 21 germinal an 3

Citoyen B[rossai]s St M[arc]

Nous avons reçu en son temps le panier beure fondu que vous avez eu la bonté de nous envoyer. Nous vous avons crédité de [L] 431 conformément a votre facture.

C’étoit la verité l’orsque nous vous avons reïteré que nous n’avions pas reçu de toilles d’enveloppe qui peut se porter a 10 l la verge, puisque la prem[ie]re enveloppe etoit de la même que celle qui servoit d’embalage aussi avons-nous toujours pensé que cetoit une erreur commise par l’embaleur la toille qui enveloppoit le beure nous la confirmé ; nous neussions fait aucune reclamation si elle eut approché de cette q[uali]té puisque vous vous en rapportez a nous nous portons les 12 verges a 5 l nous n’en retirerons pas 20 l.

Nous vous remettons cy inclus notre traite sur J-J Rousseau rue des Jeuneurs a Paris, a 550 l »

Suit une formule de politesse rendue illisible par le cachet.

 

[1] La très belle thèse de Sklaerenn Scuiller, « Le commerce alimentaire dans l’Ouest de la France au XVIIIe siècle. Territoires, pratiques et acteurs », Thèse, Université Rennes 2, 2015 ; ou Hiroyasu Kimizuka, Bordeaux et la Bretagne au XVIIIe siècle. Les routes du vin, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. La lettre présentée ici: Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1F 1820. Legs Guillet, papiers Brossais St Marc,  germinal an 3.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.