Compter les femmes qui travaillent : Missouri, Illinois, 1860

Les historiens étatsuniens savent bien à quel point l’usage du recensement fédéral comme source est complexe. En voulant analyser les structures sociales de quelques petites villes du sud-est du Missouri et en les comparant à Chester (Illinois) en 1860, j’en ai eu la confirmation : le travail des femmes y est particulièrement difficile à lire.

Les recensements fédéraux, qui existent depuis 1790, ne comprennent jusqu’en 1840 que les noms des chefs de famille et le nombre de personnes au foyer, classées par genre, tranche d’âge et statut (libre/servile). C’est évidemment très frustrant et 1850 apporte de ce point de vue des changements bienvenus : le recensement devient alors nominatif, avec pour chaque individu mention de l’âge exact, de la profession, du lieu de naissance, de la « couleur », etc… Mais les instructions laissées aux agents recenseurs cette année-là sont claires : inutile de mentionner les professions des femmes. Il manque donc des données fondamentales qui empêchent de bien comprendre le fonctionnement des sociétés. Dix ans plus tard, en 1860, les autorités font le choix inverse : les femmes ont droit à la reconnaissance publique d’une vie professionnelle. Néanmoins le soulagement ressenti par l’historien.ne n’est qu’illusoire car les données ne sont pas normalisées et dépendent fortement du contexte culturel local et de la manière dont l’agent recenseur le comprend.

Prenons trois cas : Sainte-Geneviève, Fredericktown et Chester. Sainte-Geneviève, sur la rive missourienne du Mississippi, qui compte 1397 habitants, dont 153 esclaves (10,9 %), est une ville de fondation coloniale française, qui comporte toujours un fort élément créole mais aussi une très importante communauté catholique allemande fraîchement débarquée et de nombreux migrants français ; les Anglo-Américains y sont nettement minoritaires. Fredericktown, avec ses 267 habitants dont 64 esclaves (22,5 %) n’est pas un village mais bien le siège du comté de Madison, dans l’est des Monts Ozarks : ville nouvelle créée par des Anglo-Américains à côté d’un vieux village créole, elle peine à se développer et n’est qu’un petit centre de service local quand Sainte-Geneviève a réussi à quelque peu diversifier son économie. Chester est le siège du comté de Randolph, dans l’Illinois, sur la rive orientale du Mississippi à une poignée de kilomètres en aval de Saint-Geneviève. Elle n’abrite donc pas d’esclaves : ses 1288 habitants sont libres, y compris une petite poignée d’Africains-Américains, infime communauté dans une ville peuplée également de migrants allemands.

Il est des femmes pour lesquelles la question du travail ne se pose pas vraiment : les esclaves de Sainte-Geneviève et de Fredericktown. Qu’elles travaillent relève de l’évidence et pourtant le recensement seul ne permet pas d’aller plus loin : les professions serviles ne sont pas indiquées – pas plus que les noms des individus, seul leur sexe et leur âge compte – et on ne sait pas non plus à partir de quel âge les maîtres font travailler telle ou telle jeune fille. Difficile dans ces conditions de chiffrer l’emploi féminin. Mais les professions des maîtres[1] donnent des indications : ces filles et ces femmes travaillent comme domestiques ou dans les services urbains, dans l’hôtellerie et les boutiques notamment.

Les femmes libres posent d’autres problèmes. Si l’on porte le regard sur chacune des villes isolément des autres, il peut sembler y avoir une cohérence, que la comparaison détruit toutefois presque entièrement. Commençons par Chester. Les communautés de l’Illinois ont beaucoup attiré l’attention lors de l’âge d’or des community studies et du quantitativisme dans les années 1970-1980 mais sans que la question du travail féminin soit centrale et en traitant des villes qui ont souvent grossi plus vite que Chester[2]. En 1860, John Shannon, l’agent recenseur, qui n’est pas un habitant de la ville, compte 30 femmes exerçant une profession, dont trois Africaines-Américaines. Et hormis une propriétaire d’hôtel, elles n’ont qu’un seul métier : « domestic ». Il s’agit par ailleurs de femmes jeunes, autour de 20 ans, probablement issues dans la plupart des cas de familles d’émigrants locaux (souvent allemands, donc, et parfois irlandais) si l’on en juge par un croisement entre patronymes et âges à l’intérieur des familles. Le regard de l’agent recenseur laisse penser que le devenir de ces jeunes femmes n’est pas professionnel mais familial : passé 25 ans, les femmes semblent mariées. La société de Chester, qui comprend assez de familles variablement aisées pour embaucher de la domesticité (mais très rarement plus d’une personne), entretiendrait une forme de conservatisme social et culturel clair. Il faudrait suivre ces jeunes femmes dans la suite des recensements décennaux pour confirmer.

Mais les choses s’obscurcissent si l’on franchit le Mississippi. A Fredericktown, l’esclavage pourrait a priori assurer la domesticité. Et pourtant on trouve, comme à Chester, une femme propriétaire d’hôtel et 11 « domestic ». Mais le statut réel de ces dernières pose question et laisser penser qu’il ne faudrait pas les inclure dans les statistiques des professions féminines. Car ce sont en fait les filles – et les femmes pour deux d’entre elles – de la famille : elles ne travaillent pas au-dehors mais sont bien recensées chez elles, comme s’il s’agissait d’indiquer que la fonction (et non la profession) féminine était bien domestique. Dans certaines familles, la mère a comme profession « wife » et la fille entre 15 et 20 ans « domestic ». L’agent recenseur, Fox, ne lit donc pas le social exactement de la même manière que Shannon à Chester.

            Un voyage à Sainte-Geneviève complexifie encore la donne. Le recenseur n’a pas indiqué son nom mais l’absence totale de fautes d’orthographes aux anthroponymes français en même temps qu’une tendance à l’anglicisation des prénoms (signe de ce que l’on sait par ailleurs, un étiolement de l’usage du français) laisse supposer qu’il était au moins en partie au fait de la réalité créole, donc d’une spécificité possible. Il a indiqué des professions pour 69 femmes (et 341 hommes). Faisons un sort à quelques exceptions qui révèlent la diversité des fonctions d’une petite ville : il y a par exemple à Sainte-Geneviève deux modistes et un établissement d’enseignement féminin dont la directrice et l’ensemble du personnel sont également féminins. Mais surtout on relève :

  • D’une part 47 femmes occupant des métiers de services : dans la domesticité – mais personne n’est défini comme « domestic », on a ici des « servants », proches cependant sociologiquement du modèle de Chester – la blanchisserie (2 cas), mais ce sont surtout les 27 couturières qui frappent l’esprit. En-dehors de trois ou quatre cas, ce sont toutes des Créoles, qui sont largement surreprésentées. Elles sont de tous âges, parfois mères et filles travaillent ensemble au foyer, qui peut ne pas comprendre d’hommes comme chez la veuve Odile Ste Gemme et sa fille Zoé. Ne pas pouvoir remonter dans le temps s’avère très dommageable : cette société de couturières existait-elle à Sainte-Geneviève avant 1860 ? Et que cousaient-elle, pour qui ? Avec quel degré de commercialisation ? S’agirait-il d’un vestige d’une économie rurale d’origine française, confortant alors une historiographie qui, faute de contextualisation et prise au piège d’une mémoire fantasmée, tend souvent à voir dans les pôles créoles des conservatoires d’un passé réinventé ? L’hypothèse est tentante mais un simple coup d’œil aux (très) petites villes voisines altère cette impression : à Potosi (594 habitants) résident deux couturières et à Perryville (350 habitants) trois autres. Or aucune n’est créole : deux sont nées en Irlande, les autres en Suisse romande et en Pennsylvanie, et la dernière est une Anglo-américaine du Missouri. Qu’il y ait proportionnellement davantage de couturières à Sainte-Geneviève reste vrai, mais qu’il faille l’attribuer à une sorte de déterminisme culturel est trop facile. La question première serait plutôt à mon sens de savoir pourquoi les agents Fox et Shannon n’en ont vu aucune à Fredericktown et à Chester alors que celui en charge de Sainte-Geneviève en a vu autant.
  • D’autre part 10 femmes semblent occuper un rang à part dans la société génovéfaine : une « demoiselle » et neuf « ladies ». Curieuses « professions » à vrai dire, à comprendre en parallèle de ces six « gentlemen » qui semblent vivre de leurs rentes – des rentiers donc, figure par excellence du XIXe siècle bourgeois ? Certains profitent d’une retraite aisée, comme Ferdinand Rozier ou Sebastian Ziegler, d’autres comme le riche Adolphe Papin, 35 ans (qui mourra le 30 juin 1860, 29 jours après le passage de l’agent recenseur), sont plus mystérieux. Mais les « ladies » mériteraient une étude plus approfondie : elles ne sont pas créoles, hors Mary Papin, épouse d’Adolphe. Ainsi la même maison du cœur de la ville, entourée des meilleures familles[3], abrite à la fois Cornelia et Ellen Manning 32 ans et 16 ans, et Louisa, Clara et Julia Adams, respectivement 55, 21 et 19 ans. Dans ce cas les « ladies » sont des femmes de la bourgeoisie anglo-américaine (catholique, néanmoins), veuves ou non encore mariées. En revanche, Mary Anne Bantz et ses filles Ellen et Fanny vivent sous le même toit que le mari fermier de la première et son aide, le fils, William, 18 ans. Rien de bien clair si ce n’est une honorabilité certaine dans la société locale mais de nombreuses épouses ou veuves bien plus riches que celles-ci n’ont pas droit à ce titre-profession. Et on ne peut y lire une spécificité créole, tout juste une spécificité de Sainte-Geneviève puisque les petites villes alentours ne reproduisent pas cette typologie. Il est dommage, dans ce contexte, de ne pas connaître le nom de son auteur, l’agent recenseur…

Que retirer de tout cela ? Le plus simple serait de conclure à l’existence concomitante de plusieurs modèles locaux en termes de travail des femmes. Tout en reconnaissant qu’il puisse y avoir, évidemment, des variations en fonction de l’origine et la nature des communautés en question, il faut surtout admettre, et je ne suis pas la première à le dire, qu’il faut utiliser les données du recensement fédéral avec d’infinies précautions et toutes les procédure critiques possibles, notamment la comparaison d’une communauté à l’autre et une réflexion sur les catégories utilisées[4]. Parvenir à comprendre le travail féminin passe d’abord par l’élucidation du regard masculin qui fixe les normes, à la fois à l’échelle fédérale quand il décide qu’il est important de connaître cette réalité et à l’échelle locale quand les agents travaillent ces normes en fonction de facteurs qu’il faudrait pouvoir scruter en détail : les appellations sont-elles des impositions ou des négociations ? Les femmes concernées ont-elles pu avoir un rôle dans la définition d’elles-mêmes, en fonction de configurations locales qui rend les comparaisons entre communautés très difficiles et ne facilite pas la compréhension de chacune d’entre elle ?

 

[1] Qui ne sont d’ailleurs pas nécessairement leurs maîtres : rien n’est clair dans le recensement et des esclaves peuvent être recensés sur leur lieu de travail, là où ils sont loués par leur propriétaire. Voir Diane Mutti Burke, On slavery’s border: Missouri’s small-slaveholding households, 1815-1865, Athens, University of Georgia Press, 2010.

[2] Don Harrison Doyle, The Social Order of a Frontier Community : Jacksonville, Illinois, 1825-1870, Urbana, University of Illinois Press, 1978 ; John Mack Faragher, Sugar Creek: Life on the Illinois Prairie, New Haven, Yale University Press, 1986; Kay J. Carr, Belleville, Ottawa, and Galesburg: community and democracy on the Illinois Frontier, Carbondale, Southern Illinois University Press, 1996. Dans un contexte intellectuel fort différent il est intéressant de constater que Kristin L. Hoganson veut dessiner un nouveau modèle pour l’histoire du Midwest en utilisant le cas de Champaign, dans… l’Illinois : The Heartland : An American History, New York, Penguin Press, 2019.

[3] St. Genevieve Museum, Tax Book of the City of St. Genevieve for the year 1861.

[4] Paul Schor, dans Compter et classer. Histoire des recensements américains, Paris, éditions de l’EHESS, 2009 a surtout travaillé sur les catégories raciales mais le travail doit être effectué à tous les niveaux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.