Espoirs à La Nouvelle-Madrid, 1803

J’ai déjà évoqué dans deux billets de 2016 la figure de Mathurin Michel Amoureux, passé du commerce américain mené depuis Lorient dans les années 1780 au négoce à Sainte-Geneviève dans les années 1810. En 1803, il était installé à New Madrid (la Nouvelle-Madrid) et son été était plein de grands espoirs : la France s’installait de nouveau en Louisiane. Une missive qu’il a envoyé au nouveau gouverneur Laussat révèle l’ironie de ces rêves douchés par la cession immédiate du territoire aux États-Unis.

Cours du Mississippi comprenant la Louisiane, les 2 Florides, une partie des Etats-Unis et pays adjacents. Par J. B. Poirson, ingénieur géographe ; Nivose An XI (1803), gravé par Tardieu l’ainé rue de Sorbonne, no. 385. No.XVIII. pour accompagner Statistique générale et particulière de la France et de ses colonies, avec une nouvelle description topographique, physique, agricole, politique, industrielle et commerciale de cet etat…Où l’on trouve aussi un très-grand nombre de tableaux… Avec un atlas grand …Par une société de gens de lettres et de savans et publié par P. E. Herbin, Paris, F. Buisson, 1803-1804.

à la Nouvelle Madrid le 4 aout 1803

Monsieur

Le désir d’être utile à la chose publique me fait prendre la liberté de vous adresser quelques observations touchant cette partie-ci de la haute Louisiane.

On annonce que le Gouvernement français a décidé que La Nouvelle Madrid seroit le chef lieu des etablissements civils et militaires de la haute Louisiane : il est certain que par sa position, n’etant qu’à quinze lieues audessous de l’embouchure de l’Ohio ce poste-ci a cette preference sur tous ceux qui sont au dessus de cette embouchure. La communication par eau est praticable toute l’année entre la Nouvelle Orleans et la Nouvelle Madrid ; tandis que dans les hivers tant soit peu rigoureux la navigation au dessus de ce poste ci est entierement interrompu. Les bateaux marchands montent ordinairement de la Nouvelle Orleans à la Nouvelle Madrid dans 45 à 50 jours, et il leur faut 15 jours dans la belle saison pour monter d’ici à St Louis.

De la Nouvelle Madrid à St Louis il y a un chemin fréquenté, au moyen duquel on se rend de l’un à l’autre en 4 à 5 jours, ainsi que le font souvent les chefs des bateaux destinés pour les postes du haut, lorsqu’ils sont parvenus à celui-ci. Les bateaux qui descendent et montent le Mississippi s’arrêtent ordinairement à la Nouvelle Madrid, soit pour y trafiquer, soit pour y rafraichir leurs equipages : il y a en outre un concours constant de Sauvages de differentes nations, qui viennent y echanger le produit de leurs chasses contre des marchandises européennes. Je n’entreprendrai point de démontrer l’importance de ce poste, comme poste militaire principal, puisqu’il paroit que cette importance a été reconnue ; d’autant que cela tient en outre à des discussions politiques sur les interêts, les vues &c des puissances voisines, surtout quoi le gouvernement a certainement beaucoup plus de connaissances que je n’en pourrois communiqué. Je me bornerai à tacher d’expliquer quelques idées relatives au commerce qu’on pourroit etablir et encourager.

Depuis plusieurs années le gouvernement Espagnol semble avoir negligé entièrement la haute Louisiane : l’agriculture, le commerce, l’art militaire, tout y est dans etat de langueur : depuis cinq à six ans plusieurs familles des Etats Unis sont venus se fixer dans nos campagnes, et commencent à la fertiliser ; ces agriculteurs ont besoin de quelque encouragement pour le debouché de leurs productions : les familles d’origine française vivent presque toutes dans les villages, très peu s’adonnent à l’agriculture ; leurs principales occupations sont le trafic avec les Sauvages, la navigation sur le Mississipi et sur les rivières voisines ; ce genre d’occupations n’est pas aussi favorable à la population que la manière de vivre plus sedentaire du cultivateur ; ils seroit donc intéressant d’encourager cette derniere classe, parce que c’est elle qui fournit à toutes les autres ; il y a tout lieu de croire que, des que la haute Louisiane aura acquis de la consideration pour de bons établissements civils et militaires, que l’esprit d’un gouvernement doux et protecteur s’y sera fait connaitre, et que le même gouvernement aura annoncé qu’il distribuera a des conditions peu onéreuses les terres incultes de ce vaste pays, en rassurant en même temps un chacun sur le libre exercice de la religion, il y a tout lieu de croire, dis-je, qu’un grand nombre de familles des Etats Unis s’emigreront pour venir defricher nos forêts. Le sol en beaucoup d’endroits y est excellent et propice à produire tous les grains, tous les fruits d’Europe, le lin, le chanvre, le cotton, le tabac. Les emigrants des etats unis sont en general bon cultivateurs ; mais ils ne sont pas aussi laborieux, aussi constants, aussi réguliers, que les allemands ; ce sont ces derniers surtout qui feroient bientot fleurir l’agriculture dans un pays comme celui-ci. Les cultivateurs allemands en general ne se servent point d’esclaves, et l’on a observé que, dans ceux des Etats Unis où l’esclavage est permis, le peu des allemands qui y ont pris des esclaves y prosperent moins que ceux qui n’en ont point.

L’introduction de l’esclavage dans un climat temperé surtout est un grand mal ; le plus sensible, que cet esclavage y produit, est de rendre les gens libres indolents et paresseux : quand aux autres inconvénients, qui en derivent, vous les connoissez beaucoup mieux que je pourrois les décrire.

Apres les etablissements de nécessité urgente le peuplement de la colonie, par l’introduction et l’admission de bons cultivateurs, est donc une des premieres considerations : cependant s’il s’etablissoit ici de suite des maisons de commerce conduits sur un pied respectable, cela contribueroit certainement à la prospérité du pays, et au débouché de plusieurs espèces de marchandises de la metropole.

Si, malgré sa position avantageuse, la Nouvelle Madrid n’a eu jusqu’à present qu’un commerce très borné, c’est parce ce que c’est un etablissement presque tout nouveau, qu’il n’a encore attiré les vues d’aucun vrai commerçant, et parce que le peu de trafiquants qui y sont accoutumés à la traite avec les Sauvages exigent également de tous autres autres acheteurs des profits exorbitants et réellement hors de toute proportion : ce trafic avec les Sauvages commence même à diminuer, surtout dans ce district-ci. Si donc quelques bons commerçants s’établissoient à la Nouvelle Madrid, y tenoient des magazins bien assortis principalement dans les diverses espèces de marchandises qui conviennent à nos voisins et qu’ils se contentassent de modiques bénéfices, il est plus que probable que les marchands du haut du Mississippi, ceux de l’état du Tenessee, et même ceux du Kentucky prefereroient de venir s’approvisionner ici en gros plustot que de faire le voyage long et pénible de La Nouvelle Orleans. Ces commerçants prendroient en paiement des pelleteries, des farines, du chanvre, du cotton, du plomb, du tabac et autres productions territoriales, qui servent d’echange dans ce moment-ci, car il ne circule point, ou très peu de numeraire, mais comme, moyen d’un nombre considerable de bateaux allant et venant constamment ils entretiendroient des correspondances suivies avec la Nouvelle Orleans, ils pourroient réaliser de suite ces diverses productions : ils est vrai qu’ils pourroient, ainsi que le font nos voisins sur l’ohio, faire construire des vaisseaux propres à traverser l’océan, lesquel seroient les porteurs immediats de ces productions ; mais je n’ai pas assez de connoissances sur cette nouvelle maniere de transport, pour dire quels peuvent être ses avantages, soit relativement à la metropole, soit même relativement à ce commerce interieur-ci.

Il paroitra alors nécessaire d’etablir ici une douane gerée seulement par un receveur et pas un assistant ou inspecteur : leurs salaires pourroient se prélever 1° sur le produit d’un droit qu’on mettroit sur les productions de l’etranger debarquant ici, et destinées à y etre vendues ou trafiquées, 2° sur celui d’un faible droit sur les nationales, 3° sur celui d’un leger droit d’entrepôt sur toutes les productions, marchandises &c qu’on voudroit seulement y entreposer.

Tout cela nécessitera quelques avances de la part de la métropole, mais un dans un pays nouveau, où tout est encore à faire, où tout a besoin d’être encouragé, il faut bien que la mere patrie se décide à semer, pour pouvoir récolter : à mesure que l’agriculture et le commerce augmenteront, la somme de ces avances diminuera ; elles seront grandes nécessairement les deux premieres années, à cause de divers bâtiments publics qu’il faudra faire ou acheter faits. Il y a ici abondance de bois propres à la charpente, et on pourroit en fort peu de temps y faire faire les briques nécessaires pour les plus grands édifices. Malgré ce defaut d’edifices spacieux dans ce moment-ci même quelques centaines de militaires et les chefs civils pourroient être logés : on pourroit aussi elever en peu de jours des édifices en bois. Les cultivateurs dont il a été question plus haut, sont presque tous plus ou moins bons charpentiers ; en faisant luire à leurs yeux un peu de comptant, on auroit les bâtiments nécessaires bientôt elevés ; car dans un pays où il circule si peu de numeraire, cette espece de marchandise a toujours de forts attraits ; et cela est peut-être necessaire aussi dans le commencement pour mettre en mouvement des corps, pour ainsi dire, paralisés.

On attend ici avec la plus vive impatience les troupes et les chefs du gouvernement français ; on se flatte de les voir arriver vers le mois d’octobre prochain, l’automne etant la saison la plus saine et la plus commode pour monter le Mississipi ; les nuits sont fraiches alors, les insectes ne tourmentent plus, les bords de la riviere ne sont plus inondés, les bancs de sable sont decouverts, on peut prendre un exercisse salutaire dans le jour et camper commodément la nuit &c

Il y a ici des personnes beaucoup plus instruites, qui pourroient donner des renseignements plus etendus et plus satisfaisants sur les divers objets, que j’ai essayé de présenter : tel est surtout Mr Peyroux, commandant actuel de ce poste, homme instruit, estimable, et bon français, capable, je le crois, de mettre de côté toutes vues d’intérêt particulier, lorsqu’il s’agit de considerer l’interêt public.

Quant à moi et ma famille, composée de mon épouse et de quatre enfants, nous désirons de retourner en France, où nous avons quelques propriétés ; mais dans quelque lieu que l’infortune nous jette de nouveau, mes vœux seront toujours de voir la france prosperer, et de pouvoir contribuer à sa prospérité.

J’ai l’honneur d’être avec un vrai respect

Mel Amoureux

Nouvelle Madrid le 4 aout 1803

Il seroit très intéressant dans ce moment que, dès quelques troupes françaises seront arrivées à la Nelle Orleans, on en put détacher de suite une centaine dont soixante pourroient être stationnées ici, et quarante à St. Louis, l’officier commandant ici pourrait être chargé de tout, par interim, tel que prendre possession &c. et je puis vous assurer que cette petite force provisoire opereroit le meilleur effet pour les intérêts de notre mere patrie.

 

A Monsieur

Le Prefect Colonial de la Louisiane

à la Nouvelle Orléans[1]

 

 

Sans prétendre livrer ici une analyse exhaustive, retenons quand même que le retour de la Louisiane à la France a pu susciter quelques espoirs chez certains. Mais le sentiment des créoles – Amoureux évoque des « familles d’origine française » sans doute pour manifester leur identité aux nouvelles autorités – est inconnu. Seuls deux Français d’arrivée récente ont une identité : Amoureux lui-même et Henri Peyroux de la Coudrenière, qui avait débarqué en 1785 en Louisiane espagnole avec de vains projets de colonisation acadienne, avait fini par s’installer en Haute-Louisiane et partageait peut-être les vues d’Amoureux propres à relancer des projets de peuplement. Car il s’agit bien pour Amoureux d’imaginer une avenir colonial français à la vallée du Mississippi (sur sa rive occidentale uniquement !). Il s’agissait pour lui de faire venir de braves colons allemands sans esclaves ; de développer un commerce fluvial au cœur d’un vaste croissant liant Pittsburgh (où les navires qu’il évoque sont d’ailleurs en partie construits par des Français, les Tarascon), Saint-Louis et La Nouvelle-Orléans ; et d’implanter une administration à la fois militaire et fiscale. Pour lui et sa famille, il dit n’envisager que le retour en France.

Rien ne se passera comme prévu : à l’automne la Louisiane devient étatsunienne, New Madrid ne sera un point nodal et les Amoureux resteront définitivement dans ces nouveaux États-Unis. Était-ci-ce lié ? Ils avaient déjà vécu aux États-Unis, sur la côte Est et au Kentucky : peut-être qu’être rattrapés par le mouvement de conquête n’était pas pour leur déplaire.

 

[1] Pierre-Clément de Laussat Papers, MSS 125, Williams Research Center, The Historic New Orleans Collection, Box 6, Folder 234. La lettre a été numérisée mais reste toujours aussi peu exploitée : http://hnoc.minisisinc.com/thnoc/catalog/3/814 ,

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.