RALENTI, MICROHISTOIRE ET ÉCLATS DU MONDE. DEUXIEME PARTIE.

Il est peu de champs historiographiques qui ont donné lieu à davantage de développements théoriques, dans les deux ou trois décennies les plus récentes, que la microhistoire et l’histoire globale (et « mondiale », et « connectée »…) ou que la rencontre des deux, rapidement perçue comme fertile et réinventée il y a peu sous le terme (à discuter) de « microhistoire globale ». Je souscris à la pertinence de la démarche, c’est-à-dire au fond à deux éléments fondamentaux : le jeu d’échelles et le jeu littéraire, la recherche des formes narratives et heuristiques les mieux à même de rendre compte de réalités connectées et emboîtées.

3108M1FTDFL._SX301_BO1,204,203,200_

 

Des critiques, bien sûr, ont également surgi, et elles sont utiles. J’en retiendrai deux. La première rejoint le malaise ressenti à la lecture de l’ouvrage de Gauthier Aubert dans lequel la focale et le rythme étouffaient la possibilité d’une compréhension du jeu social : la démarche microhistorienne ne doit pas se mettre au service d’une reconfiguration de la société comme ensemble d’éléments désagrégés, laissés à leur seule force individuelle. Son usage de révélateur des marges et par les marges, son attirance pour les figures de renégats et d’intermédiaires culturels, laisseraient vite croire à l’inexistence, ou au moins la faiblesse, de formes et de forces sociales collectives. La deuxième s’attaque au concept d’histoire globale, qui court le risque de couvrir l’indécision et l’imprécision conceptuelle : « le ‘global’, niveau de plus mis à la disposition de l’historien, ne saurait être une manière de nier le poids des forces qui déterminent la qualité, la direction et la densité des connexions formant un espace social », affirme Jean-Paul Zuñiga[1]. L’essentiel est bien là : dans la prise en compte des forces qui induisent les connexions (et des résistances à ces forces), de leur qualité, leur direction et de leur densité. Car si l’histoire connectée et l’histoire des réseaux excellent à décrire les configurations sociales horizontales, si la microhistoire s’attache depuis ses origines aux configurations obliques, les rapports de domination et les logiques hégémoniques semblent souvent être effacés du décor. Ainsi, dans le champ particulier de l’historiographie des borderlands, qui ne pense pas en terme de connexions ni de microhistoire du fait d’origines intellectuelles qui n’y portent pas, mais qui pratique souvent le même type de récits et de méthodes, Samuel Truett et Pekka Hämäläinen, à force de singulariser les parcours, en finissent par nier les logiques étatiques et impériales qui ont construit l’Ouest américain[2].

Je rencontre ces questions dans mon travail sur la famille Rozier-Desloges. Un papier publié récemment utilise des approches microhistoriennes et réticulaires en s’interrogeant sur les manières de raconter les itinéraires de vie[3]. Mais les Rozier comme les Desloges sont des représentants des élites sociales et économiques,  à Nantes comme dans le Missouri et malgré des séquences de fragilité ponctuelle dues à la conjoncture révolutionnaire ou aux réajustements dans la migration vers les Etats-Unis, ils le demeurent outre-Atlantique. Ainsi Ferdinand Rozier, fils de négociant et négrier nantais devient-il à partir de 1811 un marchand à Saint-Geneviève, et ses enfants se font-ils notables locaux, esclavagistes bon teint. Firmin Desloges, le neveu de Ferdinand, arrive dans le Missouri en 1823, marchand d’abord avant d’investir dans les mines de plomb, d’en faire le négoce et de les exploiter. Marchands et patrons, propriétaires d’esclaves, banquiers, avocats…

Potosi, village minier du Missouri. Tiré de Henry Rowe Schoolcraft, A View of the Lead Mines of Missouri: including some observations on the mineralogy, geology, geography, antiquities, soil, climate, population, and productions of Missouri and Arkansaw, and other sections of the western country: Accompanied by three engravings. New York: C. Wiley & Co., 1819. http://www.lib.udel.edu/ud/spec/exhibits/lands/lapurch.htm
Potosi, village minier du Missouri. Tiré de Henry Rowe Schoolcraft, A View of the Lead Mines of Missouri: including some observations on the mineralogy, geology, geography, antiquities, soil, climate, population, and productions of Missouri and Arkansaw, and other sections of the western country: Accompanied by three engravings. New York: C. Wiley & Co., 1819.
http://www.lib.udel.edu/ud/spec/exhibits/lands/lapurch.htm

Les Desloges et les Rozier sont tout cela avant la Guerre de Sécession. On peut vouloir admirer l’adresse avec laquelle ces hommes (surtout ces hommes, évidemment) construisent et utilisent des réseaux à différentes échelles, du pays nantais au Missouri, dans des logiques connectées et atlantiques. Mais on doit aussi comprendre les logiques de pouvoir qu’ils bâtissent au même moment, et aux mêmes échelles, car pourquoi ne pas comprendre d’un même geste d’un côté Ferdinand Rozier, ses fils, leurs employés, leurs esclaves, et de l’autre côté le frère de Ferdinand, François Rozier, qui lui est demeuré à Nantes pour faire fortune dans l’industrie sucrière et donc en embauchant et salariant des batteries d’ouvriers ? D’un côté Firmin Desloges, ses boutiques et ses mines du Missouri, de l’autre ses frères Jules, planteur  à Cuba ou Adolphe, raffineur nantais également, ou encore le mari de sa sœur Louisa, officier dans la conquête de l’Algérie ? Singulariser les parcours, les éclats du monde, ne doit signifier leur idéalisation, ne doit pas mener à la vision irénique de bricolages individuels qui, s’ils existent bien et sont à déceler par l’historien, ne permettent pas d’oublier la violence multiforme des rapports de domination dont la société est tissée.

[1] Jean-Paul Zuñiga, « L’Histoire impériale à l’heure de l’’histoire globale’. Une perspective atlantique », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2007/5 (n° 54-4bis), p. 68.

[2] Pekka Hämäläinen et Samuel Truett, « On borderlands », Journal of American History, 98, 2 (September 2011), p. 338-361

[3] Tangi Villerbu, « Réseaux marchands et chaines migratoires. Entre Nantes et la vallée du Mississippi, fin 18e-début 19e siècle », Enquêtes et documents, n° 54, 2016, p. 61-80.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.