Non, James Berthoud n’était pas Bon-Hervé Érard de Belisle, marquis de Saint-Pierre

Mon précédent billet sur les frères Pernot et leur ascendance supposément nobiliaire m’a fait replonger dans le dossier James Berthoud. L’homme est surtout connu pour avoir été le père de Nicholas Berthoud, beau-frère et ami de John James Audubon, et depuis près d’un siècle on lui attribue une bien curieuse identité.

Un des plus récents des nombreux biographes d’Audubon, Richard Rhodes, raconte ainsi l’affaire. Au printemps de 1808, le jeune Français, son épouse Lucy Bakewell et son associé Ferdinand Rozier descendent l’Ohio et s’installent à Louisville pour y ouvrir boutique. Ils y sympathisent avec les Tarascon et les Berthoud, deux familles françaises associées en affaire elles aussi. Jacques (devenu James) Berthoud est d’ailleurs le beau-frère de Jean-Antoine et Louis-Anastase Tarascon puisqu’il a épousé leur sœur Marie Anne Julie. Leur fils Nicholas (âgé de 22 ans, il était né en France sans « h ») devient un ami proche d’Audubon, au point d’épouser la sœur de Lucy, Eliza Bakewell. Et Rhodes a cette phrase au sujet des Berthoud : « it was whispered that they were French nobility who has escaped the revolution[1]”. D’où lui vient l’information ? De seconde main : la note renvoie à une autre biographie d’Audubon, celle de Shirley Streshinsky, publiée en 1993[2]. Or celle-ci ne renvoie, elle, à aucun fond d’archives particulier sur le sujet des origines des Berthoud, pas plus que ne le font les autres biographies de la fin du XXe siècle ou du début du XXIe – qui, reconnaissons-le, se désintéressent parfois de l’ascendance des Berthoud.

Celle-ci apparaît, mais confusément, sur nombreux sites généalogiques du web. On y « apprend » que James Berthoud serait le pseudonyme d’un aristocrate émigré, Bon-Hervé Érard de Belisle, marquis de Saint-Pierre. Mais comme Berthoud est un anthroponyme très présent en Suisse romande, le même James /Jacques semble aussi né dans le canton de Neuchâtel, piste en fait plus sûre. Mais aucun de ces sites ne prend la peine de citer une quelconque source.

Marcel Deperne, dans sa thèse soutenue récemment à l’université de La Rochelle, s’est penché sur les Tarascon et donc sur leur associé et beau-frère Berthoud[3]. Il lui est apparu que l’identité nobiliaire de ce dernier devait relever du mythe et était sans doute née dans les années 1930 sous la plume de Stanley Clisby Arthur. Celui-ci, déjà un biographe d’Audubon, affirmait s’appuyer sur des « papiers de famille » Berthoud qu’il ne référençait pas : Bon-Hervé Érard de Belisle, marquis de Saint-Pierre, aurait décidé de fuir la France avec son épouse, ancienne dame d’honneur de Marie-Antoinette, début 1795, sous le nom de son domestique suisse Jacques Berthoud. Il aurait pris la route de Bordeaux puis filé vers l’Amérique où il aurait gardé son nom d’emprunt[4]. Il a été assez aisé de découvrir aux archives nationales de quoi tout remettre en cause : Belisle était bien un aristocrate normand émigré mais il n’a jamais franchi l’océan et est décédé en France sous la Restauration. Berthoud et lui ne sont donc pas le même homme.

D’autres fonds d’archives racontent une histoire différente et prouvent par ailleurs que le dossier Audubon est loin d’être refermé tant peu d’historiens prennent la peine de le renouveler vraiment par la recherche au lieu de répéter sans cesse des lieux communs. Louis-Anastase Tarascon correspondait en effet assidûment, alors qu’il était encore installé à Philadelphie, avec ses associés suisses de la maison Bugnon & Piaget (puis Bugnon & Bovet). Il en reste quelques lettres aux archives de l’État de Neuchâtel. Berthoud y est très présent et le contenu ne laisse guère place au doute :

« Melle Berthoud est arrivée très bien portante depuis environ un mois. Notre ami commun Mr Jacques Berthoud son père est ici en ce moment et partira bientôt avec elle et son fils pour aller rejoindre pour aller rejoindre Mme Berthoud sur l’Ohio. »[5]

« Mme V[eu]ve Bellot : Mr Berthoud vous remercie des bontés que vous avez pour sa respectable mère et vous prie de les lui continuer. »[6

Il en ressort que James Berthoud est bien Jacques Berthoud, de la principauté de Neuchâtel, que sa mère est une Bellot et qu’il participe aux réseaux marchands des Bugnon comme des Tarascon. Rien d’étonnant à cela : avant de s’installer aux États-Unis, les Tarascon commerçaient depuis Marseille, où la communauté genevoise et suisse se distingue par son dynamisme et ses réseaux[7]. Ce sont d’ailleurs des historiens suisses qui sont les seuls à avoir un tant soit peu scruté les activités transatlantiques des Tarascon[8]. La piste est donc à suivre de ce côté-là, entre Neuchâtel et Marseille.

Encore qu’il y en aurait une autre : car pour imaginer Berthoud en Bon-Hervé Érard de Belisle, il fallait connaître ce dernier tant son nom et son émigration ne pouvaient s’inventer. Il y a donc quand même un lien, reste à trouver lequel. Car enfin quand, comment et pourquoi est apparue cette improbable confusion entre deux hommes que rien n’aurait dû rapprocher, même dans la mémoire ? Ce qui est sûr, c’est qu’autour de 1800 la rumeur ne bruissait pas encore.

[1] Richard Rhodes, John James Audubon : The Making of an American, New York, Alfred A. Knopf, 2004.

[2] Shirley Streshinsky, Audubon : Life and Art in the American Wilderness, Athens, University of Georgia Press, 1993.

[3] Marcel Deperne, “La Belle Rivière dans l’espace atlantique, 1789-1815 : migrations commerciales francophones entre Pittsburgh et Henderson », thèse de doctorat d’histoire, Université de La Rochelle, 2019.

[4] Stanley Clisby Arthur, Audubon : an intimate life of the American woodsman, New Orleans, Harmanson, 1937. p. 88-91.

[5] Archives de l’État de Neuchâtel, fonds Bugnon-53, Louis-Anastase Tarascon à Bugnon & Piaget, Philadelphie, 13 août 1801.

[6] Ibidem, 7 juillet 1802.

[7] Charles Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Institut Historique de Provence, 1973, p. 273-274, 923-924.

[8] Hans Conrad Peyer, Von Handel und Bank im alten Zürich, Zürich, Verlah Berichthaus, 1968, p. 195-197 ; Béatrice Veyrassat, L’industrialisation dans le secteur cotonnier en Suisse (1760-1830/40), Lausanne, Payot, 1982, p. 240.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.