Les frères Pernot, médecins

 

Je disais dans mon précédent billet avoir traité statistiquement plus de 700 mariages des registres paroissiaux de Sainte-Geneviève (Missouri) entre 1811 et 1860 et être ravie de ce passage par le sériel. Mais, bien sûr, dans ces séries se lisent aussi plus de 1400 histoires individuelles. Aussi vais-je raconter ici celles des frères Pernot.

Le surgissement des Pernot dans les registres m’avait frappée : familière des familles créoles, je ne pouvais que remarquer un patronyme qui semblait étranger à ce monde. Or, dans les années 1850, trois Pernot sont présents qui font figure d’intrus, ou, autrement dit, d’immigrés bien insérés socialement :

  • Henri, qui épouse le 22 septembre 1851 Emily Anna Sargeant mais était présent dès le mois de mai au mariage d’Alexandre Constant Macé et de Mary Louise Durocher.
  • Eugène, présent au mariage d’Henri mais aussi à ceux de Peter Durand et Julie Louise Dufour (le 1er février 1853), John Govro et Caroline Wheeler (le 26 octobre de la même année) et de Jules F. Janis et Mary A. Boverie (le 24 novembre 1859).
  • Hippolyte, présent également au mariage d’Henri.

Intriguée, je mène l’enquête d’abord dans deux directions. Je reprends les recensements de 1850 et 1860 – j’avais déjà analysé le deuxième en profondeur – et me rends compte d’une erreur de transcription de ma part : la famille Pesnet est en fait la famille Pernot. Mais il n’y a dans les listes qu’un frère, Eugène, médecin, né en France et marié à Louise, également née en France. Ils ont trois enfants : les deux premiers sont nés dans l’Illinois et le troisième dans le Missouri, parcours a priori fort classique de la part de migrants. Aucune trace d’Henri ni Hippolyte. Mais le premier est facile à trouver. Voici ce qu’en dit un dictionnaire des médecins étasuniens publié en 1876[1] :

On remarquera qu’alors qu’Henry est censé avoir vécu à Sainte-Geneviève en 1850 il n’apparaît pas dans le recensement – mais on sait que ces recensements ne sont pas des sources d’une absolue fiabilité.

A partir de là, il était aisé de chercher dans les archives françaises, et plus précisément celles des Deux-Sèvres, puisque le berceau familial était apparemment à Thouars[2]. Effectivement, Denis Etienne Pernot, professeur au collège, et son épouse, y ont eut sept enfants, entre 1813 et 1830 : Eugène, né en 1817, et Henri, né en 1820, avaient trois sœurs et deux frères. Mais aucun ne se nommait Hippolyte… mystère, donc, si ce n’est qu’une hypothèse est qu’il ait pu être un petit frère, né après 1832 lorsque Denis Etienne Pernot quitte Thouars pour « une autre destination »[3], sans doute l’inspection évoquée dans le dictionnaire.

Mais ces sept naissances m’ont conduite à une autre question. Car dans le registre paroissial de Sainte-Geneviève comme dans le dictionnaire étasunien, la mère d’Henri – et donc d’Eugène – est nommée Emilie de Monthulé, ce qui rattacherait la famille à la grande noblesse française, même si on peut s’étonner d’un mariage avec un obscur professeur du collège de Thouars. Or les sept naissances des enfants Pernot sont perturbantes : dans cinq cas la mère est bien une Monthulé (mais sans particule), mais dans les deux autres cas une Maignier, porteuse des mêmes prénoms.

Il suffit de consulter l’acte de mariage de Denis Etienne Pernot et Emélie Charlotte Monthulé pour comprendre l’affaire et réaliser que nous sommes fort loin de la grande noblesse. Le mariage a lieu à Bourgueil, en Indre-et-Loire, le 30 mars 1812[4]. On y apprend que les deux époux sont nés en 1789. Lui est originaire de Salins, dans le Jura, ou son père était employé aux salines  (un recensement local de l’an X apprend qu’il y était journalier, accompagné de son seul fils[5]). L’épouse est née de père et de mère inconnue à Paris et n’a été reconnue – adoptée, d’une certaine manière – par la veuve Maignier, chez qui elle réside, que le 29 février 1812, un mois avant son mariage. Abandonnée à la naissance, elle portait le nom Monthulé sans qu’on en sache l’origine, de même que son arrivée à Bourgueil demeure énigmatique. Cette année-là Denis est déjà professeur de mathématiques à Thouars mais l’acte de mariage nous apprend encore autre chose : ils avaient déjà une fille, nommée Adèle Brasseur, qu’ils ont déposée à l’hospice des orphelins de Nantes (pourquoi Nantes ?) le 12 mai 1810 et qu’ils s’engagent à récupérer et à nommer Adèle Pernot. Il y avait donc huit enfants et non sept. Mais toujours pas d’Hippolyte. Cela dit l’histoire prend de l’épaisseur : à vingt ans, une fille naturelle de Bourgueil et un jeune homme en poste au collège de Thouars se rencontrent, font en enfant, l’abandonnent à Nantes mais se marient deux ans plus tard en s’étant assurée que la mariée ait elle-même une famille. Et les autorités thouarsaises auraient donc hésité, à chaque naissance, entre « Maignier » et « Monthulé » : était-ce en fonction d’un jeu identitaire que pratiquait le couple ? En tous cas, une fois aux Etats-Unis, les fils ont préféré transformer cela en une ascendance « de Monthulé » qui permettait de créer une origine aristocratique fort prisée au pays de la démocratie car elle enracinait la notabilité alors que les origines familiales étaient fort modestes, même si elles s’accompagnaient d’une vraie promotion sociale.[6]

Revenons aux Etats-Unis. Et d’abord à Eugène. Puisque son frère était passé par Prairie-du-Rocher, j’ai supposé que je pourrais également y trouver sa trace. Les registres paroissiaux[7] ont effectivement enregistré le baptême de sa fille Caroline Louise, née le 8 décembre 1843. Ceux de Sainte-Geneviève ont permis de retrouver Henri Eugène, né à Prairie-du-Rocher le 20 décembre 1844 mais baptisé seulement en 1847 à Sainte-Geneviève, et d’Emile Joseph Ferdinand, né, lui, dans le Missouri le 14 février 1846. Les trois rejetons d’Eugène et son épouse sont donc bien là. Et avec eux… Hippolyte. Il s’agit en fait de leur mère, dont le nom complet enfin disponible est Louise Hippolyte Lempérière, qui avait donc signée Hippolyte Pernot le registre des mariages de Sainte-Geneviève. Il n’y avait donc que deux frères Pernot aux Etats-Unis.

Or les deux sont médecins. S’il faut en croire la notice biographique d’Henri, il a étudié à Poitiers puis Paris et on peut imaginer que son frère aîné avait montré la voie. Leur date de migration est plus mystérieuse : avant décembre 1843 pour Eugène puisque sa fille aînée naît ce mois-là à Prairie-du-Rocher, mais je n’ai pas trouvé trace d’un mariage qui aurait précédé et je suppose qu’Eugène et Louise ont migré ensemble après un mariage en France. Henri est signalé comme étant arrivé en 1847 mais il est le parrain de sa nièce de l’Illinois en décembre 1843. De deux choses l’une : il était déjà installé sur place ; il a été choisi comme parrain en son absence, ce qui est canoniquement possible mais aurait dû être signalé sur le registre, ce qui n’est pas le cas. Impossible de trancher.

Par ailleurs, le schéma migratoire qui faisait passer Eugène et Louise (mais aussi Henri) de l’Illinois au Missouri est à nuancer : il ne s’agit pas vraiment d’un grand mouvement vers l’Ouest car ils passent en fait de Prairie-du-Rocher à Sainte-Geneviève, ce qui ne représente guère plus que la traversée du Mississippi et les fait demeurer dans le monde créole. Longtemps, d’ailleurs, puisqu’Eugène reste médecin à Sainte-Geneviève au-moins jusqu’à la Guerre de Sécession. Son frère Henri prend un autre chemin : il épouse Emily Anna Sargeant, fille du médecin anglophone mais catholique Ichabod Sargeant, ce qui témoigne d’une belle intégration dans les réseaux professionnels et notabiliaires locaux, puis part ouvrir un cabinet à Van Buren, dans l’extrême Ouest de l’Arkansas, en bordure du Territoire Indien. Figure du comté, il s’engage comme chirurgien du côté confédéré lors de la Guerre de Sécession – et la maison construite au début du XXe siècle par un des fils auquel le couple a donné naissance est depuis 2017 inscrite au registre des monuments historiques[8].

La maison d'Henry "Harry" Charles Pernot à Van Buren
La maison d’Henry “Harry” Charles Pernot à Van Buren

L’histoire est fascinante qui mène de Salins et Paris, en passant par Nantes, Bourgueil, Thouars et Prairie-Du-Rocher (en imaginant les étapes atlantiques intermédiaires) à Sainte-Geneviève et Van Buren. Elle n’en demeure pas moins un peu frustrante car finalement je me retrouve encore une fois avec deux hommes blancs membres des élites sociales même s’ils n’en sont pas issus. Pourtant les frères Pernot sont peut-être une porte vers autre chose. Il se trouve que les archives du Missouri et de l’Arkansas ont conservé deux registres. Eugène a laissé le carnet dans lequel il a noté entre 1848 et 1853 ses patients et leurs traitements[9] ; on dispose par ailleurs du livre de compte de la pharmacie que tenait Henri à Van Buren[10].

Je n’ai pas (encore) consulté ces deux sources mais si j’en crois d’autres papiers du même type que je connais dans le Missouri, on est susceptible d’y toucher du doigt la variété des expériences sociales des habitants du Sud-Ouest du Missouri et de l’Ouest du l’Arkansas, des élites aux esclaves.

 

[1] William B. Atkinson, ed.  The Physicians and Surgeons of the United States, Philadelphie, Charles Robson, 1878, p. 256 .

[2] Les registres d’état-civil de Thouars sont en ligne sur le site des archives départementales des Deux-Sèvres.

[3] Gazette des écoles, 13 mai 1832, p.1.

[4] Les registres d’état-civil de Bourgueil sont en ligne sur le site des archives départementales d’Indre-et-Loire; cette piste m’a été fructueusement suggérée par le site généalogique geneanet.

[5] Archives départementales du Jura, 6M/266, consulté en ligne le 7 septembre 2019.

[6] François Weil, Family Trees. A History of Genealogy in America, Cambridge Harvard University Press, 2013.

[7] Les originaux, numérisés par l’Eglise mormone, sont disponibles sur le site familysearch.org

[8] Le dossier est disponible en ligne : http://www.arkansaspreservation.com/National-Register-Listings/PDF/CW0111_nr.pdf, consulté le 7 septembre 2019. Les informations sur la famille sont celles données par le dictionnaire de 1876, sans recherches supplémentaires.

[9] State Historical Society of Missouri, R 215, Eugene Pernot daybook,

[10] Arkansas State Archives, SMC 34.19, Pernot drug store account book.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.