Quantifier. petit bilan après trois mois et demi de silence

Je n’ai rien écrit sur ce carnet depuis le début du mois d’avril… Les raisons ne manquent pas et je peux en trouver d’éminemment personnelles dont mon changement de prénom – Soazig désormais – témoigne. Mais ce mutisme a aussi des explications professionnelles. J’ai passé beaucoup de temps, en effet, le nez dans les archives depuis avril, en revoyant mes façons de faire. Ma perspective sur la famille Rozier et son monde en est sortie décalée. La rentrée – à Limoges, autre changement – approchant, il est temps d’envisager de freiner le travail archivistique, ce qui permet d’en tracer un rapide bilan.

J’avais commencé l’année en CRCT afin de dépouiller des documents comptables collectés lors de plusieurs séjours aux États-Unis, avant tout les livres de compte et les factures de la boutique tenue par François Rozier à Sainte-Geneviève quand il la reprend de son père en 1842. J’ai peiné souvent (et demandé de l’aide à plus compétent que moi !) car je m’engageais là sur une voie peu familière mais je crois que je pourrai en tirer des conclusions utiles sur les structures des échanges entre l’Europe, la côte Est et la vallée du Mississippi. Puis, afin de présenter, lors du colloque hivernal de Columbia à l’occasion du bicentenaire du compromis du Missouri, le meilleur tableau possible de la ville de Sainte-Geneviève autour de 1820, il m’avait fallu compter et compter encore, non pas tant à partir des recensements qu’en m’appuyant sur de superbes sources fiscales. C’est à cette occasion que j’ai eu comme un choc. Ma communication, je m’en suis très rapidement rendue compte, n’a pas rencontré un succès foudroyant et je me disais que les populations créoles du Missouri devaient demeurer bien marginales dans l’esprit de mes collègues. Mais le responsable des archives d’État du Missouri vint me réconforter : qu’il était bon d’entendre une communication si « française » ! Il s’est expliqué et à vrai dire les choses étaient à peu près claires : là où mes collègues étatsuniens avaient tous ouvert en racontant une belle histoire et poursuivi souvent sur un mode très narratif, j’avais d’emblée assommé mon auditoire en présentant un grand tableau statistique et évoqué de manière très quantitative la communauté de Sainte-Geneviève. Cela aurait pu passer pour un rappel d’une lointaine époque où il était de bon ton aux Etats-Unis de se livrer à des community studies, mais non, c’était en fait très « français » et plutôt que ringard j’étais exotique. Mais dans la bouche de mon archiviste – qui avait financé mes recherches l’année dernière – c’était un compliment ! J’apportais, pour lui, une forme de rigueur dans le choix et le traitement à l’ancienne de mes sources.

Dont acte. Et de fait j’ai poursuivi dans cette voie au printemps. Car à force de raconter au fil de colloques, séminaires et discussions informelles comment Ferdinand Rozier et Constance Roy avaient marié leurs dix enfants, je me suis demandé s’ils avaient suivi une quelconque norme : sept ont épousé des Créoles (dont des cousins Vallé, ce qui a nécessité des dispenses de consanguinité), deux des Anglo-Américaines et une un migrant allemand (en fâchant terriblement son père). Ce n’est pas tout de raconter une histoire familiale, il faut bien que cela éclaire des dynamiques sociales. Pour cela une seule solution : m’attaquer non pas aux registres de mariages du comté, lacunaires et donnant de toutes façons peu de renseignements, mais aux registres des mariages de la paroisse, dont les séries sont complètes et copieuses. La méthode présente de multiples biais, j’y reviendrai longuement sous une forme ou sous une autre en donnant les résultats complets du travail : entre 1811 (date d’arrivée de Ferdinand Rozier) et 1860, soit cinq décennies, ce sont 703 mariages qui furent célébrés. Les enseignements sont multiples, sur les témoins, les célébrants, les signatures, les origines des époux, etc… Je ne donnerai pour cette fois qu’un exemple dans le tableau très partiel (les totaux ne recouvrent pas la totalité de la population paroissiale) ci-dessous, en en sachant les limites – dont la variabilité des limites de la paroisse, qui n’est pas la ville, ou la définition de catégories à la fois cohérentes dans le vécu des habitants et opératoires pour l’historien, ne sont pas les moindres.

 

Décennie Mariages endogames créoles Mariages endogames serviles Mariages endogames allemands
1811-1820 57,4 % 3,2 % 0
1821-1830 70,6 % 10,6 % 0
1831-1840 54,2 % 9,1 % 8,4 %
1841-1850 44, 3% 10,1 % 22,8 %
1851-1860 24,2% 15,6 % 25,7 %

 

Les mariages dans la paroisse catholique, Sainte-Geneviève (Missouri), 1811-1860

 

Mais il ressort tout de même quelques éléments : parmi la population catholique (car évidemment il manque dans ces registres tous les Anglo-Américains protestants qui n’épousent pas de catholiques !), la variété est de mise dès l’origine, loin d’une quelconque réserve créole ; l’endogamie, si elle est la règle la plus fréquente, n’est pas exclusive de mixité ;  la question du mariage des esclaves est centrale à Sainte-Geneviève ; et la communauté allemande, à la veille de la Guerre de Sécession, est bien enracinée alors que Sainte-Geneviève perd nettement sa créolité (en même temps que ses Créoles perdent leur langue française). Je ne déflorerai pas plus pour l’instant mais voilà les Rozier mieux inscrits dans le paysage.

Mais alors, me suis-je dit cet été, pourquoi ne pas reprendre l’histoire nantaise de François Claude Rozier, le père de Ferdinand, en en passant de même par la quantification ? Je disposais déjà énormément d’éléments narratifs à ma disposition, notamment pour les débuts de la période révolutionnaire, mais je restais circonspect sur Rozier comme figure de négociant nantais puisqu’il n’est jamais sérieusement mentionné par aucun des nombreux historiens à s’être penché sur ce milieu. Là encore, il fallait donc compter. Mais les comptes globaux du commerce nantais sont à peu près connus : c’était la place de Rozier qu’il fallait trouver. Quelques semaines de comptage dans les archives départementales et municipales de Nantes et me voilà avec 48 voyages assurés par les navires de Rozier entre 1771 et 1803. Je n’oublie pas qu’il me faudra construire un récit et chacun de ces voyages le permet, au travers des matelots, passagers, cargaisons, ports, etc… Mais surtout, 48 voyages, ce n’est pas énorme, certes, mais c’est trop pour passer inaperçu. Sauf que parmi ces 48, il n’y eut aucun négrier, 9 départs en droiture (dont 7 entre 1786 et 1792) seulement et le reste en cabotage – grand cabotage avant la Révolution, petit pendant celle-ci. Rozier est discret dans l’historiographie car il pratique ce qui dans le long cours est très minoritaire à Nantes : le commerce méditerranéen avant tout ! Et même si le cabotage nantais est sorti de la marge depuis quelque temps, nous ne disposons pas encore d’un portrait de groupe des négociants s’y adonnant. Car j’imagine mal que Rozier soit le seul dans son cas et que les autres départs vers la Méditerranée soient tous le fait de grand négociants spécialisés par ailleurs dans le commerce colonial. Ceci dit il reste qu’il est aussi sans doute un peu épicier et qu’il en fréquente, par la famille, un certain nombre[1]. Affaire à suivre, donc.

 

D’autant plus pour ma part qu’elle irait avec une sorte de conversion à la quantification. J’ai commencé comme un culturaliste quasi « pur », en m’occupant de textualité, de représentations même si j’en avais refusé le terme à l’époque, ma thèse le signale fort bien. Mais en travaillant sur le Minnesota j’avais déjà pris conscience que je ne pouvais pas travailler dans le vide, sans savoir combien de paroissiens en puissance mes missionnaires auraient à gérer. J’avais cependant commencé ce projet Rozier comme une expérience narrative et me voilà depuis une année complète dans des séries statistiques de toutes sortes dont je suis persuadée de la pertinence tout en m’interrogeant sur leur place dans le récit.

Je viens d’ailleurs de dévorer le roman de Philippe Jaenada, La serpe[2] et évidemment cela me pose de nouveau question : Jaenada travaille l’histoire, fouille les archives, se rend bien compte de la richesse infinie, notamment, des fonds judiciaires – ici le procès d’Henri Girard, alias Georges Arnaud – et produit un récit, qu’il nomme roman mais qui n’est pas vraiment de la fiction. L’art avec lequel il embarque son lecteur dans la vie et le procès de Girard, les procédés qu’il utilise, l’historien peut-il entrer en dialogue avec eux ? Je n’ai cessé de me poser la question, tout le long des 620 pages de l’ouvrage, de ce qu’un.e historien.ne ferait des mêmes matériaux, en ayant en tête par exemple les travaux d’Anne-Emmanuelle Demartini[3]. Je n’ai pas de réponse immédiate, mais travailler avec des chiffres ne m’ôte pas de la tête la lancinante question de la nature du récit historique que je vais produire.

 

[1] J’en profite pour signaler des travaux qui, au-delà des classiques bien connus, mettent l’accent sur le cabotage et le commerce local, maritime ou terrestre, et qui renouvellent notre vision du monde marchand nantais: Murielle Bouyer, Les marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008 ; Bernard Michon. Le port de Nantes au XVIIIe siècle. Construction d’une aire portuaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Hiroyasu Kimizuka, Bordeaux et la Bretagne au XVIIIe siècle. Les routes du vin, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. Et deux thèses non publiées : David Audibert, « Epiciers de l’Ouest – Le Mans, Angers, Nantes – au XVIIIe siècle : étude comparative », thèse d’histoire, Université du Maine, 2003 ; Sklaerenn Scuiller, « Le commerce alimentaire dans l’Ouest de la France au XVIIIe siècle : territoires, acteurs, pratiques », thèse d’histoire, Université Rennes 2, 2015.

[2] Philippe Jaenada, La Serpe, Julliard, 2017.

[3] Anne-Emmanuelle Demartini, L’affaire Lacenaire, Paris, Aubier, 2001 ; Violette Nozière, la fleur du mal : une histoire des années 30, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.