Georges Morhard et la Revue de l’Ouest.

La semaine dernière déjà j’avais voulu rédiger un billet sur les trois séances – trois groupes de TD de L1 – du cours intitulé « Méthodologie pour une histoire des médias » des mercredi, jeudi et vendredi. Et puis, le temps a manqué. J’y reviens malgré tout cette semaine, un maigre créneau se libérant et le Missouri faisant son apparition dans le cours.

Si l’idée m’était venue de décrire les séances de la semaine dernière, c’est qu’elles étaient construites sur l’apprentissage de l’interrogation historienne de l’archive. Les étudiants devaient fournir un travail préparatoire sur une enquête de 1833 donnant le nombre d’abonnements à des périodiques (et le nom des dits périodiques) dans les communes de l’arrondissement de Saint-Jean-d’Angély. J’avais numérisé moi-même le document tiré des archives départementales de Charente-Maritime[1] et il s’agissait à la fois de réfléchir à la construction de l’enquête par les services de la sous-préfecture, donc de se livrer à une critique complète de la source, et de déterminer comment elle permettait d’interroger, en tenant compte des biais possibles, l’émergence d’une nouvelle culture médiatique dans une zone a priori rurale et périphérique mais plus connectée au monde que les étudiants n’auraient pu l’imaginer. Le fait que les quelques abonnements à la presse républicaine soient concentrés dans le canton très viticole de Matha, que Saint-Savinien, sur les rives de la Charente, apparaisse comme un port beaucoup plus peuplé et dynamique qu’il ne l’est aujourd’hui, ou que le périodique le plus présent soit de loin Connaissances Utiles (près d’un tiers des abonnements) s’est révélé stimulant.

Cette semaine, changement de décor. Les étudiants sont chargés de lire l’intégralité du premier numéro de la Revue de l’Ouest, hebdomadaire de langue française publié à Saint-Louis, Missouri, de 1854 au début des années 1860 (la date précise est inconnue). A charge pour chacun de déterminer comment un journal est construit, des mentions de l’imprimeur aux publicités, des tarifs des abonnements au feuilleton, des articles politiques aux dépêches télégraphiques. La Revue de l’Ouest semble à peu près connue : John McDermott s’y était intéressé dès 1940 dans une courte synthèse sur la presse francophone de Saint-Louis et, récemment, Camille Parcq a repris un dossier fort lacunaire en centrant son analyse sur la figure du fondateur du journal, le migrant français Louis Cortambert[2]. Celui-ci a par ailleurs une notice à son nom dans le dictionnaire de Michel Cordillot, La Sociale en Amérique[3] : il est un socialiste à l’itinéraire complexe qui tente d’imposer sa marque au journal qu’il a créé en s’appuyant financièrement sur sa belle-famille, les Chouteau, peu susceptibles a priori de partager l’entièreté de ses idéaux.

Chacun de ces trois auteurs a bien noté que lors du premier mois d’existence de la revue le rédacteur en chef est un certain Morhard. En préparant mes séances de TD, je me suis replongé dans son dossier. McDermott et Parcq n’en disent rien, laissant le personnage dans l’ombre de ses écrits polémiques de l’année 1854, la seule pour laquelle la Revue de l’Ouest a été conservée. Cordillot, lui, avance qu’il s’agit de F. Morhard, supposément quarante-huitard français en exil, sur la seule base des écrits de la revue[4]. L’hypothèse est très fragile, ne repose sur aucun fondement et surtout sur une lecture un peu rapide de la signature du journaliste, en fait très clairement G. C. F. Morhard.

Cette simple lecture change tout car ce dernier, lui, est un Genevois qui bénéficie d’une petite notoriété : Georges C. F. Morhard. Un rapide repérage le donne comme auteur de quatre brochures entre 1844 et 1847. La première, Lettre sur les moyens d’améliorer l’état des prolétaires en Europe est publiée à Québec par Napoléon Aubin. Celui-ci avait lui-même débarqué en Amérique depuis le canton de Genève en 1829 et était au Bas-Canada lié aux milieux rouges, les libéraux. Son périodique, Le Castor, sur les presses duquel la brochure de Morhard a été imprimée, se fixait comme objectif « d’apprendre au peuple à lire un journal »[5]. En 1846, Travail, Liberté, Propriété pour tous. Appel d’un Américain aux riches et aux prolétaires de l’Europe paraît à Paris. Et en 1845 et 1847 c’est à Genève que sont imprimés Considérations adressées par un défricheur des forêts de l’Amérique du Nord aux riches et aux prolétaires de l’Europe et Du Contrat social par rapport la propriété[6]. Les paratextes éclairent le parcours de l’homme. Parti de Genève, il a arpenté l’Europe avant de se rendre en juin 1844 à Québec sur le chemin de l’Ouest américain. Il communique alors ses pensées à la Société Canadienne d’études littéraires. Les deux publications genevoises comportent pour leur part la même préface de John Petit-Senn, poète et publiciste connu localement qui signale à la fois l’insertion de Morhard dans les cercles honorables de la ville et les objectifs du jeune homme : mêler l’envie de retrouver les romans de Cooper et celle de régler les problèmes du prolétariat européen. Cela passe pour Morhard par une solution simple : la colonisation. Il faut envoyer les pauvres d’Europe en Amérique et leur offrir des terres qui leur assureront la subsistance mais dans une stricte égalité en limitant le droit d’étendre sa propriété. On pourrait de prime abord imaginer Morhard dans les cercles socialistes – du fait notamment de sa participation à la Revue de l’Ouest avec Cortambert – s’il n’affirmait pas clairement que son plan avait l’avantage de mettre fin à l’avancée du « communisme » en Europe. Son entreprise de colonisation débuterait dans le Wisconsin et serait « l’unique moyen de concilier la philanthropie chrétienne et les vœux des prolétaires avec les intérêts actuels des capitalistes »[7] : ne pas gêner le développement capitaliste en Europe en transformant, dans un esprit chrétien, les prolétaires de l’Ancien Monde en propriétaires terriens américains, tel est le projet. En tout état de cause, Morhard n’avait pas vraiment sa place dans La Sociale en Amérique… et cela explique aussi deux éléments.

D’une part cela apporte un éclairage sur l’affirmation, le 11 février, après le départ de Morhard, que la Revue de l’Ouest lui devait « l’accueil favorable qu’elle a reçu du public »[8]. Il n’était pas un socialiste isolé ; la revue, avec lui à sa tête, était lancée sur le terrain d’un républicanisme militant mais modéré, à l’écoute des « capitalistes », permettant de s’attirer les bonnes grâces des élites marchandes de Saint-Louis. D’autre part la rupture rapide avec Cortambert devient limpide. Quand Morhard s’oppose au Républicain, journal francophone new-yorkais, il est vertement repris par Cortambert et on devine en fait des divergences de vue anciennes et une alliance de circonstance qui n’aura pas tenu longtemps. Au-delà, ce conflit signale aussi l’extrême complexité du monde francophone missourien. Car si Morhard m’a interpelé, c’est, je crois, surtout parce qu’il est suisse et qu’il me renvoie à Célestin Guyenet. Les deux hommes ont fréquenté Genève et le Missouri et pour autant leurs destins ne se sont sans doute jamais croisés – trop peu de concordances chronologiques ou spatiales – mais les circuits migratoires suisses francophones restent à découvrir tout comme les manières dont les migrations génèrent des rencontres improbables et permettent de penser largement, de manière connectée : les projets de Morhard ne ressemblent-ils pas à ceux que Clément Thibaud conceptualise pour l’Amérique hispanique comme témoins de la « colonisation nouvelle » ?[9]


[1] Archives départementales de Charente-Maritime, 4 M 10/3.

[2] John F. McDermott, « Louis Richard Cortambert and the first French newspapers in St. Louis, 1809-1854 », Papers of the Bibliographical Society of America, 34 (1940), p. 221-253. Camille Parcq, « Louis Cortambert. Un migrant français dans le Missouri (1830-1860) », mémoire de master 1, Université de La Rochelle, 2016.

[3] Michel Cordillot, La Sociale en Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux Etats-Unis, 1848-1922, Paris, éditions de l’Atelier, 2002, p. 123-124. La notice mériterait désormais d’être largement complétée et corrigée.

[4] Ibid, p. 321.

[5] Le Castor, n° 1, 7 novembre 1843, p. 2. Sur Aubin, Serge Gagnon, « AUBIN, NAPOLÉON », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 3 avril 2019, http://www.biographi.ca/fr/bio/aubin_napoleon_11F.html.

[6] Lettre sur les moyens d’améliorer l’état des prolétaires en Europe, Québec, Napoléon Aubin, bureau du Castor Considérations adressées par un défricheur des forêts de l’Amérique du Nord aux riches et aux prolétaires de l’Europe, Genève, Jules-Guillaume Fick, 1845 ;  Travail, Liberté, Propriété pour tous. Appel d’un Américain aux riches et aux prolétaires de l’Europe, Paris, 1846 ; Du Contrat social par rapport la propriété, Genève, 1847.

[7] Travail, Liberté, Propriété…op.cit., p. 26.

[8] Revue de l’Ouest, 6, 11 février 1854, p. 1.

[9] Clément Thibaud, « Après l’esclavage. « Colonisation nouvelle » et méridien impérial en Amérique hispanique (1780-1860 », dans Marcel Dorigny et Bernard Gainot, ss. dir., La colonisation nouvelle (fin XVIIIe-début XIXe siècles), Paris, SPM, 2018, p. 113-156.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.