Des étudiants, enfins !

J’étais en CRCT du 1er septembre au 28 février. Les six mois réglementaires aboutissent à une situation curieuse puisque me voilà réduit à effectuer un demi-service sur un quart d’année. Mais passons. J’ai retrouvé les étudiants cette semaine, à forte dose, en L1, L2 et L3, à chaque fois des groupes entre 20 et 40 jeunes. Et ce fut un vrai plaisir.

Les six mois de CRCT ont été une excellente période : de la recherche, de la recherche, de la recherche. J’avais prévu d’exploiter des archives que j’avais récoltées dans le Missouri sans avoir pris le temps de leur exploration, de participer à quelques colloques (Windsor, Paris, Columbia) et de me livrer à quelques travaux d’écriture. Le programme n’a pas été respecté à la lettre mais, dans l’ensemble, mes projets ont particulièrement bien avancé durant ces six mois, je n’ai pas à m’en plaindre. Mais à plusieurs reprises je me suis surpris à regretter l’absence du geste de transmission qui caractérise aussi mon métier d’enseignant-chercheur. 

Me voici donc de retour face aux étudiants. Cette semaine, ce fut pour des cours de « lectures critiques en SHS » en L2, de « méthodologie pour une histoire des médias » en L1 et de « méthodologie des concours en histoire » et « histoire en anglais » en L3 – en attendant des cours d’histoire des arts la semaine prochaine. Le tout est hétéroclite du fait d’un retour aux affaires en mars qui rend délicate la définition d’un service enseignant, mais cela me plait comme cela.

Ce qui m’a frappé, durant ces 9 heures de cours, c’est à quel point les étudiants (pas tous, allez, je ne suis pas naïf) avaient besoin et envie d’échanger, que ce soit sur les sujets historiques abordés ou sur l’évolution inquiétante de leur université. Comme je leur demande systématiquement du travail préparatoire de lecture et des réponses à des questionnaires avant les séances, nous avons pu effectivement échanger, travailler ensemble, ce qui me semble fondamental (aucun CM en amphi cette année pour moi !). Je suis persuadé depuis longtemps que c’est dans ce « ensemble » que réside la réussite d’étudiants qui ont besoin de se sentir pris au sérieux et impliqués dans la démarche de construction du savoir – sans nier pour autant ma position professorale. Mais je ne peux que constater à quel point cela m’avait manqué aussi dans mon propre parcours intellectuel. Evidemment j’ai trouvé particulièrement enrichissant de partager avec des collègues en Ontario ou dans le Missouri durant mon CRCT et je ne me passerai pour rien au monde de ces espaces de dialogue avec les quelques uns qui maîtrisent les mêmes sujets que moi. Mais cette semaine passée avec des étudiants me convainc aussi que devoir exposer avec clarté et dans le dialogue ce que fut la microhistoire dans les années 1970 et comment elle est encore discutée aujourd’hui me fait largement avancer également ; de même que ce fut d’une grande richesse de devoir montrer à trois groupes de L1 différents en trois jours comment traiter de la presse en historien en prenant comme exemple l’année 1904 de l’Ajonc, la revue du Sillon de Bretagne et ses assauts de christianisme social contre  l’« oligarchie financière » républicaine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.