Des mammifères de Sainte-Geneviève et de la société humaine qu’ils révèlent

Il était beaucoup question de mammifères ces derniers temps dans mon travail de recherche. Il s’agissait d’argumenter pour intégrer un nouveau laboratoire, d’envisager de futurs projets en histoire environnementale, de discuter mulets avec Eric Fabre ou de traiter des données fiscales de Sainte-Geneviève.

 

Les sources fiscales sont utiles pour comprendre les sociétés, c’est une évidence depuis longtemps. Mais Sainte-Geneviève n’est pas d’une grande richesse en ce domaine. Quelques documents donnent des éclairages ponctuels fascinants mais ne permettent pas une étude sérielle des fortunes sur plusieurs décennies. Comme je songeais ces temps-ci aux relations entre les hommes et le reste de la nature, notamment les mammifères, j’ai lu ces recensements fiscaux en y étant attentif. En 1861, par exemple, les chiens sont imposés : on en compte 25 en ville[1]. En 1823 ils ne l’étaient pas dans le township mais chevaux et bétail l’étaient, au contraire.

Avec une difficulté de vocabulaire. Vital St. Gemme, qui a effectué le relevé cette année-là[2], a distingué clairement les têtes de bétail (« heads of cattle ») des « vaches », sans que l’explication en soit claire. D’autant moins qu’autant les vaches sont systématiquement valorisées à 10 $, autant la valeur d’une « tête de bétail » est d’une grande hétérogénéité, ce qui laisse deviner une hétérogénéité de la catégorie. Comment être sûr de ce qu’elle recouvre ? Un exemple : Barthélémy Ste. Gemme est imposé en 1823 pour 20 têtes de bétail mais aucune vache. Or, deux ans plus tard, l’inventaire réalisé au décès de son épouse des biens possédés en commun le signale comme propriétaire de 8 bœufs, 15 vaches, 5 veaux, 1 taureau et 6 « jeunes bêtes à cornes », sans compter 24 cochons[3]. Il faut donc prendre ces recensements comme des indications et non comme des données exactes.

 

  Créoles Anglo-Américains Autres
Nombre de foyers fiscaux 190 (60,7) 114 (36,4) 9 (2,9)
  Foyers concernés Nombre Valeur Foyers concernés Nombre Valeur Foyers concernés Nombre Valeur
Chevaux 134 (70,5 %) 342 10 013 89 (78,1 %) 188 7640 3 5 180
Têtes de bétail 104 (54,7 %) 618 6281 58 (50,8 %) 358 3890 2 6 80
Vaches 28 (14,7 %) 36 360 28 (24,5 %) 50 500 1 2 20

Tableau 1. Extrait du recensement fiscal de Sainte-Geneviève en 1823.

De ce tableau de synthèse il ressort l’impressionnante présence des grands mammifères domestiques sur le territoire du township de Sainte-Geneviève, sans grande variation entre les deux communautés présentes, l’une ayant largement précédé l’autre dans l’occupation du sol – les « autres » sont une poignée de migrants allemands et français. 530 chevaux, c’est en gros un pour deux habitants. Quant aux têtes de bétail et vaches, il y en autant, si ce n’est plus, que d’habitants.

 

Détaillons le cas des chevaux :

Nbre de chevaux par foyer fiscal Créoles Anglo-Américains Autres
0 56 (29,5) 25 (21,9) 6
1 34 (17,9) 32 (28,1) 2
2-4 91 (47,9) 47 (41,2) 1
5 et plus 9 (4,7) 10 (8,8) 0
  190 (100) 114 (100) 9

Tableau 2. Les chevaux au recensement fiscal de Sainte-Geneviève en 1823.

Les différences entre les deux communautés – il faudrait d’ailleurs se demander si elles font vraiment communauté – ne sont pas majeures, même si la proportion de « gros » propriétaires est deux fois plus importante chez les Anglo-Américains. La question est donc ailleurs : que sont ces chevaux, quel est leur travail ? Leurs origines sont variées puisqu’ils peuvent provenir d’un ancien fond français venu par les vallées du Saint-Laurent, de l’Ohio ou du Mississippi, mais aussi de Nouvelle-Espagne (donc issus des petits chevaux espagnols importés depuis le XVIe siècle), sans compter les équidés apportés dans leur migration par les Anglo-Américains. Génétiquement, Sainte-Geneviève est un carrefour. En termes d’usage également. Les sept « voitures de plaisance » répertoriées chez quelques unes des plus riches familles nécessitent des chevaux de belle tenue. Les carrioles quotidiennes, sans doute moins. Il faudrait surtout pouvoir faire la part des chevaux de monte et des chevaux de trait. Carl Ekberg argue, sur la foi d’un seul témoignage du début du XVIIIe siècle, que pour les labours, dans la région, les bœufs sont restés en usage à l’exclusion des chevaux du fait de sols alluviaux lourds qui nécessitaient beaucoup de puissance[4]. A vérifier, mais les chevaux peuvent avoir un autre usage de force : 5 moulins à chevaux sont recensés, tous dans des foyers créoles. On peut aussi émettre l’hypothèse de centres d’élevage : à quoi servent par exemple les 10 chevaux de Thomas Maddin Sr ?

Le bétail pose autant de questions.

Nbre de têtes de bétail par foyer fiscal Créoles Anglo-Américains Autres
0 86 (45,2) 56 (49,2) 7
1-4 54 (28,4) 23 (20,2) 2
5-9 29 (15,2) 27 (23,7) 0
10-19 18 (9,5) 7 (6,1) 0
20 et plus 3 (1,6) 1 (0,8) 0
  190 (100) 114 (100) 9

Tableau 3. Le bétail au recensement fiscal de Sainte-Geneviève en 1823.

A priori, la possession de têtes de bétail signalerait une activité agricole et la littérature sur Sainte-Geneviève insiste bien sur l’aspect agricole du lieu jusque 1800 au moins. Or il n’y a pas de troupeaux impressionnants dans le township et si les plus imposants sont bien le fait de Créoles, là encore les différences entre communauté ne sont pas énormes. Une disparité est par contre frappante, invisible dans ce tableau : si 60,5 % des Créoles ne possèdent pas de terres agricoles imposables, c’est le cas de 86,8 % des Anglo-Américains. Cela s’explique par la date d’arrivée de ces derniers : ceux parmi eux qui sont propriétaires se sont installés bien souvent sous le régime espagnol. Les autres, migrants de fraiche date, ne possèdent pas de terre, soit qu’ils n’en aient encore acquis soit qu’ils ne soient pas venus pour investir dans la terre. Mais si l’on met les données en regard, un élément surprenant apparaît : beaucoup d’habitants ne déclarent aucun arpent mais, pour autant, possèdent quelques têtes de bétail, que l’on ne peut définir comme ressortant d’une activité agricole. Parfois ils déclarent une maison et un lot de terre en ville mais d’autres fois ils n’en possèdent même pas – on peut alors les imaginer locataires. C’est le cas du docteur Lane, qui n’est recensé que pour 4 têtes de bétail, 1 cheval – et 4 esclaves. Quelles sont donc ces bêtes et à quoi lui servent-elles ? A l’autre extrémité du spectre social, un Joseph Moore n’a que deux vaches à déclarer ou un Baptiste Ogé ne déclare que deux têtes de bétail en sus de sa maison et de son lot. Même lorsque le bétail est associé à des arpents, l’élevage semble loin. Lewis F. Linn est médecin, aisé, réputé jusque Saint-Louis: il possède 504 arpents et 3 têtes de bétail. Quant à Charles Grégoire et son fils, comptés comme une seule unité fiscale, ils sont les plus lourdement imposés du township : 980 arpents, une maison, 2 lots, 3 esclaves, 6 chevaux, 7 têtes de bétail, une montre, une voiture de plaisance et des meubles de prix. Or Grégoire est avant tout un grand marchand, habitué des séjours d’affaires sur la côte Est. Il ne faut pas interpréter la présence des mammifères domestiques comme reléguant Sainte-Geneviève du côté d’un illusoire archaïsme rural. La ville n’est pas plus, d’ailleurs, une communauté égalitaire : la majorité des habitants ne possède rien, loue son gîte et vend sa force de travail (et pas seulement agricole, loin de là !) à une petite classe de possédants – ce qui ne résout pas la question de la nature des bêtes possédées. A suivre, donc.

[1] Ste. Genevieve Museum, “Tax Book of the City of Ste. Genevieve for the year 1861”.

[2] State Historical Society of Missouri, R 0978, Ste. Genevieve township Assessment list 1823.

[3] State Historical Society of Missouri, C 3636, Ste. Genevieve archives, folder 273, « Inventaire des propriétés mobilières & immobilières appartenant en commun à Barthélémy Ste Gemme Senior & à Marie Lacourse Ste Gemme son épouse décédée », 31 décembre 1825.

[4] Carl Ekberg, French Roots in the Illinois Country. The Mississippi Frontier in Colonial Times, Urbana, UNiversity of Illinois Press, 1998, p. 177.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.