1848, retour de colloque.

En rentrant du colloque « Les mondes de 1848 », qui a lieu mi-décembre, j’étais ravi. Il est en effet très rare de profiter durant trois pleines journées de moments d’échanges si intenses, si riches et si cohérents. Le mérite en revient d’abord aux organisateurs de l’événement, que je remercie grandement : Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix et Clément Thibaud.

Ils sont parvenus à réunir des collègues français, italiens, argentins, turcs, britanniques, allemands, péruviens, étatsuniens etc… sur une problématique apparemment vaste et éclatée mais qui a montré toute sa pertinence et son unité. La quarantaine de communications et les échanges nourris qu’elles ont alimentés (et les retards accumulés dans le programme n’ont pas été douloureux !) sont propres à faire avancer les réflexions de chacun. Que demander de plus à un colloque que le questionnement permanent ? J’en suis parti avec le sentiment qu’il fallait que je retravaille théoriquement ce avec quoi j’étais arrivé et c’est parfait. Venu là avec une étude de cas missourienne et avec la conviction que je pouvais observer le monde de 1848 depuis Sainte-Geneviève, non seulement je suis lesté maintenant d’une myriade de cas et d’observatoires tout aussi pertinents que le mien, voire plus, mais aussi d’une manière de repenser à la fois les connexions entre les parties du monde et le principe même d’une synchronie qui peut être trompeuse si elle constatée sans être réfléchie. Au fondement, il y a encore et toujours je crois la question de l’échelle de l’analyse et du récit. L’histoire connectée utilise souvent l’étude de cas ou la méthode microhistorienne mais peine parfois à montrer que les structures sociales sont touchées ou percutées par les logiques connectées au-delà du cas. L’histoire globale trace de larges tableaux où l’on peine parfois à comprendre à quelles échelles les acteurs peuvent être protagonistes (pour reprendre le terme d’Haim Burstin[1]), se pensent et se vivent comme sujets agissants. Et il faut pour cela, toujours, varier la focale.

Le monde entier était présent à ce colloque… et pourtant il y avait des manques : l’Asie notamment. Mais aussi la Suisse, finalement très proche et très lointaine – tout juste a-t-il été rappelé que la guerre du Sonderbund, en 1847, était peut-être le début de l’événement « 1848 ». Le hasard a voulu que je me plonge ces temps-ci dans un stimulant petit ouvrage de Philippe Henry sur le canton de Neuchâtel qui m’apprenait que « la révolution neuchâteloise est le seul soulèvement victorieux de l’époque, conduisant à un changement fondamental et définitif de régime politique » : ce qui était à la fois un canton suisse depuis 1815 et une principauté détenue par le roi de Prusse depuis 1707 et constituait un « fossile féodal », devenait en quelques jours de février une République pleinement intégrée à la confédération helvétique[2]. Or la principauté-canton de Neuchâtel, ce sont aussi depuis la fin du XVIIIe siècle des mouvements de populations impressionnants, une économie constamment tournée vers l’extérieur (que ce soit pour importer des produits alimentaires ou pour exporter dans le monde entier toiles indiennes, dentelles et horloges), une circulation permanente des idées (que l’on songe aussi à la Société Typographique de Neuchâtel). Aurions-nous manqué un observatoire idéal ? Je continue de penser que la logique des observatoires est indispensable : il faut une histoire localisée, enracinée au plus près des acteurs, pour saisir les connexions et le global sans s’enferrer dans leurs possibles dimensions éthérées et y réintroduire le social et ses conflits.


[1] Haïm Burstin, « La biographie en mode mineur : les acteurs de Varennes, ou le « protagonisme » révolutionnaire », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2010/1 (n° 57-1), p. 7-24.

[2] Philippe Henry, Histoire du Canton de Neuchâtel. Le temps de la monarchie : politique, religion et société de la Réforme à la révolution de 1848. Tome 2, Neuchâtel, Alphil, 2011, p. 96.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.