Sainte-Geneviève (Missouri) et le monde atlantique: Michel Amoureux en 1813

Le fonds Amoureux-Bolduc du Missouri History Museum comprend, entre autres documents, cette note :

CIMG0079
Missouri History Museum, Amoureux-Bolduc papers, Box 1
CIMG0080
Missouri History Museum, Amoureux-Bolduc Papers, Box 1

En voici la transcription :

« 31 août 1813

Notte de divers articles que Mel Amoureux prie Mr Julien Depestre d’acheter à philadelphie ; Mel Amoureux fournissant les fonds d’avance et payant le transport de Philadelphie à Ste Genevieve.

  • Soixante verges, plus ou moins, de toile de lin ou fin chanvre propre à chemises : Nr il y a des toiles du Nord de l’Europe maintenant introduites directement dans les etats unis au moyen des navires suedois, Russes, &c ; les quelles sont en general d’une qualité durable, excepté celles proprement dites de Silesie.
  • Deux pieces de mouchoirs de chollet pour la poche de preneurs de tabac.
  • Deux pieces de mouchoirs des indes, masulipatan, ou vintepaleon de bonne qualité – ou à défaut une piece de mouchoirs du Béarn.

Une piece de mouchoirs fins de fil, tout blanc ou à vignettes, de 7/8 à 1 verge quarrée.

  • Un etui de Mathématiques, au choix de Mr Depestre

Une carte de la France à grands points, comprenant seulement (si cela est trouvable) le pays entre le Rhin & l’Escault.

Une carte de l’Allemagne, à grands points.

  • Code napoléon de procedure criminelle, et de commerce, de procedure civile.
  • Une grammaire italienne, pour enseigner l’italien à un français.
  • Six exemplaires d’une grammaire française, qui comprenne toutes les règles nécessaires, mais dans laquelle ces règles soient claires, précises, et degagées de définitions trop metaphisiques.

Si Mr Depestre touche la totalité du montant du billet sur Mr Saml Anderson, ou une bonne partie de ce montant, au-delà de ce qui sera necessaire pour l’achat des articles ci-dessus, il pourra employer le surplus pour son propre compte en en levant compte ) Mel Amoureux à Ste Genevieve.

De la graine de choux (Brassica) appellés en bas allemande (Boeren – Koole) en anglais (cole-wort) par les campagnard de France (choux à vaches, grands choux, &c) : il y en a de plusieurs especes qui soutiennent les froids hivernaux des parties nord de la France ; les deux especes que j’y ai vu cultivées le plus communement croissent à plusieurs pieds de hauteur ; l’une de ces especes a les feuilles d’un verd foncé, tendres et onctueuses (oleracea unguinosa) l’autre espece a les feuilles d’un verd moins foncé (d’un verd jaunatre) très tendres, et d’un gout plus do onctueuses et d’un gout plus doux que la premiere espece. Ces choux repoussant de bonne heure au printemps ou l’on s’en sert pour faire des chouées ou soupe maigres que les anglais mêmes même les anglais trouvent excellentes.

De la graine de navêts longs (longrooted turnips) ceux que j’ai vus le plus communement sont des blanc et des jaunes, il y en a de précoces et de tardifs ; c’est un legume des pays très tempérés ; je doute que les jaunes deviennent bons parviennent à être bons dans ce climat-ci ; ces navêts longs sont d’un ont plus de parfum et plus sont plus fortifiants que les gros navêts d’automne appelés rebes, rabiolles, & (large field-turnips) En France en enlève ces derniers pour en nourrir les bestiaux en hiver, et on cultive les premiers pour la nourriture des hommes, dont ils ravigotent la constution d’une manière surprenante.

Graine de choux fleurs d’été et d’hiver.

[Vertical]: Notte des articles à acheter à Philadelphie »

Il s’agit sans doute d’un brouillon, ou d’une copie, d’une commande avec laquelle Julien Depestre devait partir à Philadelphie à l’été 1813 au nom de Michel Amoureux.

Il faut commencer l’analyse par la présentation des personnages, au nombre de trois :

  • Mathurin Michel Amoureux est né en 1747 à Bourgneuf mais s’installe à Lorient où on le retrouve au moment de la Guerre d’Amérique. Les archives sont paradoxales sur ses activités dans ces années. Le Missouri History Museum conserve des papiers de famille qu’Amoureux a emportés avec lui en Amérique et qui révèlent qu’il prend part à des opérations commerciales pour ravitailler les Insurgents, associé à un certain Champigny et en lien avec John Ross, marchand américain de Nantes. Jefferson lui-même échange quelques mots à ce propos avec Amoureux en 1788. Mais les archives de l’Amirauté de Lorient comme celles du consulat (dans ce dernier cas je remercie Gérard Le Bouëdec d’avoir bien voulu partager ses données) sont vierges de toute référence à un quelconque Amoureux. Toujours est-il que ce dernier fuit la France en 1793, non pas devant la Terreur mais devant les Vendéens qui ont brûlé ses biens. Rejoint par sa famille et après quelques années à Georgetown (soutenu par Nicholas Lingan) durant lesquelles il tente d’implanter la vigne en Virginie, il part vers l’Ouest, réside quelques années mystérieuses dans le Kentucky puis s’installe à New Madrid, sur la rive occidentale du Mississippi, donc en terre espagnole. La France pour très peu de temps, puis les Etats-Unis définitivement, s’emparent alors de la région. Marchand et juge de paix, Amoureux déménage pour Sainte-Geneviève au début des années 1810 pour y poursuivre sa carrière, dont le document présenté témoigne parfaitement.
  • Julien Depestre est moins connu. Il s’agit sans doute du colonel Julien Depestre qui, après les combats de Saint-Domingue, s’est réfugié aux Etats-Unis, d’abord sur la côte Est où il fréquente la meilleure société. Lié à Aaron Burr, il est inquiété pour son éventuelle participation à sa conspiration en 1806 mais c’est aussi par ce biais qu’il découvre la Haute-Louisiane, (le futur Missouri). Il s’y installe comme marchand en association avec Jules de Mun (dont il épouse la sœur), comme lui réfugié de Saint-Domingue tandis que d’autres membres de leurs familles respectives choisissent de faire souche à Cuba. On le voit ici, comme beaucoup de marchands du même lieu, faire le voyage de Philadelphie pour s’approvisionner.
  • Samuel Anderson est un marchand de Philadelphie, sur North Water Street, et dont le lien à Amoureux est ancien et explicité par une lettre du même Amoureux à Charles Grégoire datée de décembre 1812. Grégoire, autre marchand de Sainte-Geneviève, était chargé de régler un litige financier datant des années lorientaises : Amoureux avait prêté de l’argent à un certain Samuel Anderson, marchand américain établi dans le port breton, et cherchait à le récupérer en joignant son fils, également prénommé Samuel. C’est ce fils qui affirma que la dette avait été réglée et à qui Amoureux adressa Depestre en 1813.

Trois villes apparaissent : Lorient, Philadelphie, Sainte-Geneviève. La dernière cité fait a priori figure d’intruse, sur les rives du Mississippi, à 1500 km de la mer et avec ses quelques centaines d’habitants seulement. Pourtant ce qui était le cœur du Pays des Illinois avait depuis longtemps l’habitude de vivre en symbiose avec la Basse-Louisiane dont il était à l’époque coloniale le grenier à blé : « l’ensemble de la vallée du Mississippi formait ainsi un espace économique intégré[1] » qui s’ouvrait sur la Caraïbe. Carl Ekberg avait entr’aperçu les changements qui eurent lieu à la fin du 18e siècle mais sans en tirer de réelles conséquences[2]. Or cette note de Michel Amoureux permet d’ouvrir des pistes nouvelles. Sainte Geneviève n’est alors plus le seul pôle agraire, même ouvert sur la Nouvelle-Orléans, que les historiens ont pris l’habitude de décrire. La ville, ici, vit au rythme de l’économie atlantique et même au-delà, elle fait même figure de pont entre le cœur du continent et le monde si l’on considère que deux ans plus tard l’associé de Depestre, Jules de Mun, se lance avec les Chouteau dans une expédition commerciale vers Taos, dans les Rocheuses espagnoles. Réfugiés de Saint-Domingue et exilés de la Révolution n’ont pas apporté le commerce à Sainte-Geneviève mais en ont élargi les horizons en intégrant de surcroît les logiques étatsuniennes qu’Amoureux avait déjà pratiquées depuis Lorient dans les années 1780. J’en poursuivrai l’exploration, notamment par l’analyse des marchandises commandées par Amoureux, dans un prochain billet.

 

[1] Gilles Havard et Cécile Vidal, Histoire de l’Amérique française, Paris, Flammarion, 2003, p. 304.

[2] Carl. J. Ekberg, Colonial Ste. Genevieve. An Adventure on the Mississippi Frontier, Carbondale : Southern Illinois University Press, 2014 [1985], p. 168-173.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.