Les locataires de Joseph Campau, 1843-1853. Une autre histoire du Michigan

 

En passant par Détroit il y a un mois, j’ai découvert la Burton Historical Collection, autrement dit les fonds anciens de la bibliothèque municipale. Plusieurs collègues m’en avaient dit le plus grand bien et j’ai voulu voir par moi-même, à titre de comparaison aves les ressources missouriennes et kentuckiennes que je connais bien.

La situation du Michigan me semblait, de loin, comparable à celle que je scrute plus au sud et un rapide point archivistique s’imposait. Je n’avais qu’un temps limité et je me suis concentré sur les fonds de la famille Campau. Celle-ci n’est pas inconnue : Jay Gitlin en fait un équivalent à Détroit des Chouteau à Saint-Louis ; Catherine Cangany et Guillaume Teasdale l’ont rencontrée dans leurs recherches et ont utilisé ses archives[1]. Celles-ci, sans atteindre la taille de celles des Chouteau, sont effectivement passionnantes et finalement beaucoup trop peu exploitées encore. Je voudrais en donner un bref exemple. Dans les Joseph Campau papers (à ne pas confondre avec les Campau family papers) subsistent quelques uns des nombreux registres de toutes sortes que tenait l’homme d’affaire né en 1769 et mort en 1863. Sous la cote J8, vol. 5, on trouve par exemple celui intitulé « Livre n° 14 des fermes à louer, commençant au Detroit le 22 novembre 1843 & finis le 24 septembre 1853 ». Ni le n° 13 ni le n° 15 n’ont survécu, mais celui-ci offre déjà une plongée saisissante et inattendue dans les environs de Détroit au milieu du XIXe siècle : Campau le grand propriétaire indique pour chaque individu l’ensemble des opérations financières et matérielles effectuées sur ses terres et ses maisons, à la ville comme à la campagne. Tous les paiements de loyer sont notés mais aussi, et surtout, tous les arrangements possibles entre propriétaire et locataires, tous les travaux entrepris, des réfections de fenêtres aux constructions de haies. En soi, l’ensemble mériterait une analyse poussée : on y lit l’usage du foncier comme les vies quotidiennes de locataires négligés par une historiographie attentive surtout aux propriétaires – comme si les Etats-Unis n’étaient qu’un pays de propriétaires.

John Farmer, Plat of the City of Detroit as laid out by the Gov. and Judges, 1831

Mais ce que je propose ici, c’est plutôt d’évoquer rapidement les logiques d’identification des personnes qui sont au cœur de ce registre. En précisant tout d’abord qu’il pose des problèmes évidents car même s’il est identifié comme émanant de Joseph Campau il est à l’évidence écrit à plusieurs mains comme le révèlent aussi bien les graphies différentes que des addendas visibles ou les orthographes très variables de mots d’usage courant. Ainsi un des auteurs orthographie « Allemand » quand un autre écrit « Alment ». Pour autant c’est aussi une des richesses du document que de permettre un travail sur la langue, justement : le français de la région du Détroit apparaît ici dans une variante certes personnelle mais aussi révélatrice de traits collectifs, la graphie révélant dans certains cas des prononciations typées.

Surtout, les auteurs de ce registre ont donné des indications sur les locataires – ils les ont fichés, si l’on veut : origine géographique et/ou ethnique quand elle n’est pas évidente (c’est-à-dire francophone de la région du Détroit, et il est finalement fort dommage de ne pas connaître l’ethnonyme auquel Campau les associerait), description physique, situation familiale, langues pratiquées, dates de mort le cas échéant, détails pratiques sur les professions, destins, aptitudes… La densité de ces annotations varie en fonction de critères qui ne peuvent être déterminés. In fine 188 individus apparaissent dans le registre et il ne s’agit que d’hommes – derrière lesquels des femmes et des enfants parfois mentionnés demeurent anonymes – exceptées de très rares veuves chefs de famille. Si l’on veut tenter une typologie fondée sur l’usage linguistique, il semble (en tenant compte des cas incertains) que 41 % de ces hommes soient francophones, 29 % anglophones et 24,5 % germanophones, ce qui signale bien la permanence de la francophonie dans la région de Détroit en même temps que l’existence de nouveaux flux migratoires. Il faudrait pour aller plus loin  pouvoir mesurer un éventuel effet culturel dans le choix la construction du lien entre locataires et propriétaires : dans quelle mesure des francophones préféraient louer une terre de Campau, ou ce dernier privilégiait des locataires francophones ? Dans tous les cas, comme les francophones ne constituent plus, depuis longtemps, 41 % de la population de la région, il y a évidemment un biais.

On peut encore détailler. Ces francophones sont de quatre types. 57 % sont des locaux, 30 % des Canadiens, tandis que les autres, marginaux, viennent de France et de Belgique (leur francophonie alors peut être relative). Là encore on ne peut qu’être frappé par la permanence des migrations canadiennes qui viennent entretenir la francophonie du Michigan. Jean Lamarre a étudié ces migrations canadiennes vers le Michigan à partir de 1840 mais en n’assurant pas assez de jonction avec le peuplement francophone précédent et sans utiliser ces registres Campau, (voir son Les Canadiens Français du Michigan. Leur contribution dans le développement de la vallée de la Saginaw et de la péninsule de Kessenaw, Sillery, éditions du Septentrion, 2000). Les anglophones, eux, sont qualifiés, à part à peu près égale, d’Irlandais, d’Américains et d’Anglais. Doit-on considérer ces derniers comme des habitants anglophones du Canada qui passent la frontière ? C’est probable et on doit alors les penser en même que les Canadiens : ils viennent en fait tous des colonies britanniques d’Amérique du Nord. Les Irlandais, eux, posent question car on ne sait pas ici s’ils sont arrivés sur le continent par Québec ou par New York – ni même s’ils sont, ce qui est possible, des citoyens étatsuniens encore stigmatisés par leur origine culturelle et religieuse. Les Américains, eux, devraient alors représenter le « vieux stock » anglo-américain. Quant aux Allemands, ils sont identifiés comme tels par Campau et non en fonction de leur Etat d’origine (Prusse, Bade, Würtemberg, etc…) comme il est fréquent dans le recensement fédéral de la même époque. Cela laisse à penser qu’alors que dans le second cas les habitants ont pu s’auto-identifier auprès de l’agent recenseur, Campau ne tient pas compte la géopolitique allemande et ne juge que sur un critère linguistique très globalisant qui aboutit finalement à une définition nationale anticipée.

Au-delà, ce sont des cas individuels qui frappent également. William Hopkins, par exemple, est un jeune Américain qui vient établir un moulin à scier sur une terre louée : il participe ainsi aux débuts de l’industrie forestière dans le Michigan. Pierre Ollivier est un Français qui s’était associé à un compatriote pour exploiter une terre mais qui finalement, en septembre 1853, part en Californie. Henry de Galan est indiqué d’abord comme « Français de France » avant qu’une autre main ajoute qu’il est « Bellgiain » : est-ce son identité européenne et francophone qui avait induit un premier classement avant que Galan lui-même prenne le soin de préciser à son propriétaire ? Qui tous sont ces « engagés » canadiens, terme qui renvoie au vieux monde des pelleteries ? Et Meyelle, migrant allemand qui joue du violon dans les bals, de quels bals s’agit-il, est-il venu du pays avec son propre violon ?

Les questions sont infinies et je n’y répondrai sans doute jamais complètement. Mais ce billet n’a d’autre objet que de susciter de vocations et de lancer un appel à l’étude de ces archives et de cette société.

« Livre n° 14 des fermes à louer, commençant au Detroit le 22 novembre 1843 & finis le 24 septembre 1853 ». Burton Historical Collection, Joseph Campau papers, J8, vol. 5[2]

Joseph DUPUIS DIT LEBLANC & Susanne son Epouse Riviere Clinton – il est Mort che lui le 15 février 1849
Robert FOX Forgeron
Merrit FOSDICK Charpentier Américain dernierement arrivé de l’Etat de New York
Patrick LOGAN Irlandais Journallier
Henry & James WYNKOOP Les deux Frères
Addison C. SUTHERLAND Englois, habitant du haut des grands champs du bord des (ill)[3] Il demeur sur sa ferme Il est un Bon Maçon visavis de la Maison de feu Henry Cannon Est de la couler nommer Trambler quil demeur
Jacques LETOURNOU Fils de Jacques, de la Rv Clinton
Louis FRESEAU DIT FREZAIR dite LA PLANCHE Navigateur fils du vieux Fréseau de la Grosse Pointe
Michael SCHWOOB Allemand qui parle français. Il est un grand et gros homme
Hyacinthe GINAT Canadien de Montréal
Charles J. BALLARD Du Village de Lapierre & Comté de Genesee
George Frederik LORD Jeune Américain non mariez. quil est ager de 24 anné à coutume de travailler au (ill) du moulain de feu Henry Cannon (ill) par Tousaint Laporte au Bout des 50 arpent pour Addison Sutherland qui est (ill) ma farme
Marin STORY Charpentier & Menuisuer & Jeandre de feu Conrad Seeler Tailleur
Simeon H. MAINE Américain les Cheveux Blond
James HUMISTON Potier Américain
Edouard BOYER dit PELTIER Petit Fils de la Veuve Alexis Peltier
Louis SENEZ dit Moïse Fils de Ignace defun qui boitait
Louis DUQUETTE Canadien Engagé de Montreal
Francis Exavier BONNET Canadien du Bas Canadà
Toussaint LAFORTEZ Du Grand Marais – Fils de feu Louis
Michel LALONDE Petit Canadien de la paroisse de beau Harnois de Montréal
Joseph LEE Petit Anglois journallier
Francois BECKMAN & Gislain VANDEN BOSSCHE De la Belgique. L’un parle un peu français et l’autre ne le parle pas.
Jean Bt MORT Fils de Feu Laurant, de la Riviere Clinton
Jacques St AUBIN Du Grand Marais & Fils de feu Jacques
Dominique MORT Fils de Feu Laurant, de la Rivière Clinton
John Adam ALDER Jeune Allemant du Grand Marais qui a tenu une groceries dans la ville du Détroit
François LONGTAN père Canadien de Montreal qui est marier
Henry de GALAN François de France qui est Bellgiain
William HATTON Jeandre de feu Robert Stead. Il est un grand Amériquin qui à demeurer sur la Terre du Major John  Biddle
Miles MORRIS Irlandais Jeune homme
Alexander St. GEORGE Qui a été élèvé chez la Veuve Toiniche Boyer. Fils Batard de Pierre St. George & Rosalie l’Espaniol la seur de François & Antoin Espaniol.
Pierre ERAUW Nouvellement arrivé de Bellejique
Joseph Mc SPADIN Irlandais, quil a été le fermier de Charles Tucker
Michel & Nicholas HAMANG Frères allemands quil avait louer de Bannaber Campau l’Ile aux cochons.
Richard & James BARTON Père et Fils anglais
Charles CHARETTE Canadien de Montréal
Joseph LAURIN Canadien farmier
Toussaint MORT Farmier
Joseph GABRIO Canadien de Montréal
Alexandre DUMOUTIER Forgeron Canadien de Montréal
Edouard DUMAS Canadien de Montréal qui à travailler pour Robert A. Forsyth.
John DEMICK Alment qui est un gros homme qui parle seulement de sa langue est un peu de la langue angloise. Il a sa femme & enfans est lui est ager de 42 anner environ
Paul MORT Fils de Feu Laurant, de la Rivière Clinton
William ATKINSON Anglois, de la Rivière aux Raisins.
John L. HARBACK De la ville de Buffalo Etat de New York.
François D. BRANBANDER Bellejien agé de 30 anner qui ce dit Charon & Menuisier
Jean Bt DULAC Du Grand Marais. Il est Mort du 21 juillet 1848
Edouard BOYER dit PELTIER Petit Fils de la veuve Alexis Peltier
Veuve Louis LAFFORTEZ Il est Mort au 28 août 1824 au Grand Marais sur la Ferme de feu Nicolas Campau a Etter en terrez le 30 Aout 1824.
Thomas E. MARTER Anglois, fermier
Joseph LACOUNT père Vieux Canadien de Montreal agez de 50 à 60 année.
Louis SCHINHIET Allemand
Paul MARSAC dit Panatechat
François BECKMAN & Gislain VANDEN BOSSCHE Beeckman qui est agez de 49 année Vanden Bossche qui est mariez avec la fille de Francois Beeman qui est present son associer a tous deux
William P. WHITTIMORE Fils Bouchè
Robert WILDRUM De la Rivière Clinton. Frère de feu William
Nathaniel T. LUDDEN Américain
Joseph JARRAIT & Predunt BRUNET Canadiens de Montreal
Louis Lambert BEAUBIEN Fils de Lambert Beaubien de la Rivière Rouge
Louis DESNOYER Mon fermier
Louis TROMBLEZ Engager Canadian de Montreal
Antoine DAIGUE Canadien de Montreal frère de Toussaint Daigue. Il est mort dans le mois de septembre 1849
Jacob MERKER JANNEUR Grand Allemand
William HATTON Gendre de feu Robert Stead (Grand Américain). Votre femme est morte le 16 juillet 1848
Simon RACKHAM Fermier anglais il est vieillard de 60 anner. Il a un garçon d’environ 26 ans
Louis BERTUIS Fils d’Antoine Bertuis. Il est marier à la fille de Francois Ebert habitant à la pointe a Marsac sur la bord du lac St-Clair. Remarque le 20 mai 1848 Antoine Bertuis père a donner sa ferme ou il demeure à son fils Louis et a Alexandre Bertuis tous deux frère. Il doive tous deux le neuvième & (ill) le loyer le neuvième & de plus donner de Bonne (ill).
Louis BARTUIS Fils d’Antoine Bartuis est le jeandre du sieur François Hubert ager de 40 annés qui est un Canadien de Montreal.
Louis TROMBLE Engager Canadien de Montréal ager de 30 anner environ.
James TALLARD Jeune améririquin ager de 22 ans presentement que son pere se nomme auci James Tallard & sa mère (ill) Jean Bt Dulac est son epouse pour jusque a (ill) 21 annee pour (ill) & (ill) eux même (ill)
François CHATELOT & George MANIE  
François CHATELOT & François J. ROGER  
Peter SCHNIEDER Qui est Alment de 40 anner. qui vend du lait. Il est mon fermier sur ma terre venant de Charles Poupard.
John LOWER Allemand ager de 50 environ quil a sa femme & 5 enfan le plus vieu a 15 ans Il est bien povre
Jean Bt DUBEZ Fils de feu François de L’ance Leroux
John DEMICK Allement. (ill) Il a sa femme
Dominique GRIFFARD Fils de Antoine de la Rivière Gaignolaite
Peter MOORE Allemand agé de 45 année qui (ill)ma dite ferme
François BECKMAN & Gislain VANDEN BOSSCHE Beeckman : Il est Mort le 24 janvier 1850 son fils François Beeckman a pris sa fermer. Vanden Bossche : Il a Enbendonnez son Associer le 20em jour de novembre 1848
Louis DESNOYER Mon fermier
Ernst RANSPACH Allemand agé de 30 année environ. Il est un petit homme le visage magre. sa senter est feble.
Christian BAKER Allemand agé de 34 année
Nicholas RAUPP Allemand agé de 36 annéee
George HAFFER Allemand, jeandre du Vieu Zacharias Willtermuth mon Locataire
Nathaniel J. LUDDEN Ameriquin (quil est mort)
William HERSEY Petit Anglais qui a demeurer sur la Terre de Charles Moran. Il est mort le 15 avril 1849 sur ma ferme quil a louer de moi.
William A. HOPKINS Jean Ameriquin agé de 26 ans de la Rivier St. Clair ou il demeure, qui doit batire un moullin à scier (ill) de Alfred Hopley
William A. HOPKINS Jean Ameriquin agé de 26 ans de la Rivier St. Clair qui doit batire un moullin à scie qui Marchera par les vapeur du feu que (ill) ce moulin (ill) terre qui achette de Louis Laf(ill)
François CHATELOT  Qui est Français de France qui est Menuisier & Charpentier
François Joseph ROGER & Ange VAN HAUVERMEIREN Roger : qui ce dit Français Hauvermeiren : qui ce dit Bellgien qui parle un peu Français (ill) croit quil est alment (ill) 1850
Joseph SAVINE Canadien engager de Montreal
Juillian STRENGE Canadien ager de 30 anner, Il a une femme & Petits Enfans le plus vieu à 7 ans. Il a 1 jument est un Harnois. 1 charaite est les (ill) au vache suivent son dire de lui même de date.
Henry GIESEL Allemands agé de 36 années
John ERD Jeaun Allemand age de 22 années quil demeur sur la terre de Antoine Deguindre
Pierre JACQUOT  Francais de France qui demeure dans la farme de la vieve Antoine Beaubien.
Michael MIDDLETON Fermier. Anglois agé de 40 années environ. Il est un petit homme qui a les cheveux blond rouges Il est un bon travaillant honaite
William HATTON Gendre de feu Robert Stead Grand Amériquin, votre femme est Mort du 16 juillet 1848. Est lui Mort le 30 janvier 1849
Thomas CARROL Irlandais age de 36 années vendeur de « Laite ». Il a 14 vaches à laite
Peter VOUDRE Canadien nes au Bout des 80 arpents sur le bord de la Couler des Trembler en au du Grand Marais.
Peter VOUDRE Ager de 30 annes quil est marier & des Enfans Jeune qui est canadien ner au Detroit.
Edward LAURIN Frere de Joseph Laurin
François Joseph ROGER & Ange VAN HAUVERMEIREN Roger : Il est parti du Detroit pour aller en France le 29 juillet 1850. Il adit revenir cette autone prochain on a dit quil a lesser tous ses effait au soin de son associer Ange Van Hauvermeiren. Son dit associer est mort sur ma ferme quil avait loué de moi pour une anner. Son propre frere nommé Hauvermeiren quil fait des meubles dans la Ville de Detroit a pris tous les Effait que son frere avait sur ma ferme. Quil avait louer de moi le 6 mars 1850 aux 5 mars 1851. Livren Bon dit que Francois J. Royer la apointer pour avoir soin des effait quil a lesser pour quil en ay soin auci que la ferme quil avait louer de moi depuis le 6 mars 1850 au 5 mars 1851. Van Hauvermeiren : qui se Bellgien qui parle un Peu Françait qui sait Ecrire
François BARTIOME Père agé de 50 annees, ner à Montreal. Il est marrier & sa femme vie encor. Il a 4 garcons un ag de 35. Il a une fille de 15 annees point marier un 2em 22 le 3e 18 le 4em 13
Michael MIDDLETON Forgeron agé de 24 années & Neveu de Michael Middleton mon Fermier.
John BELFORD Irlandais agé de 26 annees
Heubere CHAMPAIGNE Fils de Louis Champage dit le Signe
Mathew MULLANY Irlandais agé de 50 annees. Il est marie
Richard DINNEN Fils de Edward Dinnen. Irlandais agé de 23 années à louer cette ferme pour lui seule a Relou lautre ferme avec son Père & son frere voyer le (ill)
Robert MULLANY Fils de Mathew Mullany. Docteur
Catherine Rose LESCOHIER & Francois LESCOHIER Veuve et fils de la veuve Lescohier
Daniel CORBY Farmier irlandais & il demeur sur sa farme au haut du Grand Marais
Edward DENIS Pere & Edward DENIS fils & Richard DENISON  
Morand STRUB & Joseph NEBEL Allemands il fons de (ill). Il travail sur la ferme de Rerberay contre Victor Moran
Christopher FRECK Allemand agé de 40 années qui parle point francais ni Anglais qui est un Grand homme
Jacob KISER Allemand agé de 40 années. Il parle point Français où Anglais à sa femme & plusieurs petit Enfans.
Michael SHEPPARD Jeune Allemands agé de 27 années
James OAKES & James RICHARD Tous deux Anglois qui cultive la dite ferme qu’ils ont tenu de moi qui part des briques endesou de la coulez des trembler sur le bord du chemain du fort Graciot
James OAKES & James RICHARD Oakes qui fait des Briques un peu endesou de la coulez des trembles Richard pour lui seule qui fait ses briques à son propre compte
John HARBACK & Henry CASTER Alments
John STROPAL & John TRINKAL Alments. Tous deux ne parle point Français ni Anglais. Trinkal : à enbendonner son associer veu point rester avec lui
John STROPAL & John TRINKAL Allmends. Tous deux ne parlent point Français ni Anglais. Stropal : Sa femme est Morte dans le moi Septembre 1850. Il ses marier avec une almende ager de (ill) année le 14 août 1862. Il a un garcon de 14 années est 2 fills. Son associer la enbendonner. Il est journallier dans cette ville du Detroit
Fred HERRMAEN & Charles HERRMAEN Alments Fred : qui est un prêtre ministre alment
Pierre Olivier & François BUTÉ Tous deux sont Français de France ager de 30 annez tous deux Ils son poins mariez Ils sont point (ill)
Pierre Olivier & François BUTÉ 1853 septembre Pierre Olivier son associer a Enbendonner son associer pour aller a California avec des Espanols Suivant le dire de Francois Buté son associer
Antoine PELTIER Canadien âgé d’environ 25 années fils de feu Charles Peltier
François BLAIS Canadien de Montréal âgé de 50 années Il est marié et à 4 enfans il est charpentier & Menuisier. Demeure dan la Rivière Rouge
Nathaniel WALTERS Irlandais agé de 30 années Il a sa femme et 6 jeunes enfans le plus vieux a 10 ans
Nathaniel WALTERS Irlandais agé de 30 années Il a sa femme et 6 jeunes enfans le plus vieux a 10 ans. William Hatton ma dit que Nathaniel Walters était un Grand voleur de la Nuis
Peter SCHNIEDER Qui est Almend age de 40 anner qui vand du lait Il est mon fermier sur ma terre venant de Charles Poupart
Thomas E. MARTERER Anglois fermier
Peter GAILEY Alment Il ne parle point anglait son fils ager de 18 anner parle Anglait aci que un alment qui parle engloi & lit le Bail il di les convencion du bail a Peter Gailey
Hugh BRADY Irlandais agé de 40 années, Il demeur sur la terre de Cass
John AYLWARD & Richard AYLWARD Tous deux sons feres aci tous deux Irlandais John : Ager de 30 anner environ Il est garson Il est Engager pour mener un Bogger dans la Ville du Detroit pour le monde dans la ville du Detroit Richard : ager de 30 anner Il demeur avec sa femme sur ma ferme a la Grosse Pointe sur ma ferme venant de Louis Solomon, lui seule cultive cette ferme son frere est engager pour mener un Bogger dan la ville du Detroit
Euseme BARTIAUME Fils de Francois Bartiaume père Il est
Jacob OARGEL Alment agé de 40 années
Nathaniel W. WORTLEY Anglois de 50 années qui est Marier quil est un Grand homme
Moise Felix THOMES Fils de feu Felix Thomes de Lance l’anse
James HOGG Quil travail pour Adair jardinier acoter de Chapoton à la côte du Nord Est
James SUTTON & Benjamin SUTTON fils Anglois Fermier
Jean Bt DULAC Du Grand Marais Il est mort du 21 juillet 1848
Edward LANGTON Fils de Francois Langton demeur à la Riviere Rouge
John LONG Quil est Alment agé de 40 annér quil parle point Anglait ni Francais
Jacob KISER Allemands agé de 40 années Il parle point Français ni Anglais Il y a sa femme & plusieurs enfants
Jean Bt MORT Fils de feu Laurant de la Riviere Clinton
William STERRIT Irlandais agé de 50 années & Feseur de Briques sur le bord du chemin du (ill) Graciot à un Mil endesa de la Couler des Trembler Il a une femme (ill)
William STERRIT Irlandais agé de 50 années & Feseur de Briques sur sa propeter terre quil a alui même quelle borde tout du long du chemain du (ill) graciotte a un Mil endesas de la couler des trambler
Louis PITRE Fils de Francois Pitre
William HERSEY Petit anglais qui à demeurer sur la terre de Charles Moran
Louis SENIR dit MOISI Fils Ignace defun qui ettait boiteu infirme. Le dit Louis Senir est mort du 1er mai 1852 suivant le dire de Robert Meldrum
Francois BARQUE Engager de Montreal agé de 35 annér Il a sa femme & 5 enfans Il a 2 grand carcons ager de 17 & 18 annér
William RENIKE Vieu Allemands age de 50 années
Pierre JACQUET & Léren BLOND Qui se dit Bellgain qui parle Francais
Patrick & Philip DORMER Les deux Frères, Irlandais
Jacques St AUBIN Du Grand Marais & fils de feu Jacques St Aubin. Na point étté Marier
John Bt GAGGNIER & Cécile GAGNNIER Son Epouse & co-heretaire de Isidore Chène
Jacques THOMAS Qui est le fils de feu Fillis Thomas
Jacob OARGEL Allement agé de 40 années
James SUTTON & Benjamin SUTTON fils Anglois et fermier
Jacob SMITH Fils de John Smith Jeune Allemand de la Riviere Rouge
Pierre OLIVIER et Francois BUTE Tous deux son Francais de France. 1853 Sept 30 Pierre Olivier son associer à enbandonner son mavistier pour aller à california avec les Espanol suivant le dire de son Francois Buté son associer.
Toussaint MORT Fermier
William ROLFF Allemand agé de 40 année Il parles un peu Français il a cinq Garçons – l’aîné a dit avoir 21 ans – le second âgé de 18 ans – les autres se suivent d’âge en âge, il a sa femme avec lui.
Etienne LORAIN & Susan LIVERNOIS  De la Riviere Rouge Etienne : qui est marié à la veuve – Etienne – le père
Hugh MOFFET Charpentier & Menuisier
Hippolite GINAT Fils de Joseph Ginat qui demeur dans la Belle Riviere
Edward DUMAS Canadien de Montreal qui à travailler pour Robert A. Forsyth
Fredrich WURZLER Alment agé de 35 années. Oterfois farmier du lande du feu William Hunt
Joseph McSPADIN Vieu Irlandais, quil à été le fermier de Charles Tucker
John LANGAN Vieu Irlandais ager de 40 annes Il à les cheveu Rouge. Remarque, John Langan est mort du 1855
Albert SCHMIT Alment agé de 36 années Il y a deux Grands Garcons Il est riche
Francis RUST Jeaun Allemands age de 25 ans
W. PARKER A la Riviere St. Clair
Lorence MEYELL Allemand agè de 34 années qui est un joueur de violon
George MIEDIJK Vieu Allemand age de 54 ans
Peter SCHNEIDER Qui est Allemand agé de 40 années qui vend du lait Il est mon fermier sur ma terre venant de Charles Poupart
Jacob BAWMAN Allemand agé de 32 ans. Il parle point Englois
Stephen MARX Allemands agé de 28 ans Il parles Englois
John VANDEHUDE Jeune Ameriquin agé de 23 ans et faiseur de Briques
Euseme BARTEAUME & Richard POMEVILL Tous deux Canadien de la Riviere aux Huron
James HAYNES  A la Riviere Noire (Port Huron
Thomas RILY Irlandais agé de 32 années otrefois mon Engagée
Matis KOHLUNG Vieu allemand agé de 50 années
Lorance MEYELLE Allemand agé de 34 années qui est un joueur de violon pour les balles
Elias JEURETTE Ameriquin de Saganaw agé de 40 années
Pierre JACQUOT & Liven BLONS Qui se dit Bellgain qui parle Francois il est mort le 4 du mois de mars 1854
Pierre JACQUOT Français qui demeur sur la firme du Vieu Antoine Beaubien 1854 le 14 mars il est Mort sur ma ferme donc sa veuve dit quil vas cultiver toute la la dite ferme en payens tous les loyers de ma dite ferme sur les condison du bail de son defun mari Il est mort l’automne passe de l’an 1853

[1] Jay Gitlin, Bourgeois Frontier. French towns, French traders and American expansion. New Haven, Yale Univeristy Press, 2009 ; Catherine Cangany, Frontier Seaport: Detroit’s Transformation into an Atlantic Entrepot, 1701–1837, Chicago, University of Chicago Press, 2014; Guillaume Teasdale, Fruits of Perseverance : The French Presence in the Detroit River Region, 1701-1815, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2019.

[2] J’ai fait le choix d’indiquer les mêmes individus à plusieurs reprises quand les données indiquées par les scripteurs sur chaque page étaient différentes.

[3] Les passages que j’indique comme illisibles ne le sont sans doute que parce que la taille infime des notations sur la registre les ont rendu difficilement lisibles sur les clichés que j’ai pris à Détroit. Si un collègue veut compléter ma transcription, je l’accepte volontiers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.