Ralenti, microhistoire et éclats du monde. Première partie.

Il y a deux ans, une des lectures qui m’avait le plus frappé, et à laquelle je songe encore souvent, était l’ouvrage de Gauthier Aubert consacré aux révoltes du Papier Timbré de 1675, et plus spécialement à Rennes[1]. Je ne me permettrai pas de discuter de l’interprétation des révoltes, sur lesquelles je confesse une incompétence certaine, mais le travail théorique qui sous-tend l’ouvrage est d’une incontestable richesse, même si   – et peut-être parce – Aubert ne se revendique d’aucune école mais plutôt d’un bricolage épistémologique. Le pari est celui d’une histoire événementielle assumée, d’un récit qui plonge au plus profond du détail des journées de révolte rennaises, au plus près des faits et des individus, donc aussi au plus fin du grain de l’archive. L’impression qui s’en dégage est triple, à mes yeux.

Il y a d’abord une fascination réelle pour une narration faite de chair humaine et qui ne néglige aucune des interrogations et des émotions des acteurs ; il y a ensuite l’impression très visuelle d’images au ralenti, un ralenti explicatif très télévisuel mais qui agit également comme une loupe; et enfin une interrogation partagée avec l’auteur sur le bilan d’une telle expérience. Car ce qui ressort c’est finalement l’incapacité, le renoncement presque, à proposer une synthèse devant le foisonnement de motivations et d’actions individuelles qui semblent ne pas construire de collectif, ne pas pouvoir faire sens socialement.

Une rue rennaise
Une rue rennaise

Deux points avaient donc attiré mon attention : d’une part le soucis du récit, la volonté de raconter des histoires, qui est je le crois au cœur du métier d’historien ; d’autre part un questionnement double sur ce qu’est une société et sur ce que l’historien peut en dire : comment penser l’émiettement du social en particules individuelles (et faut-il d’ailleurs le penser comme tel ?) et comment trouver une forme narrative qui rende compte de ces articulations entre société et individu, au-delà des classiques « exemples » dont sont pleines les monographies et qui brillent surtout par leur vacuité théorique si l’on ne pense pas leur statut ?

La réflexion me renvoyait à la fois à des auteurs qui comme Aubert avaient tenté de saisir un événement dans sa densité sociale, et dont la prose reste pour moi un éternel objet de fascination, et bien sûr aux réflexions des micro-historiens (auxquels Aubert ne se réfère pas) à condition de ne pas confondre monographie locale et micro-histoire et de bien comprendre cette dernière comme conception conjointe du social et de la pratique historienne, celle-ci marquée par une attention aux indices, traces et éclats et surtout par la recherche de formes d’écriture neuves et aptes à dire le monde.

La micro-histoire, née pour dire le monde moderne (dans l’acception française et éminemment critiquable du terme), demeure aujourd’hui encore très ancrée dans cette tranche chronologique précise et été croisée depuis quelque temps avec l’histoire globale, mais pour décrire un seul objet, une phase précise de « mondialisation » et de contacts, dans l’espace atlantique comme en Méditerranée orientale. A ma modeste mesure, c’est ce que j’ai tenté de mettre en application pour le 19e siècle à plusieurs reprises, à l’échelle atlantique, et que le corridor créole, j’en suis persuadé, permet de faire. Mais je doute sans cesse de la pertinence du projet. Aussi aborderai-je le sujet plus longuement dans de prochains billets.

[1] Gauthier Aubert, Les Révoltes du Papier Timbré. 1675. Essai d’histoire événementielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.