Les violons de Sainte-Geneviève, 2

 

Autour de 1800, Jacques Guibourd vendait des cordes de violon, je l’ai écrit dans un billet du mois de juillet. Mikael Dumont et François Rozier m’y ont fait repenser récemment.

L’un est bien vivant, l’autre agissait en 1848 et 1849. Mikael Dumont soutiendra sa thèse à l’Université de Montréal au printemps 2019 et a l’immense mérite de vouloir embrasser l’ensemble de la francophonie nord-américaine dans son rapport à la fête. Lors du récent colloque de Windsor sur les Pays d’en Haut et des Illinois, nous avons donc échangé (en plus de nous retrouver avec plaisir puisque Mikael avait fait son master à La Rochelle) sur le violon : je sais qui vend le matériel à Sainte-Geneviève et peux émettre des hypothèses sur son usage social, tandis que lui, en travaillant avec d’autres sources – des récits de voyages et des contes folkloriques – analyse la guignolée, cette fête communautaire pratiquée à Sainte-Geneviève (et ailleurs) dans laquelle le violon tient un rôle majeur comme accompagnement des chants, danses et rituels. Mais même en croisant nos approches, il reste très difficile d’envisager une histoire musicale de la région : tout cela demeure trop parcellaire, tout au plus a-t-on de fascinants indices sur lesquels appuyer quelques hypothèses et de précieuses évocations d’un univers culturel.

François Rozier, lui, fils du Ferdinand Rozier venu de Nantes en 1811, est né à Sainte-Geneviève et a succédé à son père en 1842 à la tête de la boutique de la ville. Tous les printemps, comme le faisait son père, il se rendait à Philadelphie acheter en gros de quoi approvisionner sa boutique. Il en reste des factures et deux d’entre elles m’intéressent ici : le 25 avril 1848 et le 26 avril 1849, Rozier est passé à la maison Klemm & Brothers se fournir en instruments de musique, payés cash avec la réduction de 5 % appliquée dans ce type de situation, ce qui donne des dépenses très modérées de 67,29 $ en 1848 et 76,66 $ en 1849 (l’ensemble des factures de 1848 atteint un total de près de 5500 $ et celles de l’année suivante reviennent à plus de 8000 $ en tout)[1]. La maison Klemm est connue : installée depuis 1819 à Philadelphie par des migrants allemands, elle publie des partitions, fabrique des bugles et importe d’autres instruments, en particulier des violons[2]. Rozier achètait donc surtout des violons et des archers, de toutes sortes – si un musicologue veut m’aider à comprendre les deux factures en question pour savoir exactement de quoi il s’agit, je suis preneur – venant sans doute d’Allemagne (l’habitude de la maison) et du Tyrol (mentionné en 1849) ce qui n’a rien de surprenant étant donné le rôle de la région dans la production violoneuse. A côté des violons, on trouve des harmonicas à 5 et 8 trous, des fifres et des flageolets. Ces deux factures apportent un éclairage important. On ne sait en effet pas où Guibourd se fournissait en cordes de violon : le livre de compte de Berte Grima, marchand de la Nouvelle-Orléans qui livrait les Pratte et les Vallé à Sainte-Geneviève, ne révèle aucune transaction avec lui[3]. Dans le cas de Rozier, on sait en revanche d’où viennent les violons vendus à Sainte-Geneviève : des pays germaniques via Philadelphie. Mais quid des clients et des usages ? Il ne subsiste de livre de compte de la maison Rozier que pour les années 1842-1845, et encore est-il peu satisfaisant pour l’historien de la consommation tant l’imprécision règne dans les comptes clients[4]. On en est réduit encore à des suppositions. Mais au-moins a-t-on pu tenir un bout de la chaine qui relie Sainte-Geneviève au monde : François Rozier continue d’exporter depuis la ville le plomb des Ozarks et épisodiquement, sans doute, comme son père, quelques peaux de bison, en échange d’objets venus du cœur de l’Europe. Et j’aimerais comprendre les modes d’appropriation missouriens de ces violons tyroliens.

 


[1] Historical Society of Pennsylvania, Francis C. Rozier Papers, folders 1848 et 1849.

[2] http://americanhistory.si.edu/collections/search/object/nmah_605502 consulté le 26 octobre 2018.

[3] Tulane University, Louisiana Research Collection, Grima family papers, vol. 1, account ledger 1793-1810.

[4] State Historical Society of Missouri, R1278, vol. 2, Francis Claude Rozier account book, 1842-1845.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.