La maison de François Baby

 

Présent à Windsor, Ontario, à la faveur d’un colloque sur les Pays d’en-Haut et des Illinois, j’en ai profité pour visiter la maison François Baby. Restaurée dans l’après-guerre – mais sur la foi de documents de 1860 et non de son état originel au tout début du XIXe siècle – elle fut bâtie par un des notables de cette portion du Haut-Canada qui fait directement face à Détroit, où il était né et d’où il était parti pour rester fidèle aux Britanniques quand la ville avait été cédée aux États-Unis en 1796. La maison est actuellement un musée.

Ce musée, de taille modeste mais aux fonds d’une richesse indéniable et à la muséographie intéressante, comporte trois espaces. Le plus important est consacré à la présence française à Windsor et dans le comté d’Essex, de 1701 (fondation de Détroit) à nos jours. Il présente de manière synthétique les grandes étapes du peuplement et son histoire sociale, en utilisant notamment les belles ressources musicales issues des opérations de collectage en milieu franco-ontarien de Marcel Bénéteau. Le troisième espace, le plus réduit, concerne la bataille de Windsor lors de la Rébellion de 1838. Mais c’est le deuxième, centrée sur la Guerre de 1812, qui m’a le plus interpelé.

Le récit proposé par l’exposition est naturellement concentré sur un seul front d’une guerre qui en eu plusieurs, très éclatés. C’est la région du détroit et donc les allers et retours entre les rives étatsunienne et britannique qui sont révélés au public : la prise de Détroit dès 1812 d’une part, donc les combats et les soldats, et d’autre part la vie des « témoins » (curieusement ils n’ont pas droit au titre d’« acteurs ») de la guerre, à savoir tous ces civils qu’il est délicat dans l’historiographie nord-américaine d’intégrer à l’histoire de la guerre : femmes, Autochtones, populations noires… Mais c’est le film proposé qui pose vraiment problème. Non pas qu’il soit mauvais en soi. Au contraire : dynamique, plein d’humour, didactique et intégrant les propos des meilleurs spécialistes du sujet, il se regarde avec plaisir et on le devine accessible à tous les publics (je n’ai pas vérifié : j’ai passé une heure et demie seul dans le musée). Pourtant il pose problème. Passons sur le fait qu’il ne présente guère que le point de vue britannique sur la question (alors même que des historiens étatsuniens interviennent : Donald Hickey, Alan Taylor, J.C.A Stagg, Nicole Eustace). Le plus important reste que la guerre n’est là qu’un problème d’officiers. L’incompétence du général Hull d’un côté, les initiatives et la mort au combat du général Brock de l’autre sont les points nodaux du récit. L’uniforme rouge de Brock, conservé percé de la balle mortelle, est l’objet de longues minutes d’exposition. Et finalement les populations locales, les Indiens, et tous les autres, disparaissent complètement. En ce sens, ce film est assez représentatif d’une histoire de la guerre encore pensée comme une histoire des campagnes et des officiers, conception qui demeure très commune en Amérique du Nord.

C’est fort dommage, d’autant plus que l’œuvre était bien ouverte par des citations d’historiens révélant comme ce conflit était confus, ambigu, dans son déroulement comme ses conséquences. Il est d’ailleurs possible que ce soit cela que le public en retienne.  Un mur est disponible dans la salle consacrée à la guerre de 1812 : un question y est posée : « Qui a gagné la guerre de 1812 ? ». Les visiteurs sont invités à noter leur réponse sur de petits papiers et à les afficher.

Dans la maison François Baby

Or les réponses sont pour beaucoup, effectivement, révélatrices du manque de sens immédiatement perceptible de cette guerre peu connue. De nombreuses réponses, de jeunes visiblement, peut-être dans le cadre scolaire, insistent sur l’absence de vainqueur, et d’ailleurs parfois sur une déclaration générique que personne ne gagne une guerre. Mais quand un vainqueur est donné, il est de trois types : majoritairement canadien, parfois indien (c’est alors Tecumseh le vainqueur, ce qui est ironique tant la Guerre de 1812 doit davantage être considérée comme une défaite indienne) et étatsunien sur une affichette signée d’un soldat américain basé à Fort Wayne. Finalement on rejoue la guerre : de jeunes Canadiens disent la victoire de leur pays, un soldat américain la sienne propre. Cela dit surtout qu’il y aurait une enquête à mener sur un tel dispositif d’écriture : s’il est mené collectivement, lors d’une visite encadrée par des enseignants et dans une situation d’émulation entre jeunes, il n’a pas le même sens que lorsqu’un soldat visite seul le musée. Que tirer, dès lors, des réponses ? Sont-elles le fruit d’idées préconçues, de la vision du film, du discours d’un enseignant, de convictions pacifistes des jeunes en question ? Il faudrait interroger en fait le rôle du musée dans la variation des convictions. Et je me rends compte maintenant que je n’ai pas affiché mon propre avis sur la question : n’étais-je pas concerné, trop extérieur au sujet, ou étais-je trop pris par ma position d’historien observateur ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.