Les violons de Sainte-Geneviève

La semaine dernière à Bruxelles, j’étais émerveillé par le Musée des Instruments de Musique, qui parvient à bien contextualiser une histoire sociale et matérielle de la musique en partant d’objets du plus trivial au plus sophistiqué, du plus « populaire » au plus élitiste. Et mes pensées sont allées, comme souvent dans ces cas-là, vers Sainte-Geneviève, Missouri.

Les historiens ne se sont pas penchés sur l’histoire de la musique au Pays des Illinois ou lorsque celui-ci s’est transformé en Etats de l’Illinois ou du Missouri. Carl Ekberg cite incidemment un esclave africain-américain jouant du violon pour des Anglais en 1794, comme exemple d’activités serviles débordant du cadre légal. De même il rapporte que le voyageur Thomas Ashe en 1806 considérait que chaque maison avait son violoniste[1]. Comme je suis plongé ces temps-ci dans les nombreux registres qu’on laissés les marchands de Sainte-Geneviève, j’ai cherché les violons dans celui tenu par Jacques Guibourd entre 1799 et 1801[2]. Cent soixante-six clients apparaissent au fil d’une classique comptabilité à double entrée et j’ai noté quatorze occurrences musicales, toutes violoneuses. En fait à treize reprises Guibourd vend des cordes, le plus souvent des jeux complets, et une fois il est fait mention d’une gourde payée pour Pierre Provenchère « à un joueur de violon ». Mais on peut supposer que les acheteurs de cordes sont soit des joueurs soit des parents de joueurs – il n’y a de toutes façons que des hommes dans le registre, alors qu’une partie des produits vendus est à l’évidence à destination de femmes. Ceci dit, on ne sait guère qu’une chose, avec ce registre : en 1799-1801, on joue du violon à Sainte-Geneviève – aucun autre instrument ne se laisse deviner. Mais comment en joue-t-on, que joue-t-on, quels sont les usages sociaux de la musique ? Là nous sommes dans l’ombre avec cette seule source. Tout juste peut-on émettre des hypothèses en fonction des acheteurs et de leur stratification sociale, sans vouloir pour autant créer a priori des catégories rigides: il est vraisemblable que le violon, ses airs et sa pratique, dans la famille de l’aristocrate émigré Lassus de Luzières, gouverneur du district de New Bourbon, ne soit pas identiques à celles d’autres acheteurs liés au monde de la traite des fourrures et de l’agriculture. Affaire à suivre, peut-être.

[1] Carl Ekberg, Colonial Ste. Genevieve. An Adventure on the Mississippi Frontier. Carbondale, Southern Illinois University Press, 2014 [1985], p. 209 et p. 330. Thomas Ashe, Travels in America, performed in 1806, for the purpose of exploring the rivers Alleghany, Monongahela, Ohio and Mississippi, and ascertaining the produce and condition of their banks and vicinity, Londres, Richard Philipps, 1808.

[2] Missouri Historical Society, Louis Guibord Collection, registre de Jacques Guibourd, 30 novembre 1799-14 avril 1801.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.