Messieurs de Saint-Malo

Je me souviens que lors des noces d’or de mes grands-parents maternels, ce qui m’avait frappé dans la pièce de la mairie de Saint-Malo où la cérémonie avait lieu, c’était que sur un petit guéridon trônait un gros ouvrage qui m’avait fait forte impression: la première édition, toute fraîche – 1990 – , aux éditions L’Ancre de Marine, de la thèse d’État d’André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV.

Il n’était là que pour l’apparat, évidemment, et je n’avais guère eu le temps que de le feuilleter rapidement, mais quelle fascination ! J’ai retrouvé l’objet quelques années plus tard. André Lespagnol assurait les cours d’agrégation à Rennes, cette année-là en histoire maritime du XVIIIe siècle, et j’avais alors ouvert la deuxième édition de sa thèse, parue en 1997 (pour le concours !) aux Presses Universitaires de Rennes. Je dis bien « ouverte », pas « lue » : j’y avais saisi les éléments de problématique, noté des exemples pour en remplir mes copies, mais lire entièrement un ouvrage de cette taille n’était pas à l’ordre du jour cette année-là. De plus les cours étaient excellents et André Lespagnol y avait lui-même repris l’essentiel de son grand œuvre.

Or la dernière fois que je suis allé dans le Missouri j’ai été comme d’habitude pris d’une angoisse terrible à l’idée de quitter la Bretagne (où je n’habite même plus) et à vrai dire l’Europe en général. Dans ces cas-là, je me retrouve à acheter la veille du départ un ouvrage d’histoire médiévale ou d’histoire bretonne (parfois les deux à la fois !), juste par besoin compulsif d’un ancrage fort avant de traverser l’océan. En l’occurrence j’étais passé par Rennes et chez un des bouquinistes de la place Hoche j’avais trouvé la troisième édition de Messieurs de Saint-Malo, que les PUR avaient repris en 2011 dans une collection éphémère, « Bretagne références ». J’en avais lu une partie dans l’avion vers Chicago mais en avait interrompu la lecture une fois dans le Missouri. Puis, par intermittence, je m’y suis replongé et je viens de boucler l’aventure. Car c’est bien une aventure que de lire du début à la fin un tel objet, un tel monstre.

Une aventure personnelle d’abord car lire Lespagnol c’était l’entendre de nouveau dans les amphis rennais d’il y a vingt ans : les mêmes tics de langage, les mêmes tournures de phrase et les intonations – comme la barbe grise – sortent du papier. Et avec une grande élégance : voici une thèse remarquablement écrite. Une aventure intellectuelle ensuite. A chaque page Lespagnol délivre une leçon de méthode et de problématisation, la démonstration est brillante d’un bout à l’autre. Le métier d’historien s’apprend en lisant de genre de travaux. On en sort époustouflé, enrichi, ébahi. Et en même temps conscient du temps qui passe. Cette thèse, soutenue en 1989, s’inscrivait dans la lignée de celles de Jean Meyer, Charles Carrière ou Paul Butel, elle ressortait davantage de l’historiographie des années 1970 qu’elle ne préfigurait celle des années 1990. En ce sens je la vois aussi comme un appel. Un tel travail a de quoi intimider : peut-on encore dire quelque chose sur le sujet après Lespagnol ? Pourtant, trente ans après, la réponse doit être positive. Des dossiers seraient à reprendre en variant les échelles et en traitant des cas (plus qu’en prenant classiquement des exemples), une approche culturaliste enrichirait la thèse et l’apport de sources étrangères, dans une histoire vraiment connectée (qui relève de l’évidence tant les trafics malouins se déploient à l’échelle mondiale), se révélerait sans aucun doute fascinante. Sans compter que, d’une part, l’histoire mériterait d’être poursuivie au-delà des années 1720 et que d’autre part une approche plus critique du capitalisme serait bienvenue – on sent dans toutes ces pages une forme d’admiration pour ces Messieurs de Saint-Malo et leur animation d’un capitalisme marchand qui doit beaucoup à Braudel. Mais ce sont justement aussi toutes ces limites qui font l’intérêt toujours évident, en 2018, de cette grande thèse : il ne s’agit pas de refaire du Lespagnol mais d’encore dialoguer avec lui. De ne pas rejeter ce type d’histoire, à la fois dépassée et indépassable, mais de s’appuyer sur elle pour inventer encore et toujours des manières d’écrire l’histoire.

Convenons aussi que je n’aurais jamais tenté l’expérience Lespagnol si je n’avais pas des racines pour partie malouines. Inutile de me cacher derrière une prétendue neutralité historienne. Je vois bien qu’alors que cela fait dix ans que je vis et travaille à La Rochelle, je n’ai pas encore réussi à m’intéresser à l’histoire de la ville ou de sa région et que mes horizons demeurent bretons et nord-américains. Tiens, je vois sur mes étagères la thèse d’Alain Croix[1] – un autre de mes professeurs rennais. C’est autre chose, un modèle d’histoire culturelle appuyé sur un travail archivistique et interprétatif exemplaire, celui d’une thèse d’État. Vais-je me laisser tenter par la même « relecture » exhaustive ?

[1] Alain Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, Maloine, 1981, 2 vol., 1571 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.