Un exorcisme et une procession : le Kentucky catholique de 1812

Je ne résiste pas à la tentation de livrer, parfois, des sources brutes fascinantes. Ici, Mgr Flaget, une année à peine après son arrivée dans le Kentucky, se confie à Simon Bruté de Rémur, sulpicien breton fraîchement recruté et demeuré pour sa part à Baltimore. Il fait face à ce qu’il pense pouvoir être un cas de possession. La cause en serait à chercher chez « une négresse » évidemment sorcière et elle permet de montrer aux protestants l’étendue des pouvoirs des objets et des rites catholiques.

Flaget à Bruté, 16 avril 1812, « je vais vous faire part d’un événement tres extraordinaire qui peut avoir les plus grandes suites pour la religion. Il y a environ deux mois que je fus appellé pour aller voir un enfant de neuf ou dix ans qui étoit dans de très grandes convulsions : comme la petite fille vomit un ver lorsqu’étois là, j’attribué à cet insecte toutes ces agitations et après avoir fait quelques prières près de l’enfant qui ne put point alors se confesser, j’allai dire la messe dans une congrégation où l’on m’attendoit. Depuis ce tems là trois autres petites s[ill] sont tombées : [ill], elles ont les mêmes convulsions et point de vers : le tout est attribué au sortilège. Le père que j’ai visité entendant un jour son père dire qu’il fallait aller chercher le médecin, lui dit que le prêtre pouvoit la guérir que cetoit une telle negresse qui étoit la cause de sa maladie. En effet elle entre quelquefois dans des crises qui sembleroient indiquer la possession, elle jure elle blasphème à faire frémir tous les assistants ; et lorsqu’elle commence à blagardent des femmes publiques rougiroient d’entendre les expressions dont elle se sert. Un jour sa mère qui est catholique s’avisa de lui jetter de l’eau bénite lorsqu’elle s’exprimoit de la sorte et un grand étonnement de tous les assistants elle se tût ; depuis ce tems la on s’est servi du scapulaire de chant des hymnes de l’église, et tous ces remedes spirituels ont toujours réussi. Mais ce qu’il y a de plus étonnant, des protestants qui étoient allé visiter cette famille voyant les effets de l’eau bénite, crurent que toute autre eau pouvoient produire le même effet, en conséquence ils allerent cherche de l’eau à la fontaine, et s’imaginant que le sel dont nous nous servons dans l’eau B[énit]e pouvoit avoir quelque vertu physique, ils en jetterent dans l’eau qu’ils venoient de puiser ; ils ne doutoient point que leur eau benite ne réussit à calmer la fille, mais en vain l’en arroserent ils elle alla toujours son train, ce ne fut qu’au moment qu’on lui en jette de veritable qu’elle garda le silence. Dernièrement un ministre Baptiste ou Method[iste] – je ne sais le lequel des deux se trouva present lorsque cette petit fille vomissoit des horreurs, le père de l’enfant qui est né protestant et se vante de ne plus rien croire dit à ce ministre de chanter des hymnes de son Meeting, il le fit et la fille n’en alla que de plus belle le père pria une dame catholique de chanter quelque chant de son église et apeine eut elle commencé que la fille cessa. Un jeune protestant voyant les effets du scapulaire lorsqu’on lappliquoit à cet enfant se contenta de toucher le scapulaire et de présenter ensuite sa main à la bouche de la petite fille lors quelle débitoit ses horreurs et elle s’arrêta. Tous ces détails ont été donnés à Mr. Nerinckx par le père même de l’enfant, qui dans ce moment même quoiqu’il soit forcé de reconnoitre tous ses effets surprenants s’obstine à na rien croire ; ils m’ont été donnés pareillement par des témoins occulaires sur la veracité desquels je peux compter. Cependant pour procéder dans cette affaire avec toute la prudence possible j’ai fait transporter la petite la plus malade dans une maison voisine de celle ou je demeure je vais assembler tous les ecclésiastiques pour que nous examinions ensemble si tout ce qu’on dit est vrai et si l’on  ne pouvoit point attribuer tous es effets a des causes purement naturelles. Je suis déterminé à faire voir l’enfant par les plus habiles médecins de tout le pays et de mander un certificat sur la nature de la maladie ; en un mot je ne procéderai aux exorcismes qu’à bon escient. Mais s’il y a réellement possession et que le bon Dieu nous fasse la grâce de chasser ces esprits de tenebres un grand bien en resultera necessairement. »[1]

L’enquête a dû aboutir positivement : il s’agit bien d’une possession, qu’il a fallu exorciser et qui permet de se livre à des processions plus que de raison :

« un jour que je disois à ce brave homme [le père Nerinckx] que je doutois avoir le droit de faire des processions solennelles du St Sacrement hors du tems consacré par l’Eglise – il me répindit que les Evêques avoient ce droit toutes les fois qu’il y avoit Gravis Causa – fort bien, lui dis-je, mais ou je trouve le Gravis Causa . Quoi ! répliqua-t-il Quand vous nauriez renvoyé les Démons qu’à cinquante milles d’ici, croyez M. Sr. Que ce ne seroit pas une cause grave ; or assurement je serois fort étonné que dans leur épouvante ces esprits malins se fussent arrêtés à si peu de distance. Satisfait de cette raison, je souscrivis à faire toutes les processions qu’il jugerait convenables et il y en a eu trois. La dernière quoique la plus champêtre est celle qui me fit la plus vivre impression elle eut lieu dans une congrégation éloignée de dix ou douze lieues de l’endrois ou je réside, c’est une vraie chartreuse quant au site, et les douze familles catholiques qui y habitent sont dignes par leur piété d’être appellés chartreux. Quoique très pauvres ces braves gens ont acheté 400 acres de terre pour l’église, ils ont bâti une jolie petite chapelle et m’ont réuni les titres de toutes ces propriétés. Aussitôt que le prêtre paroit chez eux, tous grands et petits vont recevoir les sacrements, un seul homme, de toute cette pieuse bande, se tient à l’écart et joue le rôle de philosophe. Il n’y avoit guerres qu’une centaine de personnes pour la procession, au lieu de cierges allumées tous portaient des branches d’arbres les quatre plus robustes du canton portoient chaucn un petit arbre extrêmement touffu qui me servoit de dais. Le bon Dérigaud me précédoit avec la crosse, tandis que le Saint Mr. N[erinck]x mettait l’ordre dans la procession, et régloit le chant. C’étoit un jour ouvrier que cette procession eut lieu, et quoi ce que fut dans le tems de la moisson, personne n’y manqua, j’ai assisté à peu de cérémonies publiques où j’ai éprouvé plus de dévotion que je n’en ai ressenti dans les ces déserts. »[2]

[1] Archives de l’Université Notre Dame, II-3-n, Flaget à Bruté de Rémur, 16 avril 1812.

[2] Ibid, 20 juillet 1812.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.