Questions d’attribution, questions de sens

J’évoquais dans mon dernier billet mon souhait de revenir sur des questions d’attribution d’archives, nous y voilà.

Le site actuel des mines Vallé, dans le comté de Jefferson

Il s’agit de questions que les médiévistes ou les historiens de l’art ont sans doute plus souvent l’habitude de poser que les contemporanéistes, mais il se trouve que, d’une part, j’éprouve une sorte de fascination ambigüe pour une part de la production scientifique en histoire de l’art qui consiste justement en un travail de pure érudition, qui relève parfois, vu de loin, de la magie, et qui vise à attribuer un auteur à chaque œuvre. Récemment plongé dans la thèse d’Emmanuelle Le Séac’h, je ressentais une sorte de vertige devant les efforts déployés dans la constitution du corpus de sculptures en pierre de Basse-Bretagne, mêlé parfois d’une forme d’incompréhension méthodologique[1]. D’autre part, je me suis trouvé dans la pratique confronté à des problèmes dont j’ai plus souvent lu le récit sous la plume d’historiens du Moyen-âge ou de l’Antiquité (mais il faut reconnaître que je lis moins souvent ces derniers) : des archives attribuées de longue date à un auteur et dont l’attribution ne résistait pas à l’analyse[2].

Je prends ici deux cas qui ont trait à la famille Rozier, dans le Missouri, et qui mènent à retirer une paternité « Rozier » à des fonds précis. Les archives de la famille Rozier sont éclatées entre les deux institutions archivistiques majeures du Missouri, la State Historical Society of Missouri basée à Columbia et la Missouri Historical Society (qui vient de retrouver son identité originelle après avoir tenté d’abriter l’ensemble de ses activités sous le nom d’une seule de ses branches, le Missouri History Museum) à Saint-Louis. Cette dernière conserve deux fonds qui concernent la période précédant la Guerre de Sécession (il faudrait y ajouter quelques objets de famille conservés également). Le premier, nommé sobrement « Rozier family papers », comprend environ 200 pièces hétéroclites et parmi elles, les deux qui m’intéressent ici. Elles sont indiquées comme suit dans l’inventaire: “journal, in French, no. 8, 1837 June 28 to 1838 July 20, with typescript describing life in area around Ste. Genevieve, with mentions of mines, taking care of animals, loneliness, despair, no identification; journal, 1840 April 15 to May 13, partly code or shorthand, with typescript of what is actually written, possibly written by Ferdinand Rozier”.

Le premier élément de curiosité est que ces deux journaux sont évidemment de la même main, un simple regard le prouve aisément, et qu’ils sont pourtant indiqués, pour le premier, comme étant anonyme, et pour le deuxième comme ayant peut-être Ferdinand Rozier pour auteur. Or une lecture des dits journaux montrent que l’attribution à Rozier est impossible : l’auteur donne sa date de naissance, 1795, alors que Rozier est né en 1777 ; il tient une ferme et tente de trouver sur sa terre un filon plombifère, près des mines Vallé, dans l’extrême nord du comté de St. François alors que Rozier tient boutique à Sainte-Geneviève ; parmi les nombreux voisins et amis mentionnés dans le journal, aucun, sauf exception, n’appartient au réseau Rozier et la plupart sont d’origine suisse. Pour avoir entamé une recherche avec mon collègue Laurent Hugot sur des antiquités égyptiennes apportées dans le Missouri, je connaissais le nom et soupçonnait l’itinéraire de Célestin Guyenet. Ce dernier, né dans le canton de Neuchâtel en 1795, passé par l’Egypte, a tenté l’aventure missourienne en gardant avec lui des souvenirs orientaux, qu’il a laissé à Felix Vallé le 9 mars 1842[3]. C’est Guyenet, en fait, l’auteur des deux journaux du fonds Rozier et il s’agit des seuls écrits autographes qui nous restent de lui, fragments d’un ensemble initialement plus vaste si l’on en croit la mention « n°8 » sur la couverture du premier cahier. Ce qui laisse pendante une question : que font-ils dans les archives Rozier ? Aucune réponse claire ne peut être apportée. Le seul point commun discernable en l’état des sources entre les Rozier et Guyenet est la famille Vallé : c’est à Félix que Guyenet a laissé ses antiquités, c’est aux Vallé ses voisins des mines qu’il voulait ressembler, et c’est aux Vallé que les Rozier s’unissent par le mariage jusqu’à être leurs successeurs comme élites dominantes à Sainte-Geneviève à veille de la Guerre de Sécession. C’est bien mince et cela n’explique pas réellement pourquoi les journaux de ce Suisse malheureux en affaires (le journal est clair sur ce point) sont considérés comme des archives Rozier.

Il existe un deuxième fonds Rozier, le « Henry Rozier ledger », décrit comme “Commission and shipping merchant’s record of steamboat shipments from Ste. Genevieve, Missouri, mostly to New Orleans, Louisiana (1828-1841); and later unidentified general merchandise accounts (1864)”. Là encore, c’est troublant de prime abord car le seul Henry Rozier connu durant ces décennies est né en 1849. Il ne peut donc être l’auteur de la première partie du registre et il est peu probable qu’il soit celui des quelques pages datées de 1864. Que le registre ait été donné aux archives par Henry Rozier ou ses descendants est une chose, qu’il soit de la main du premier en est une autre. En fait il suffit de jeter un œil attentif à la quatrième de couverture pour déchiffrer un autre nom : « St. Gemme ». Malheureusement l’initiale du prénom est illisible mais le plus probable est que ce registre ait été tenu par Barthélémy (Bartholomew) St. Gemme, marchand de Sainte-Geneviève dont la Missouri Historical Society conserve pour les années 1834-1838 un registre clairement identifié de son association avec François (Francis) Deguire dans un magasin général. Rozier – Ferdinand, le grand-père d’Henry – est bien omniprésent dans les pages du registre mais parce que St. Gemme prend en charge l’expédition de ses cargaisons de plomb, et plus rarement de fourrures, vers Louisville, Pittsburgh, La Nouvelle-Orléans et, au-delà, New York et Philadelphie. Les pages de 1864 demeurent énigmatiques, mais celles couvrant les années 1828-1841 et détaillant les chargements des navires du Mississippi et de l’Ohio sont finalement assez claires et surtout d’une incroyable richesse.

Finalement, la réattribution de ces documents ouvre l’histoire de la région de Sainte-Geneviève des années 1830 et 1840 : une petite communauté suisse apparaît et l’itinéraire de Guyenet lie l’Egypte au Missouri ; des réseaux marchands de belle portée, insérés à l’économie continentale comme atlantique sont mis au jour.

 

[1] Emmanuelle Le Séac’h, Sculpteurs sur pierre en Basse-Bretagne. Les ateliers du XVe au XVIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

[2] Parmi les lectures récentes qui m’ont particulièrement stimulé, Monique Zerner, « L’hérétique Henri dans les sources de son temps (1135-1145) », Revue Mabillon, n.s., t. 25 (=t. 86), 2014, p. 79-134.

[3] Je renvoie à Laurent Hugot et Tangi Villerbu, « La caisse Vallé. Des antiquités égyptiennes chez les Créoles du Missouri : circulation atlantique des objets et des cultures (1820-1860), Revue d’histoire du XIXe siècle, n° 53, 2016/2, p. 153-167, et à la suite de l’histoire dans https://corridor.hypotheses.org/183


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.