Réfléchir sur les archives

Un blanc inopiné dans mon emploi du temps en début de semaine dernière m’a fait ouvrir Cairn et découvrir le dernier numéro de Genèses. J’y ai lu l’article fascinant de Joseph Morsel consistant en une déconstruction des méthodes d’édition de l’officialité de Cerisy en 1314-1315[1].

L’abbaye Saint-Vigor de Cerisy-la-Forêt
Creative Commons

L’objectif de Morsel est d’abord de démonter pièce par pièce l’édition du registre publiée par Gustave Dupont en 1880 et revue par Le Cacheux en 1935 et qui fait habituellement d’autant plus foi que le document original a disparu dans les ruines des archives départementales du fait du bombardement de Saint-Lô en 1944. En en montrant les biais, notamment la manière avec laquelle Dupont a en fait, sans le préciser clairement, reconstruit arbitrairement une chronologie erronée des pièces qui empêche de comprendre la logique même de l’enquête menée par l’officialité, Morsel veut surtout appeler à un retour sur le travail des érudits qui au XIXe siècle et dans le premier XXe siècle ont mené un immense travail d’édition de sources médiévales. Il faut en fait considérer ce travail comme un objet d’histoire en soi : ne pas tenir comme un acquis intangible les sources ainsi publiées mais travailler au plus près les idéologies, les conditions et les manières de faire qui informaient l’œuvre érudite et qui nécessairement informent donc aussi le travail des historiens qui utilisent ces éditions. Autrement dit il faut mener sur ces dernières le même travail critique que sur les sources primaires elles-mêmes.

Cet article de Morsel s’inscrivait dans une réflexion épistémologique sur la nature des sources de l’histoire au regard des conceptions du temps, des ruptures et des transformations des sociétés que portent les historiens[2], mais restons ici pragmatiquement sur cette question des archives – publiées ou non. La lecture de l’article de Genèses m’a immédiatement renvoyé au Wisconsin et à François-Joseph Ruggiu.

Le Wisconsin d’abord car j’ai beaucoup utilisé le travail des érudits locaux quand je travaillais sur la haute vallée du Mississippi. Au moment où les Français, comme les Allemands, éditaient des sources médiévales, les Etatsuniens du Wisconsin, (comme dans les autres Etats) faisaient de même avec ce qu’ils avaient de plus ancien, entre la fin du XVIIe siècle et les premières décennies du XIXe : journaux de voyage, mémoires, registres de baptêmes, etc. La démarche intellectuelle était identique à celle de Dupont éditant Cerisy, et le travail de reconstruction mémorielle également[3]. Comme beaucoup, j’ai puisé sans retenue dans les recueils de la Wisconsin Historical Society, d’autant plus qu’ils ont été numérisés précocement, mais sans m’appesantir suffisamment sur l’histoire de ce travail d’édition. J’y suis désormais plus attentif dans le Kentucky comme dans le Missouri, comme de manière général je suis plus attentif au travail des archivistes – je reviendrai sur des questions d’attribution, notamment, dans un prochain billet.

Ruggiu ensuite car après avoir lu Morsel je me suis souvenu de cet article de 2004 qu’il mentionne et dans lequel je me suis replongé avec attention[4]. Ruggiu y travaille un objet trop souvent aveugle du travail de l’historien : en quoi les techniques de production et d’archivage des sources informent ses projets ? En voulant mener une analyse comparée de sociétés urbaines anglaises et françaises[5], François-Joseph Ruggiu s’étaient heurté à un obstacle de taille qui mais qui pousse à l’imagination : l’écart entre la nature et la conservation des sources de chaque côté de la Manche (centralisation et homogénéisation des pratiques en France, éclatement et retard des initiatives locales côté anglais). Dans son article il montrait que l’évolution différenciée des historiographies anglaises et françaises devait beaucoup à l’organisation des dépôts d’archives et que l’absence de rencontre entre historiens tenait en grande partie à une difficulté à communiquer sur des objets si hétérogènes.

Bien sûr ces réflexions ne peuvent que rejoindre mes propres constats, année après année, au fil de mes recherches dans les archives françaises, étatsunienne et canadiennes. Faire pleinement de l’histoire atlantique suppose un usage intensif d’archives sur les deux rives de l’océan. Or elles ne fonctionnent pas du tout sur le même mode et lorsqu’on suit une famille, par exemple, il est des renseignements aisés à trouver sur une rive et beaucoup moins sur l’autre. En travaillant sur la région de Sainte-Geneviève (Missouri) au début du XIXe siècle, je ne peux que constater la rareté des inventaires après décès et ceux qui existent (et qui sont d’autant plus utiles, même si leur analyse sérielle est impossible étant donné leur nombre) évidemment ne se trouvent pas dans des archives notariales inexistantes mais dans celles des cours de comté. Par contre il subsiste une extraordinaire abondance de livres de compte de marchands : pour qui veut travailler sur la consommation, c’est donc par les boutiques qu’il faut s’attaquer au problème et non par les foyers – même si on peut toucher ceux-ci en tant que clients des boutiquiers.

Au-delà, ce qui frappe pour un habitué des archives nationales, départementales et municipales c’est l’éclatement des fonds aux Etats-Unis et le temps passé à localiser les archives utiles à une recherche (les outils numériques ne permettent de pallier l’inconvénient que dans une certaine mesure, parfois bien réduite). Je ne peux par ailleurs que regretter de n’y avoir jamais été formé : à aucun moment, dans les divers établissements d’enseignement supérieur par lesquels je suis passé (universités de Poitiers, Rennes 2, Montréal, et EHESS) on ne m’a expliqué comment travailler en archives, ni même ce que sont des archives, en France et aux Etats-Unis. L’auto-formation sur le tas régnait, à moins que l’on n’ait considéré que la recherche fût affaire de réflexes innés. La situation a heureusement changé : cela fait longtemps qu’à l’Université de La Rochelle nous avons des cours sur la question, et cela fait partie de mes meilleurs moments d’enseignant que d’avoir encadré des groupes d’étudiants directement dans les dépôts d’archives. Il s’agissait alors de se poser les questions de Morsel et Ruggiu. Face à une liasse, il faut se demander comment elle est arrivée là, comment elle a été constituée et en quoi sa constitution comme source peut (doit) elle-même être un objet d’histoire en même temps que l’historien s’en sert pour produire un récit.

J’ajouterais pour finir et pour compléter ce qu’en disait Ruggiu, que dans ce domaine le croisement des cultures historiographiques est justement d’une grande richesse car nous avons tous intérêt à regarder ailleurs les questions que nous ne posons pas forcément car nos sources ne nous y incitent pas, et à revenir avec d’autres manières de travailler et d’interroger nos propres fonds.

 

[1] Morsel Joseph, « Quand l’historien masque que la norme fabrique le crime…. Le cas du registre de l’officialité de Cerisy en 1314-1315 », Genèses, 2018/1 (n° 110), p. 55-78. DOI: 10.3917/gen.110.0055. URL : https://www-cairn-info.gutenberg.univ-lr.fr/revue-geneses-2018-1-page-55.htm

[2] Morsel Joseph, « Traces ? Quelles traces ? Réflexions pour une histoire non passéiste », Revue historique, 2016/4 (n° 680), p. 813-868. DOI : 10.3917/rhis.164.0813. URL : https://www-cairn-info.gutenberg.univ-lr.fr/revue-historique-2016-4-page-813.htm

[3] David M. Wrobel. Promised lands: Promotion, memory, and the creation of the American West. Lawrence, University Press of Kansas, 2002.

[4] François-Joseph Ruggiu, « Autres sources, autre histoire ? Faire l’histoire des individus des XVIIe et XVIIIe siècles en Angleterre et en France », Revue de Synthèse, t. 125, 5ème série, 2004, p.111-152.

[5] François-Joseph Ruggiu, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (1720-1780), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.