Bouncer t. 10 : Retour aux classiques

Le 10e tome de la série western Bouncer, premier volet d’un nouveau dyptique, vient de paraître – et c’est un très bonne nouvelle. Dessinée depuis ses débuts en 2001 par François Boucq et jusqu’ici scénarisée par Alexandro Jodorowsky, la série se caractérisait par un mélange habile de références classiques et de fantastique onirique confinant parfois au baroque. Mélange habile mais fragile : les tome 8 et 9 poussaient tout de même le bouchon un peu loin, le baroque flirtant trop à mon goût avec le Grand-Guignol. Pour ce dixième opus, Jodorowsky a quitté l’aventure et Boucq signe seul l’ensemble de l’album. Sans que cela vaille condamnation du travail de Jodorowsky sur le reste de la série, j’avoue avoir beaucoup aimé ce nouveau tome ! Le dessin de Boucq est comme d’habitude réaliste mais sait faire un pas de côté vers le fantastique. Quant au scénario, il va puiser du côté des éléments traditionnels du canon western : des groupes opposés en quête du même trésor, la mémoire de l’intervention française au Mexique, l’or de Maximilien, les Indiens – et bien sûr les décors mêlés du Sud-Ouest étatsunien et nord mexicain, qui font de la BD western un parfait récit de ce que les historiens nomment les borderlands. On est à la fois dans le Vera Cruz de Robert Aldrich et dans les Blueberry de la meilleur époque (le cycle de l’or confédéré). En bon lecteur de littérature de genre, j’aime retrouver cet univers familier tout en profitant du ton personnel de l’auteur.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.