L’inimaginable près de chez soi

Je fréquente peu les archives départementales de la Charente-Maritime, pourtant à quinze minutes en vélo de chez moi. Mes propres recherches ne m’y mènent guère naturellement et c’est donc davantage pour travailler avec mes étudiants sur ce qu’est l’archive que j’utilise traditionnellement leurs fonds.
C’est avec un objectif un peu similaire que je m’y suis rendu ce mardi. Ce 25 janvier, je participe, avec des collègues, à la Nuit des Idées, à laquelle La Rochelle s’associe pour la 1e fois cette année. Parti à la découverte de matière pour alimenter mon intervention, j’ai trouvé le nécessaire mais bien plus encore – et mon voyage archivistique m’a conduit, de manière bien inattendue, jusque dans mon Missouri familier.

Organisée par l’Institut français pour la 3e année consécutive, La Nuit des Idées aura lieu pour la première fois à La Rochelle ce jeudi à La Coursive, scène nationale de La Rochelle (4 rue St-Jean-du-Pérot) à partir de 18h30 autour du thème de « l’imagination au pouvoir ». L’Université de La Rochelle s’est associée à cette manifestation et propose de réfléchir aux possibilités de « s’adapter à l’inimaginable ».

Avec mon collègue géographe Jean-Michel Carozza, nous avons choisi d’évoquer l’imaginaire de la catastrophe, ce à quoi il renvoie dans les sciences sociales mais aussi sa représentation dans le cinéma et la bande dessinée. Je voudrais montrer comment on peut articuler les récits de fin du monde produits depuis les années 1970, en lien notamment avec le nucléaire ou le réchauffement climatique, avec les débats du premier XIXe siècle sur le sens de l’industrialisation. J’étais donc cette semaine à la recherche d’exemples concrets de ce type en Charente-Maritime, a priori peu concernée par la question.

J’ai trouvé largement matière dans la série 7 M des archives départementales, que je connaissais déjà pour l’avoir exploitée dans le cadre d’un cours de L3 : de beaux et copieux cas d’implantation industrielle, installation d’une chaudière à haute pression dans une minoterie du centre-ville rochelais ou nombreuses créations d’usines de noir animal, ayant parfois donné lieu à de longues enquêtes et débats contradictoires.
Rien à voir donc avec mon feuilleton missourien. Si ce n’est qu’en attendant qu’arrivent mes premières liasses, j’ai jeté un œil à l’inventaire de la série J, curieux de savoir quels étaient les derniers fonds privés acquis et traités. J’ai appris alors l’inventaire du fonds Polony, réalisé par une étudiante stagiaire, que j’ai eu moi-même en cours en L1 comme en M1, Mathilde Ferret.
Ce fonds est d’une étonnante richesse : cette famille oléronaise, enrichie dans le négoce, a en effet laissé d’abondants papiers entre le milieu du XVIIIe siècle et le début du XXe siècle, dont une belle correspondance. C’est avec trépidation que je découvre qu’un des membres de la famille, Joseph Garnier, a migré à Saint-Domingue en 1791, puis à New York et enfin en 1805, à Saint-Louis, Missouri, pour s’y installer définitivement.

Le plus étonnant dans cette correspondance demeure l’effet de mise en abyme qu’elle produit pour le lecteur. Car quand Vincent Jules Polony répond en 1864 à sa cousine de Saint-Louis, Mme Hogan Garnier, il met fin à près de vingt ans de silence entre les deux branches de la famille – un très long silence qui suivit une période au contraire marquée par des échanges épistolaires fournis :

« Comme vous ma cousine j’ai souvent parcouru avec bien de l’intérêt la correspondance de nos parents. J’ai sous les yeux une collection de lettres de votre père au nombre de 53 embrassant une période de 50 ans depuis 1791, époque à laquelle mon oncle Garnier laissa la France pour se rendre à St Domingue. La dernière lettre qu’il nous écrivit est de mai 1841. J’étais alors embarqué sur un vaisseau en station à Smyrne (Turquie) et ne revins près de ma mère que deux ans après. Cette lettre confiée à M. Soulard fils nous fut envoyée de Paris en octobre 1841 et ma mère ne vit point M. Soulard à qui les circonstances ne permirent pas sans doute de visiter notre département[1] ».

Ces 53 lettres sont déposées aux archives ; elles ont été reliées à une date inconnue mais lointaine, et peut-être par la mère de Vincent Polony, et sont encore aujourd’hui regroupées en volume – celui-là même feuilleté de temps à autre par Polony sans doute. Le Soulard mentionné dans cette lettre de 1864 se nomme Benjamin[2], il est un des fils d’Antoine Soulard, bien connu des historiens de la vallée du Mississippi : officier français natif de Rochefort et fuyant la Révolution, il s’est établi dans la Haute Louisiane espagnole où il est devenu l’arpenteur officiel de la région, ses cartes faisant encore référence en de début de XXIe siècle.

Garnier s’est rendu à Saint-Louis en août 1805 pour des raisons bien différentes. La région venait tout juste de devenir étatsunienne et apparaissait alors comme une terre pleine de promesses. C’est, écrit Garnier, un « pays neuf [susceptible] de devenir par la suite un des premiers pays du monde comme les terres y étant de toute excellence et le pays abondant en mines de toutes espèces ». Et il avoue sans ambages son « espoir d’y faire de l’argent[3] ». Comme tous les Français qui y arrivent à cette époque, il est frappé aussi par une certaine familiarité :

« J’ai ici pour ami un Monsieur Soulard de Rochefort dont les parents sont encore vivants dans ce pays la et lui écrivent très souvent, tu pourrais profiter des mêmes occasions – Soulard est un ancien officier de marine & un très charmant garçon – il est marié ici a une Créole du pays & assez a son aise – Nous parlons très souvent de notre pays – Il y aussi un docteur Saugrain de Paris dont la sœur est mariée a notre parent (éloigné à la verité) le médecin Guillotin[4] ».

Saugrain est de fait aussi fameux que Soulard : lié à Franklin, investi dans l’épisode de Gallipolis, cette colonie française de la vallée de l’Ohio, il est depuis la fin des années 1790 installé sur la rive occidentale du Mississippi et souvent considéré comme le premier médecin de la région.

Devenu également ami intime des Chouteau, la plus riche famille de Saint-Louis, Garnier s’insère alors rapidement dans les réseaux de sociabilité francophone mêlant créoles et migrants, tout en étant également en voie d’anglicisation du fait de ses activités professionnelles dans l’administration du Territoire.

Une pièce supplémentaire de mon puzzle missourien, d’autant plus enthousiasmante qu’elle était… inimaginable ? Je vous attends pour débattre du pouvoir de l’imagination ce jeudi à la Coursive.

[1] Archives départementales de Charente-Maritime, 244 J 103, Vincent Jules Polony à Mme Hogan Garnier, 17 avril 1864.

[2] ADCM, 244 J 23, Joseph Garnier à sa sœur Marie-Elisabeth Garnier Polony 3 mai 1841

[3] ADCM, 244 J 23, Joseph Garnier à sa sœur Marie-Elisabeth Garnier Polony, 9 septembre 1805.

[4] ADCM, 244 J 23, Joseph Garnier à sa sœur Marie-Elisabeth Garnier Polony, 4 octobre 1806.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.