Créole ?

Le terme de « créole » à l’affiche de ce carnet de recherche ne doit pas être pris comme une donnée fixe mais comme un questionnement. Lorsque Jay Gitlin a présenté son « corridor créole », il convenait lui-même que le terme posait problème[1]. Il a évidemment son utilité : il sert ici à poser l’existence de nombreux francophones dans les bassins de l’Ohio et du Mississippi jusqu’à la Guerre de Sécession et à interroger le sens de cette présence. Mais passé ce postulat, force est de constater que « créole » ne va pas de soi : le terme est polysémique, d’usage différencié en fonction des sous-espaces concernés, d’une chronologie fine, et d’impératifs sociaux, raciaux, culturels ou politiques.

Maison Rozier, Sainte-Geneviève
Maison Rozier, Sainte-Geneviève

Partons brièvement du dossier qui m’occupe le plus depuis déjà deux ans et sur lequel j’aurai l’occasion de revenir. En 1814 Ferdinand Rozier, dans une lettre à son frère François Rozier, rapporte « [s]on mariage avec une créole de Ste Geneviève [Missouri], son nom est Constance Roy, agé de 19 ans[2] ». Ferdinand fait donc bien la distinction entre lui-même et sa jeune épouse : Constance est née sur les rives du Mississippi d’une famille ancrée en Amérique du Nord au temps des Français, et liée aux Vallé, la famille des fondateurs de Sainte-Geneviève, alors que Ferdinand a débarqué aux Etats-Unis en 1806, rejeton d’une famille de marchands nantais qui cherchait à diversifier ses activités économiques. Parmi leurs nombreux enfants, l’un s’est engagé en politique. Firmin, né en 1820 et qui a épousé comme deux de ses frères aînés une fille Vallé, ce qui l’insère dans les réseaux « créoles », mène campagne en 1850 comme démocrate bentonien. Le juge Bowlin, son adversaire démocrate également (le parti se déchire alors autour de la question de l’esclavage), lors d’un meeting à Carondelet, attaque Firmin sur sa légitimité comme candidat, et affirme : « Rozier was a Frenchman, and they [les délégués bentoniens] relied on his Creole vote[3] ». Bowlin semble encore distinguer entre le Français et les Créoles, mais sans certitude : peut-être « Français » et « Créole », dans ce contexte politisé, sont-ils synonymes dans la dépréciation d’un groupe ethnique dont le juge semble tenir l’existence pour acquise. Il y aurait selon lui un vote créole dans certaines circonscriptions du Missouri, évidemment surtout autour de Sainte-Geneviève.

Ces brèves anecdotes ouvrent sur plusieurs questions :

  • D’abord sur la manière de nommer et de se nommer dans la région. Qui peut s’approprier l’ethnonyme « créole », qui peut en user comme d’une étiquette pour d’autres et surtout au nom de quelles logiques ? Pour Ferdinand Rozier le seul critère est l’autochtonie, et son épouse Constance s’est de même approprié le terme, dépréciatif même à ses yeux quand elle s’excuse de mal maîtriser la langue française face à un migrant français[4]. Mais peut-on intégrer le groupe « créole », et peut-on y être assimilé ? Car, au fond, à quoi sert une affirmation de créolité ou une assignation à la créolité ? Que s’agit-il de défendre, que s’agit-il de pointer ?
  • Utiliser le terme « créole » suppose-t-il l’existence d’une forme d’identité collective ? Ce qui frappe l’observateur, c’est plutôt de prime abord l’extraordinaire variété de la francophonie régionale, entre vieilles familles des temps coloniaux français et arrivés récents, en plusieurs vagues et pour des raisons variées (politique, économique…), entre classes sociales, et entre groupes « raciaux » puisque se pose la question de la francophonie africaine-américaine, bien connue à La Nouvelle-Orléans, beaucoup moins à Sainte-Geneviève et ailleurs.
  • Une forme de primat implicite de la « créolité » doit donc être questionnée. Beaucoup font comme si allaient de soi des formes de solidarités « créoles », comme si la francité ou au-moins la francophonie supposaient un sentiment commun ou des solidarités obligatoires. Mais évidemment un individu ne se définit pas par sa seule « créolité » supposée, qu’il peut par ailleurs refuser. Les solidarités et réseaux religieux, sociaux, politiques et autres sont tout aussi importants. Le neveu de Ferdinand Rozier, Firmin Desloges, venu auprès de son oncle en 1823, choisit ainsi d’épouser une Anglo-Américaine par refus de ce qu’il percevait comme un enfermement dans la créolité. Des marchands français de la vallée de l’Ohio ont pu donner leurs filles à d’autres marchands, non-francophones mais catholiques car d’origine irlandaise.
  • Ce qui permet de rebondir sur la variété spatiale extrême du concept. Bien étudié et à peu près bien cerné en Louisiane (voir les travaux de Gwendolyn Midlo Hall ou de Cécile Vidal, par exemple), il reste à travailler ailleurs et donc à comparer les situations : à quel moment le terme « créole » apparaît-il, par quels canaux ? Recouvre-t-il partout les mêmes situations ? Peut-on distinguer des espaces où il n’apparaît pas ? C’est sans doute le cas de la vallée de l’Ohio, où les francophones sont dans leur grande majorité des migrants récents, des « Français » pour lesquels le terme « créole » n’a pas de sens, d’autant plus qu’ils sont peut-être trop peu nombreux pour former des communautés. Vincennes, dans la vallée de la Wabash, serait un cas d’école : un village d’origine française, avec une population largement francophone jusqu’au milieu du 19e siècle, mais sans usage du terme « créole », ce qui le rattacherait alors à un autre espace, celui des Grands Lacs.
  • Il resterait à analyser ce que je pratique ici, à savoir l’usage du terme « créole » au début du 21e siècle, par les historiens comme par tous les entrepreneurs de mémoire et de patrimoine qui le long de la vallée du Mississippi aliment un récit « créole ».

[1] Jay Gitlin, The Bourgeois Frontier, French Towns, French Traders & American Expansion, new Haven, Yale University Press, 2010, surtout la note 2, p. 190.

[2] Missouri History Museum, Rozier family papers, Box 1, folder 2, Ferdinand Rozier à François Rozier, 20 septembre 1814.

[3] Weekly Missouri Republican, 2 août 1850, p. 1.

[4] Missouri History Museum, Joseph Desloges Collection, Box 2, volume 1, Constance Roy à Firmin Desloges, 13 mars 1824.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.