Depuis le musée de Sainte-Geneviève

En novembre dernier, je séjournais une nouvelle fois dans le Missouri grâce à une bourse de la Société Historique de la Cour Suprême de l’Etat et donnais le jeudi 9 novembre à Saint-Louis, une conférence sur la ville de Sainte-Geneviève entre 1800 et 1860 à l’Université Webster. De retour en France le mardi suivant et sans transition, j’entamais la tournée de visites des enseignants stagiaires que je suis dans le cadre du Master enseignement, éducation et formation de l’Université de La Rochelle. J’étais alors frappé par un sentiment inconfortable de grand écart entre ces deux activités, celle du chercheur et celle de l’enseignant. Désormais bien remis du décalage horaire, je m’interroge pourtant : y a-t-il donc un si grand fossé entre les deux ?

Le musée de Sainte-Geneviève

Retournons dans le Missouri, et à Sainte Genevieve cette fois, où lors de mon passage automnal, Bob Mueller, un des grands entrepreneurs de patrimoine de la ville, a voulu me présenter le petit musée de la place centrale. Constitué d’une pièce unique, celui-ci est promis à un déménagement prochain au sein d’un plus vaste ensemble défini par ses promoteurs comme un « world-class museum learning center » (http://www.sgmlc.org/about.html). En attendant la concrétisation de cet ambitieux projet, le musée de Sainte Genevieve est l’archétype du musée local à l’ancienne, où chacun est accueilli avec une extraordinaire gentillesse avant d’entamer sa pérégrination au fil de vitrines présentant artéfacts et archives diverses accompagnés d’un discours mêlant anecdotes et souci d’érudition manifeste – assez loin en revanche d’une vraie préoccupation historiographique. Je me suis ainsi longuement arrêté devant un décor miniature où huit oiseaux empaillés sont présentés dans un décor champêtre. Le carton rappelle ce que m’en ont dit les responsables du musée : il s’agit d’un don de la famille Rozier et la tradition familiale attribue l’objet à non moins que Jean-Jacques Audubon, qui l’aurait offert à Ferdinand Rozier à une date inconnue. L’hypothèse est séduisante et somme toute crédible – mais sans aucune preuve. Au fil de ma visite, j’ai noté également un impressionnant buste du même Ferdinand, daté des années 1930 ; ou encore l’attestation d’appartenance de « Madame François Rozier » (Marie Zoé Vallé, belle-fille de Ferdinand) à l’Association du Saint et Immaculé cœur de Marie, signée du père St-Cyr en 1850. Tout cela me semble avant tout relever d’une conception de l’histoire locale où la notabilité pèse son poids, et en particulier celle de la famille Rozier.

Le décor attribué à Audubon au musée de Sainte-Geneviève, photographie prise dans des conditions peu idéales par l’auteur.

Mon œil a, lui, été attiré par quelques documents de vitrines au contenu flou, dont les cartons explicatifs n’étaient ni très précis ni tout à fait exacts. En demandant à les examiner de plus près, j’ai eu la surprise – et Bob Mueller également – de trouver là deux pièces de première importance et inconnues jusqu’ici : le registre des ordonnances municipales de 1849 à 1862 et le registre fiscal de la ville pour l’année 1861. Pour chaque citoyen imposable, le registre fiscal fournit une description précise de ses propriétés foncières sur le territoire de Ste Geneviève, leur valeur, une estimation des autres biens (notamment financiers), le nombre et la valeur de ses esclaves et de ses chiens, ainsi bien évidemment que le montant de l’impôt. Ce document complète de manière très intéressante les équivalents épars réunis par la State Historical Society of Missouri, notamment le plus complet datant de 1823. Ces sources sont fondamentales pour tracer le portrait social de Sainte Genevieve et replacer cette communauté dans l’histoire étatsunienne. Les Rozier se distinguent incontestablement : en 1861, les trois citoyens les plus imposables sont trois des fils de Ferdinand, Francis C., Felix et Firmin A. Ferdinand lui-même est treizième sur la liste et un autre de ses fils, Charles, est dix-neuvième. À eux cinq, ils possèdent quinze parcelles en ville et vingt esclaves. Tous ces éléments permettent clairement d’établir qu’à Sainte-Geneviève, où les inégalités sociales se sont creusées considérablement depuis 1800, ils tiennent le haut du pavé, aux côtés de migrants allemands.

Enthousiasmé par ces découvertes et celles faites dans les archives des cours des six comtés des rives du Mississippi et des monts Ozarks qui concernent mon projet, je suis finalement rentré en France pour ne plus penser au Missouri durant quatre semaines et me consacrer à mes étudiants enseignants-stagiaires. Pourtant en enseignant-chercheur que je suis, je m’efforce de ne pas déconnecter mes deux champs d’activité. Ainsi je peux partager avec les étudiants du Master Direction de Projet et Etablissement Culturel de mon université mes réflexions sur les équipements culturels du Kentucky ou du Missouri. Mais j’insiste également toujours avec force auprès de mes étudiants bientôt professeurs sur l’indispensable articulation entre leur enseignement et la recherche disciplinaire, en histoire comme en géographie. Leur mémoire professionnel repose justement sur le principe d’une didactisation d’un champ actif de la recherche. Certes Sainte-Geneviève semble loin des programmes du secondaire – excepté peut-être dans le thème initial du programme de seconde sur « la place des populations de l’Europe dans le peuplement de la terre » ? Cela permettrait opportunément de passer d’une optique très européocentrée à une étude plus globale des mouvements de population… Mais c’est surtout la démarche qui m’importe : imaginons une classe qu’un enseignant amènerait dans le musée de Sainte-Geneviève. Par un travail de groupe sur les artéfacts et documents présents, il serait utile et intéressant de les amener à en tirer une histoire sociale et culturelle en prise sur des débats historiographiques actuels. Et si une journée entière était dédiée à l’activité, un passage sur les rives du Mississippi éclairerait sur les enjeux à la fois de l’histoire environnementale et de la géographie. Le travail de terrain joindrait alors leçons de méthode et construction du savoir. À quand donc un voyage au cœur du Missouri pour les élèves d’un établissent de Charente-Maritime ?


2 réflexions sur « Depuis le musée de Sainte-Geneviève »

  1. Bonjour
    Figurez-vous que jeudi dernier, en séminaire à Limoges, une collègue me demandait, alors que je présentais mon projet “Rozier/Desloge”, commencé depuis huit ans et qui finira sous forme de livre racontant cette histoire des années 1750 à la Guerre de Sécession, si je connaissais des descendants des Rozier en France. Or si j’en connais aux Etats-Unis et si je connais bien une Desloge en France, jusqu’à aujourd’hui ma réponse était négative. Je suis donc particulièrement ravie de votre message.

  2. merci pour cet article.
    En effet ma grand mère Lavinia est née Rozier.
    Ma mère naquit à Farminghton dans la maison familiale près de Ste Geneviève. Cette dernière a épousée un diplomate français après guerre …..mon père
    Pour continuer une sorte de tradition j’ai rencontré mon épouse à New York.
    Sa famille américaine a aussi un histoire étonnante…
    En évoquant l’intérêt que nous portant à l’histoire des hommes et des pays je me demandais
    Si par hazard vous aviez des détails complémentaires concernant ma petite famille …je suis preneur et vous en remercie d’avance…
    Bien à vous
    Jde Bonrepos

    PS : Nous habitons à Paris prés du Trocadéro

    Votre article datant datant de 2017,j’espère que mon message
    vous parviendra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.