Rêves épiscopaux en 1815 : un marché du livre français dans la vallée du Mississippi ?

À l’occasion d’un cours de Master 1 la semaine dernière, je suis revenu sur un dossier en cours, qui avance moins vite que je ne le souhaiterais, l’histoire du livre français dans le Kentucky et le Missouri du premier XIXe siècle. J’ai soumis à mes étudiants une lettre de Mgr Flaget, évêque de Bardstown puis de Louisville entre 1808 et 1850, où il explique avec pompe que la vallée du Mississippi doit naturellement s’ouvrir aux ouvrages de piété français.

L’exercice consistait en l’occurrence à montrer comment pouvaient s’articuler recherche et valorisation patrimoniale – en s’attachant à un contre-exemple : la bibliothèque conservée au centre d’histoire de l’archevêché de Louisville. Cette bibliothèque est présentée comme étant à la fois celle de Flaget lui-même et celle du séminaire qu’il a fondé dans son diocèse ; transformée en musée, elle n’est actuellement ouverte au public que 3h30 par semaine. J’ai amené mes étudiants à comprendre comment, au fil de l’analyse des ex-libris, ils pouvaient trouver trace d’une histoire, beaucoup plus complexe et infiniment riche, des circulations de livres à l’échelle européenne et atlantique sur deux siècles au moins qu’il pourrait être très intéressant de mettre en valeur.

Mais quels signes de la circulation du livre catholique dans les vallées de l’Ohio et du Mississippi peut-on au juste repérer grâce à ces livres ? Reconnaissons qu’hormis les ex-libris, ces signes sont rares : rien trouvé dans le Kentucky, quelques bribes seulement concernant le Missouri. Quelques bibliothèques privées ont bien été étudiées sur ce chemin mais ne se dégagent de ces études que quelques tendances qui ne concernent que des prêtres ou des représentants des élites sociales[1]. Pourtant Flaget écrit à quel point il voit dans la vallée du Mississipi un marché pour le livre de piété français.

La lettre suivante se trouve dans les fonds de l’archevêché de Louisville[2] versés aux archives de l’Université Notre-Dame. Flaget revient d’une longue tournée, la première d’un évêque catholique, dans la région de Saint-Louis et Sainte-Geneviève, l’ancien Pays des Illinois. Dans son journal, qui lui est curieusement toujours conservé à Louisville, on retrouve le voyage raconté au jour le jour ; dans cette lettre à Rusand du 27 janvier 1815, il en tire davantage le bilan, en forme d’espérance. Rusand est un grand libraire catholique de Lyon. Très marqué politiquement – suffisamment en tout cas pour que Portalis lui-même demande en 1810 des renseignements à son sujet[3] – c’est un acteur de la renaissance catholique de la Restauration, et notamment par le biais du nouvel élan missionnaire, perceptible aux Etats-Unis bien avant 1815.

            Enthousiasmé par l’accueil que lui ont fait les habitants de la vallée du Mississippi et désolé par l’absence de clergé pour répondre à leurs attentes, Flaget écrit à Rusand dont il semble être un client habitué pour attirer son attention sur l’existence de ce qui lui semble pouvoir être deux nouveaux marchés porteurs : celui de la Basse-Louisiane, autour de La Nouvelle-Orléans, où Rusand serait avisé de placer un agent pour s’occuper des « 50 000 » catholiques francophones ; et celui de la Haute-Louisiane (Missouri en 1820) dont Flaget a encore la charge et où les « 12 000 » fidèles sont tout aussi demandeurs. Flaget envisage même la diffusion de sept titres pour un total de 700 exemplaires, soit un chiffre modique mais en fait d’une importance inouïe dans la région. Aucune trace à Lyon d’une expédition effective des ouvrages, pas plus que d’indices de leur arrivée ou de leur diffusion dans le Missouri. Je n’ai guère retrouvé qu’une facture prouvant que Rusand fournit le diocèse de Saint-Louis en 1833[4] – nous sommes loin d’une distribution massive… Doit-on en conclure que l’évêque rêvait ?

J’avais pour mon part rêvé que la question intriguerait et amuserait mes étudiants : je crains qu’ils aient surtout retenu de ma proposition sa dimension d’histoire catholique, si étrangère et vaguement rebutante à leurs yeux, sans éprouver le goût de la traque des circulations culturelles atlantiques et de leur histoire.

L’Imitation de Jésus Christ du Père Gonnelieu, dans une édition de 1821

“Mon cher Mr Rusand

Voici plusieurs lettres que je vous écris au sujet de nos comptes et jusqu’à present je n’ai point reçu de réponse : pour que la dette que j’ai contracté à votre égard fut liquidée, j’ai écrit à trois ou quatre de mes bons amis de vouloir bien s’en charger et je suis bien sûr que si mes lettres leur sont parvenus que cette affaire est terminée à votre satisfaction et à la mienne. Quelqu’un m’a dit, mais à la vérité de je ne sais qui, que vous aviez été informé que les 40 exemplaires (4 volumes chaque exemplaire) que vous m’aviez vendu pour des Bréviaires Romains ne l’étoient point et que par consequent je ne devois pas les payer; il me semble aussi que les frais de port ne devraient pas tomber sur moi qui suis bien éloigné d’avoir de l’argent mignon pour des dépenses folles mais comme vous meme ne laissez pas que de perdre encore plus que moi je laisse le tout à votre sagesse et à votre justice. Si malheureusement mes lettres n’étoient pas parvenus, ce qui ne seroit pas très surprenant dans des tems aussi malheureux que ceux ou nous sommes et où nous avons été, je vous prierois d’écrire à ce sujet à Mr Garnier, Directeur du Semre de St Sulpice qui fera, je n’en doute pas, honneur à ma dette. Une fois ma dette efface de votre livre et nos ports un peu plus libres qu’ils ne le sont aujourd’hui, j’aurois une proposition à vous faire qui pourroit tourner à votre profit. J’ai passé l’année dernière sept mois à visiter les Illinois et la haute Louisiane, il y a dans ce pays plus de douze mille Français sur une étendue d’une centaine de lieues le long du Mississippi et du Missouri. Les pauvres gens sont absolument sans livres de religion quoique un assez bon nombre sache lire, j’aurois pu vendre deux cents Manuels du Chrétien à deux piastres pièce, et d’autres livres de piété dans la meme proportion, je vois donc que si vous avez un correspondant à la Nouvelle-Orléans, diocese ou il se trouve au moins cinquante mille français, auquel vous enverriez une quantité assez considerable de livres de piété bien choisis, vous pourriez les vendre à un grand avantage pour vous et un très grand profit pour les acquéreurs. Sauf meilleur avis je désirerois au moins pour la partie qui revient à mon diocese

100 petits Catéchismes

100 Manuels du Chrétiens

100 Nouveaux Testaments Français

D[it]to Imitation de J ch du Père Gonelieu

D[it]to Sages entretiens

D[it]to L’ame élevée à Dieu

D[it]to Les fondements de la foi

Quelques ouvrages contre la philosophie modern et tout autre ouvrage que vous croiriez le plus proper pour instruire dans la religion et pour former les [illisible] Vous ne sauriez croire combien j’ai eu de contentement dans cette visite en voyant le grand empressement des ces peuples pour aller au devant du premier évêque qui eût jamais paru dans ces pays et pour l’entendre quand il leur annonçait la parole de Dieu. Que de larmes ont été répandues, que de pécheurs ont eu le bonheur de se réconcilier avec Dieu après une vie quelques fois très longue dans l’oubli de tous leurs devoirs ; apeine me donnoient-ils le tems de faire mes exercices spirituels. Quand je cessois de les instruire, il fallair aller au confessional jusqu’à la nuit, et souvent deux heures avant le jour ils se trouvaient à ma porte. Si j’avois eu à ma compagnie deux ou trois de vos missionnaires de Lyon tous se seroient convertis [illisible] mais hélas ! j’étois oblige d’agir comme general, comme off[icier] et plus souvent encore comme simple soldat. je fus si pau[vre] en prêtres que je fus oblige de partir tout seul d[illisible] de ma residence, et que suis revenu de meme. Il est v[rai] qu’une fois rendu chez ces Français, je trouvai parmi eux trois prêtres mais qu’est ce que nombre pourtant de Catholiques répandus sur un si grand espace; après ma mission il auroit été à propos de leur en laisser trois au quatre plein de piété et de zèle pour continuer et augmenter le bien qui avoit été fait, mais les desseins de Dieu sont bien différents; car le plus jeune et le plus actif des trois Mrs doit retourner en France au printemps prochain – Tachez, mon cher Mr Rusand, de me trouver quelqu’un qui veuille le remplacer et vous obligerez bien sincèrement

votre très obeisant et dévoué servrtr.”

[1] John Francis McDermott, Private Libraries in Creole Saint Louis, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1938 ; Robert J. Constantine, ed., « The Vincennes library company: a cultural institution in pioneer Indiana”, Indiana Magazine of History, 61, 4 (December 1965), p. 305-389 ; Michael H. Harris, “Books on the Frontier: The Extent and Nature of Book Ownership in Southern Indiana, 1800–1850,” Library Quarterly 42 (October 1972), p. 416–30 ; Joseph P. Donnelly, S. J., Pierre Joseph Gibault, Missionary, 1737-1802, Chicago, Loyola University press, 1971, p. 151-153 ; Agnes Haigh Widder, “The John Askin family library: a fur-trading family’s books”, The Michigan Historical Review, 33, 1 (Spring 2007), p. 27-58 ; Tangi Villerbu, « Vincennes (Indiana), 1795-1804 : convertir ou conserver ? Le travail du père Rivet », dans Pierre Ragon, dir., Nouveaux chrétiens, nouvelles chrétientés dans les Amériques (XVIe-XIXe siècles), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2014, p. 277-300.

[2] Archives of the University of Notre Dame (Indiana), Archdiocese of Louisville records, 11/08.

[3] Archives municipales de Lyon, I2 60A, Portalis au maire de Lyon, 21 avril 1810.

[4] Archives de l’archevêché de Saint-Louis, Bishop Rosati, RG 01 B 04.3B.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.