Sainte-Genevieve en 1830 et 1840 : lire les recensements fédéraux

Au fil de compte-rendus récents ou de billets dans ce carnet, j’ai à plusieurs reprises critiqué le manque d’analyses quantitatives chez certains historiens étatsuniens – avec quelque scrupule malgré tout car, dans le même temps, je n’avais de cesse moi-même de livrer ici itinéraires individuels et histoires singulières tirées des archives. Il est donc de bon ton que je livre maintenant quelques chiffres.

Je travaille aujourd’hui sur des migrants français qui s’installent pour la plupart à Sainte-Geneviève, Missouri et je cherche à comprendre le lieu de leur installation. Il y a quelques années, ce sont des données générales sur le Minnesota dont j’avais besoin pour mon étude sur les missionnaires français : j’avais dû construire ces données moi-même – il semble qu’il en sera de même pour le Missouri. Les travaux les plus récents dédaignent en effet les analyses quantitatives, voire même les données chiffrées les plus élémentaires. Alors que les Allemands du Missouri ont été l’objets de travaux encore aujourd’hui paradigmatique de l’analyse sérielle aux Etats-Unis[1], un ouvrage consacré dernièrement à Saint-Louis au milieu du XIXe siècle y évoque la présence allemande en termes culturels – mais sans jamais donner la proportion d’Allemands (migrants et de deuxième génération) dans la population[2].

De la même façon, l’ouvrage le plus récent sur Sainte-Geneviève ne s’appuie sur aucun usage des recensements ; on y cherche en vain, au milieu de notations plutôt impressionnistes, des éléments concrets sur la croissance de la ville ou sur sa population[3]. Je relève bien des exceptions : ainsi Diane Mutti Burke a fait usage du recensement afin de mesurer la réalité de l’esclavage dans l’Etat[4] ; Jeremy Neely a analysé les mêmes sources pour comprendre les comtés frontaliers du Kansas, foyers d’extrêmes tensions dans les années 1850 et la Guerre de Sécession[5]. Il n’en demeure pas moins que les données chiffrées restent bien absentes de la littérature sur Saint-Geneviève.

Penchons-nous donc nous-mêmes sur deux recensements fédéraux, ceux de 1830 et de 1840, dans le comté de Sainte-Geneviève pour voir ce qu’on peut en tirer.

Il me faut préciser d’emblée que ces recensements ne peuvent pas être considérés comme exacts. Les données dépendent de ce que le gouvernement fédéral cherche à connaître lors de ces campagnes. Les éléments recueillis sont de surcroît tributaires de la manière dont les agents recenseurs mènent leur enquête sur place, en fonction d’intérêts qui peuvent diverger et de leurs propres conceptions raciales, ethniques ou sociales des localités recensées. Ces chiffres doivent avant tout être compris comme révélateurs de grandes tendances, tendances à vérifier par d’autres sources, quantitatives ou narratives.

Il faut ajouter que jusqu’en 1850, les recensements étatsuniens ne sont pas nominatifs : sont indiqués le nom du chef de ménage et le nombre d’habitants au foyer, classés par sexe, âge race et statut juridique (libres/esclaves). L’origine « ethnique » n’est pas mentionnée, pas plus que le lieu de naissance. Etudier la francophonie ou mesurer les « communautés » (sans parler de les définir…) au fil de ces recensements relève donc de la gageure.

 

Répartition de la population dans le Comté de Sainte-Geneviève

1830 1840
Population totale du comté de Sainte-Geneviève 2186 3148
Blancs 1611
(73,6 %)
2618
(83 %)
Noirs Libres 53
(2,4 %)
28
(1 %)
Esclaves 523
(24%)
502
(16 %)

 

Répartition de la population : comparaison Ville/zones rurales 

1830 1840
Population de la ville de Sainte Geneviève 914 1071
Blancs 594
(65 %)
828
(77,4 %)
Noirs libres 46
(5 %)
26
(2,4 %)
Esclaves 274
(30 %)
217
(20,3 %)
Population rurale du comté 1272 2077
Blancs 1017

(80 %)

1790

(86,3 %)

Noirs libres 7

(0,5 %)

2

(1%)

Esclaves 249

(11,5%)

285

(13,7 %)

 

Répartition de la population servile

1830 1840
Nombres de foyers dans la ville de Sainte-Geneviève 138 151
Foyers possédant un ou des esclaves 48

(34,8 %)

37

(24,5 %)

Nombre moyen d’esclaves pas foyer possédant un ou des esclaves 5,7 5,8
Concentration de la population servile 9 foyers possèdent 127 esclaves

19% des foyers possèdent 46 % esclaves

6 foyers possèdent 101 esclaves

15% des foyers possèdent 46 % esclaves

Foyers dont le chef de famille peut être francophone 70 % 55 %

 

Ces précautions prises, voici quelques éléments sur Sainte-Geneviève que je tire des chiffres de ces deux recensements, en partant des questions que je me pose sur le comté et la ville – un autre historien, sans doute, ferait d’autres choix et tirerait d’autres leçons des mêmes chiffres qui en eux-mêmes ne sont guère parlants.

Le premier élément qui me frappe, c’est la croissance, différenciée, du comté et de la ville. La population du comté en général croît de 30,5 % en dix ans. Mais la croissance de la ville en elle-même, bien que conséquente, n’est que de 14,6 % alors celle des zones rurales est de 38,7 %, ce qui suggère une explosion de la colonisation de peuplement en zone rurale. Ce n’est pas la seule différence entre la ville et son arrière-pays immédiat : la proportion d’Africains-Américains est nettement inférieure en zone rurale où ils sont quasi exclusivement esclaves, alors qu’une population noire libre existe en ville. Pour autant, en 1830, la proportion d’esclaves est trois fois supérieure à Sainte-Geneviève (30 %) que dans les zones rurales ; l’écart s’amenuise dix ans plus tard, essentiellement parce cette proportion passe à 20 % en ville. On observe donc deux réalités différentes : d’un côté, une petite ville de peuplement ancien, avec une forte présence d’esclaves ; de l’autre, des zones rurales, de peuplement souvent très récent et où l’esclavage est très minoritaire.

Si j’examine plus avant les chiffres concernant l’esclavage à Sainte-Geneviève, je constate qu’en 1830, un tiers des foyers possède un ou plusieurs esclaves, mais que cette proportion tombe à un quart en 1840. Plus la ville grandit, moins elle compte de foyers esclavagistes. En observant les ménages esclavagistes, la situation paraît plus nuancée. La moyenne de 5,7 puis de 5,8 esclaves par foyer est en effet trompeuse car elle cache des disparités énormes : en ville, un petit nombre de propriétaires importants se partage un grand nombre d’esclaves. En 1830, 9 foyers possèdent à eux seuls 127 esclaves ; en 1840, c’est 6 foyers qui possèdent un total de 101 esclaves. Ces familles sont bien connues : à une exception près (John Scott), ce sont les plus fameuses des familles francophones, créoles (Vallé, Ste Gemme) ou réfugiées de Saint-Domingue (Guibourd). Cela m’inspire deux remarques et autant de nouvelles questions :

– premièrement, doit-on considérer ces esclaves comme des esclaves urbains ? Quelles sont leurs tâches, leurs lieux de vie et de travail ? Qualifier Sainte-Geneviève de « ville » fausse de fait quelque peu l’appréciation car ladite ville compte en fait sur son territoire de vastes espaces ruraux le long du Mississippi. La vie des esclaves de ces familles francophones se caractérise donc sans doute par une grande variété des fonctions, aux champs, sur le port, en ville, dans les maisons, sans compter que certains sont envoyés aux mines de plomb ou employés dans le transport entre mines et port…

– Deuxièmement, le comté de Sainte-Geneviève, né sous régime français (le Pays des Illinois était un pays d’esclavage) est clairement en mutation. Ce petit monde ancien ne fait pas partie des deux micro-régions fortement esclavagistes du Missouri, dans le Boone’s Lick autour de Columbia et Jefferson City et dans l’extrême sud de l’Etat, le long du Mississippi (New Madrid). L’esclavage est ici un héritage très caractéristique et localisé, que l’évolution du peuplement colonisateur rend nettement minoritaire en même temps que la population du comté et de la ville évolue. Durant la décennie 1830, les francophones passent sans doute[6] de 70 % à 50% de la population dans la ville même alors qu’ils ont perdu toute position centrale depuis longtemps déjà dans les zones rurales, peu à peu supplantés par une vague de migrants anglo-américains mais surtout allemands. Si on ne compte pas plus de cinq familles allemandes en 1830, on constate qu’en 1840, ce sont eux qui ont contribué à la fois à la croissance de la population urbaine et à la chute de la proportion d’esclaves puisqu’ils sont très peu à en acquérir.

En quelques chiffres, je dessine ainsi pour mes migrants français, qui s’établissent à Sainte-Geneviève, Missouri, un lieu à un tournant de son histoire.

 

[1] Walter Kamphoefner, The Westfalians: From Germany to Missouri, Princeton, Princeton University Press, 1987.

[2] Adam Arenson, The great heart of the Republic : St. Louis and the cultural civil war, Cambridge, Harvard University Press, 2011.

[3] Bonnie Stepenoff, From French community to Missouri town: Ste. Genevieve in the nineteenth century, Columbia, University of Missouri Press, 2006.

[4] Diane Mutti Burke, On slavery’s border: Missouri’s small-slaveholding households, 1815-1865, Athens, University of Georgia Press, 2010.

[5] Jeremy Neely, The border between them : Violence and reconciliation on the Kansas-Missouri line, Columbia, University of Missouri Press, 2007.

[6] En croisant une analyse bien imparfaite des anthroponymes et d’autres sources qui révèlent l’usage du français dans les familles


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.