Les chapeaux de Rochambeau

Avant la rentrée, je me suis offert le plaisir de quelques recherches estivales en archives. Toujours sur la piste française des Dacosta avant que l’un d’entre eux ne parte aux Etats-Unis, j’ai découvert, aux archives départementales d’Ille-et-Vilaine, les fonds de la manufacture royale de chapeaux de Rennes. Ce document s’y trouvait sous la cote C 1514.

Cette manufacture, fondée et dirigée entre 1777 et la Révolution par un certain Antheaume, semble très peu connue malgré des fonds abondants – qui n’attendent que leur historien(ne). Au milieu de papiers comptables, de registres de délibérations d’actionnaires ou de correspondances commerciales, je suis tombé sur un document éclairant la stratégie d’Antheaume qui souhaitait visiblement ouvrir le plus de marchés possibles, vers l’Afrique (comme pacotille de traite), les Antilles ou les Etats-Unis naissants. On y découvre que son associé-négociant, Beaulieu des Perches, a confié des chapeaux en peaux de castor (s’agissait-il de castors américains qui retournaient en Amérique sous forme de chapeaux ?) à un nommé Rohault, en charge du fourrage dans l’armée de Rochambeau venant en aide aux Insurgents. Les chapeaux, endommagés à leur arrivée à Williamsburg (Virginie), finissent vendus aux enchères à Providence (Rhode Island), durant les quelques semaines de novembre 1782 où les troupes françaises y sont cantonnées avant leur retour en France.

Bataille de Yorktown, 9 octobre 1781. Artiste inconnu

 

« Aujourd’hui vingt neuf novembre mil sept cent quatre vingt deux sur les dix heures du matin, nous Philippe Mounier greffier de la prevoté de l’armée française dans l’amérique septentrionale aux ordres de M. le Comte de Rochambeau, a la Requisition du Sieur Guilleaume bernard Rohault Employé dans la Regie des fourages de la ditte armée, Nous nous Sommes transportés dans son logement en cette ville ou Etant arrivés le dit Sieur Rohault nous a dit qu’a son Départ de france le Sieur Beaulieu des Pêches négociant à Rennes l’auroit prié de se charger d’une pacotille Enoncé dans la facture qu’il a nous a Représenté la datte du douze septembre mil sept cent quatre vingt un signé du dit Sieur Beaulieu des pêches et dont le détail est cy après pour être vendue dans ce pays cy a moitié proffit qu’après Etre débarqués et arrivé à Williamsbourg dans la Virginie. Il a aussitôt visité les dittes marchandises aux quelles il a apperçu des deffectuosités occasionnées par les Insectes ce qui le détermina à les mètres sur le champ en vente ; mais qu’il n’a pu trouver à se deffaire d’une seul objet, quittant arrivé dans cette ville il y a de nouveau visitté ces marchandises et les ayant trouvé de plus en plus endomagés il nous a requis pour en constater l’Etat et recevoir en même temps l’estimation de leur valeur qu’il Entend en faire faire par les Sieurs Gouffray et Boyer negociant en cette ville qu’il a nommé a cet effet lesquels dits objets consiste 1° dans Seize pieces de castor a plume En Seize Morceaux differents Reputés d’un aulne chacuns, Estimés, Scavoir ; onze des dits Morceaux ou pieces, les Moins gatées neuf livres chaqu’une pce, les quatre autres restantes cinq livres.

plus cinq pieces En Vigogne noir reputées d’une aulne chacune Estimés Douze livres l’une Qui sont tous les objets de Marchandises portée sur la ditte facture.

Et Comme le dit Sieur Rohault desire faire de Nouveau ces Marchandises en vente il En a Enconsequence fait annoncer la Vente a ce jour lieu et heure, et a requis de nous que nous ayons a En recevoir les Encheres a tout quoi nous avons adheré et du tout Dressé le present proces Verbal ainsi qu’il suit

Premierement deux pieces de castor a plumes Estimés neuf livres chaqu’une Encheris par le Sieur Calais a dix livres par le Sieur La Garde a dix livres dix sols, Et pour le Sieur Sicard a douze livres a lui adjugé Et a payé pour les deux…24

plus quatres autres pieces idem estimés Egalement neuf livres encheris par le Sieur villeroy a dix livres dix sols par le Sieur charbre a onze livres et par le Sieur Crausnier a Douze Livres a lui adjugé et a payé cy pour les quatres…..48

Plus deux autres pieces Estimés aussi neuf livres Encheris a onze livres et par le Sieur villeroy a douze livres a lui adjugé et a payé cy pour les deux…. 24

Plus deux autres pieces Estimés neuf livres Encheris par le Sieur Brodelet a dix livres, par le Sieur Canné a onze livres et par le Sieur le gendre a douze livres a lui adjugé et a payé cy pour les deux…………………………………………………………….24

Plus un autre piece idem Estimé neuf livres encheris par le Sieur Ferrand a neuf livres dix sols et par le Sieur Le Clere a Douze livres a lui adjugé et a payé cy…..12

Plus deux pieces egalement de castor a plume estimé cinq livres chacu’une Encheris par le Sieur Ferrand a cinq livres dix sols par le Sieur Favereau a cinq livres quinze sols et par le Sieur Ferrand a six livres a lui adjugé et a payé pour deux …… 12

Plus Enfins trois autres pieces idem Estimés aussi cinq livres Encheris par le Sieur Vaudrie a cinq livres dix sols et par le Sieur Lagarde a six livres a lui adjugé et a payé cy pour trois……………………………………………………………………………………………18

162

Qui sont tous les objets a nous reppresentés pour Etre vendus, montant ceux qui l’ont Eté a la somme de cent soixante deux livres, laquelle ditte somme nous avons remise en Mains dudit Sieur Rohault ainsy que les autres objets relaté de lautre part qui nont pu Etre vendus faulte d’Encherisseur, lequel dit Sieur Rohault sest pour notre decharge du tout avec nous Soussigné, fait a providance province de Rhode Island dans l’Amérique septentrionalle, les dits jours, mois et ans que dessus, # cinq, approuvé et renvoye cy a côté un mot Rayé nul.

Rohault

Mounier. »

Mais qui sont donc ces Sieurs français qui acquièrent en Amérique des chapeaux en peau de castor venus de France?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.