Joseph Desloge, ou : jusqu’où chercher ?

Firmin Desloge, je l’ai déjà écrit, est issu d’une famille de marchands nantais déclassés par la Révolution. Lui, ses frères et ses sœurs ont dû, avec leurs parents, se réinventer pour se reclasser au début du XIXe siècle. Si Firmin a bien réussi l’opération dans le Missouri, d’autres peuvent en dire autant en France ou ailleurs.  J’étais ces jours-ci aux archives municipales de Morlaix à la poursuite de Joseph[1].

 

Joseph Desloge a été un des notables les plus en vue de la ville. Il en fut le premier adjoint provisoire au lendemain de la Révolution de 1830, chargé de la prestation de serment au nouveau régime, puis le maire élu en 1844 jusqu’à sa démission consécutive à la Révolution de 1848. Orléaniste convaincu[2], bourgeois philanthrope, il revint aux affaires en 1870-1871, alors qu’âgé de près de 80 ans il faisait figure de protecteur de la cité en des temps troublés. Né en 1793, il décède en 1887 dans ce rôle, en grande partie parce qu’il avait rapidement su se rendre indispensable à la famille Homon, parmi les grands marchands de Morlaix, au point de prendre épouse parmi eux en 1817. Il y a là comme une énigme, malgré tout, car Joseph n’était apparemment arrivé en ville qu’en 1814, après avoir participé comme soldat à la bataille de Leipzig[3] et alors que sa famille avait perdu de son lustre. Il n’était à ce moment-là que le fils d’un fonctionnaire des impôts logé à Vannes et s’il était parti du Morbihan c’est sans doute qu’il n’y avait pas de réseaux familiaux assez puissants sur place ou en Basse-Loire pour lui assurer un avenir.

Morlaix, le quai de Léon où habitait Joseph Desloge au moment de son décès en 1887
source: Pinterest.

A partir de là, deux pistes de recherche me tentent. D’une part comprendre cette phase de deux années qui ont vu Joseph Desloge passer de Vannes à Leipzig puis à Morlaix. Acteur de la plus grande bataille de l’Empire, il décide de s’installer dans la cité finistérienne dans une année secouée : l’a-t-il fait avant ou après la chute de l’Aigle ? Cela a son importance car son futur beau-père donne toutes les apparences d’un partisan de Napoléon, lui qui quitte la municipalité lors de la première Restauration pour la retrouver, forcément ponctuellement, lors des Cents-Jours[4]. Travailler la transition entre régimes à Morlaix, qui est aussi un moment où la ville doit imaginer son avenir économique, et la manière qu’a eu Desloge de s’y investir, mènerait alors à un projet fascinant d’une sorte d’histoire totale d’un espace-temps restreint certes mais ouvert sur le monde, comme durant ces deux semaines de mai 1814 durant lesquelles la ville vit une crise lors d’un vaste chassé-croisé entre prisonniers français et anglais et est secouée par une émeute populaire[5], et propre à une comparaison avec tous ces petits ports du littoral nord de la Bretagne finalement peu connus.

D’autre part, Joseph Desloge a laissé d’abondantes traces archivistiques : Jean-Pierre Thomin, auteur d’une belle thèse sur Landerneau[6], m’a signalé en effet l’existence du fonds de la maison Radiguet et Goury, aux archives départementales du Finistère : 6,83 mètres linéaires qui éclairent sur l’histoire économique du Léon et du Trégor occidental et qui incluent de très nombreuses échanges épistolaires de Desloge, partie prenante importante dans cette histoire, notamment, mais pas exclusivement, par son rôle dans la création de la Société Linière du Finistère en 1845.

Il y a donc déjà là deux projets possibles : Morlaix en 1814-1815, ou une biographie de Joseph Desloge, notable morlaisien. Mais si je suis tenté de creuser dans ces deux directions, je n’irai au bout d’aucune d’entre elles. Après tout, Joseph m’intéresse car je dispose des quelques lettres qu’il envoyait épisodiquement à Firmin et que l’itinéraire de ce dernier n’est compréhensible qu’imbriqué dans de multiples ensembles, dont celui de sa fratrie (élargie à son beau–frère Prudent Crouan, avec lequel il a noué de solides liens et qui, lui, a fait des affaires au Brésil). La question est donc : jusqu’où ai-je besoin d’aller dans la recherche sur chacun des frères et chacune de sœurs de Firmin ? Je serais facilement grisé par la masse de ce qui est disponible, les nouvelles pistes, les nouvelles questions que leurs vies me posent, finalement l’arborescence sans fin d’un objet d’étude, et de la vie même. Il faut circonscrire le sujet, revenir à Firmin, son plomb, ses pelleteries et son choix radical d’une vie américaine. Même s’il faut pour comprendre ce choix comprendre aussi celui de ses frères et de ses sœurs, tous induits par le destin parental sous la Révolution, il me semble difficilement tenable de porter le même regard sur chacun. A regret ?

 

[1] Il est né « Desloges » mais comme son frère missourien il a abandonné le « s » final.

[2] Il le dit lui-même dans sa lettre de démission reproduite dans la Feuille d’Annonce de Morlaix comme dans L’Echo de Morlaix le 18 mars 1848.

[3] Voir la notice nécrologique dans La Résistance, 12 mars 1887, p. 3.

[4] Archives municipales de Morlaix, registres de délibération du conseil municipal, vol. 2, 1811-1820. Je remercie Nicolas Le Boënnec pour sa disponibilité aux archives.

[5] Archives municipales de Morlaix, registre des lettres de la municipalité, volume du 27 avril 1811 au 21 octobre 1814.

[6] Jean-Pierre Thomin, « Du commerce maritime à l’industrie (1660-1845). L’élite négociante de Landerneau face aux défis », thèse d’histoire, Université de Bretagne Occidentale, 2016.


Une réflexion sur « Joseph Desloge, ou : jusqu’où chercher ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.