De la farine américaine dans l’estuaire de la Loire en 1795

Il y a deux semaines, aux archives municipales de Nantes en quête de fonds m’éclairant sur les rapports entre la ville et les Etats-Unis pendant la Révolution française afin de comprendre, encore et toujours, ce que les familles Audubon, Rozier et Dacosta percevaient de l’Amérique avant d’y envoyer un des leurs, j’ai ouvert un de ces dossiers qui immédiatement émerveillent par leur capacité à faire naître des images, des histoires – et des questions pour l’historien.

Sous la cote F6 C12 D2 on trouve en effet un copieux dossier – près de deux cent pages en tout en plusieurs dizaines de pièces – concernant le naufrage du navire américain le Saint-Honoré (qui en cours de procédure devient curieusement le Magnolia) en février 1795 sur le plateau des Bœufs, des récifs affleurant au large de Noirmoutier. Or ce navire apportait essentiellement des barils de farine dont Nantes avait le plus grand besoin. L’approvisionnement alimentaire de la population urbaine était alors un problème aigu à Nantes comme ailleurs, et une des solutions trouvées était américaine : « Considérant que la ville de Nantes se trouve menacée du fléau terrible de la disette […] il sera expédié dans les Etats-Unis de l’Amérique, un commissaire qui sera chargé de la part des trois corps administratifs de Nantes de lettre de créance pour acheter des grains et farine pour le compte de ce département[1] ».

L’île du Pilier, au large de Noirmoutier. Le plateau des Bœufs est au sud-est de l’île.

Le Saint-Honoré a franchi l’océan dans le cadre de cet appel à l’aide et la perte de sa cargaison représentait une catastrophe. Aussi la municipalité a-t-elle tout fait pour la récupérer, à un prix exorbitant. Deux commissaires sont envoyés dans l’estuaire pour enquêter sur le sort du navire et de la farine et pour faire en sorte que cette dernière parvienne à Nantes. Il leur a fallu mettre en branle un monde entier, celui de l’aire portuaire nantaise, de Bourgneuf au Croisic[2]. Il est vite apparu que les courants et les vents avaient porté les barils vers la rive nord de l’estuaire : peu ont atteint Le Croisic, certains se sont fracassés sur les rochers de Batz mais beaucoup sont arrivés sur les grèves du Pouliguen, d’Escoublac, de Saint-Nazaire, de Méan et de Gron.

Il a donc fallu, en plein hiver et au début du printemps, que les barils (plusieurs centaines !) soient récupérés sur le littoral, entreposés dans de bonnes conditions, que l’état de la farine soit vérifié, puis que le tout soit finalement envoyé à Nantes par le fleuve le plus vite possible pour faire face à la crise de subsistance qui couvait. Et, pour finir, qu’un processus administratif de collecte des informations puisse aboutir à l’indemnisation de tous les hommes (les femmes sont absentes des sources mais on ne peut évidemment exclure qu’elles aient participé aux divers travaux) : les habitants du littoral d’une part, les capitaines des navires réquisitionnés et leurs équipages d’autre part. Les opérations ne se sont achevées qu’au mois de mai. L’Amérique avait pénétré des dizaines de foyers de l’estuaire par l’intermédiaire de sa farine, mais qui le savait exactement ? Cette farine avait-elle, pour tous ceux qui l’ont maniée, une nationalité, ou n’était-elle américaine que pour les responsables des opérations ?

[1] Archives municipales de Nantes, F4 C21C D2, souscription de 2 millions pour achat de grains et de farine aux Etats-Unis

[2] Murielle Bouyer, Les marins de la Loire dans le commerce maritime nantais au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008. Bernard Michon, Le port de Nantes au XVIIIe siècle. Construction d’une aire portuaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.