Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) et son journal, 1812-1821. 2ème partie.

Au fil des années, je me suis servi de ces sept cahiers dans quelques publications, de même que du carnet de 1814. J’ai en revanche abandonné depuis longtemps l’idée d’une édition scientifique de l’ensemble. Dans l’abondance de mes chantiers en cours, une exploitation ponctuelle des textes s’est avérée souvent plus aisée et satisfaisante. Et il faut bien le dire, après quelques dix ans consacrés à la matière catholique, j’ai fini par me lasser !

J’ai songé alors à laisser le journal de Flaget à d’autres, en leur confiant mes photographies des cahiers de Lyon et des originaux de Louisville – je l’ai effectivement fait, sans que personne ne veuille se lancer dans la fameuse édition des textes ou dans une étude de Flaget lui-même. Je suis à nouveau engagé dans d’autres projets mais Flaget est toujours là, j’y reviens donc, même si je ne sais toujours pas exactement quoi en faire. Voici donc quelques pistes, lancées presque au hasard de citations éparses, de ce qui me semble pouvoir, dans ces carnets, apporter un éclairage supplémentaire sur l’ensemble de l’histoire de la région entre Ohio, Mississippi et Grands Lacs entre 1812 et 1821.

De mai à octobre 1814, Flaget a effectué une tournée des paroisses de la vallée du Mississippi. Si celles situées sur la rive orientale du fleuve dépendent bien de son diocèse, celles de la rive occidentale font en revanche partie de celui de la Nouvelle Orléans, mais le siège n’en étant pas pourvu, Flaget traverse légitimement le fleuve. Il est le premier évêque catholique à arpenter ainsi la vallée. Le voici en juillet à Florissant, petit village à quelques kilomètres au nord de Saint-Louis :

«8 Messe – Visites. Le père prieur est venu me chercher avec ses compagnons de voyage – nous avons diné chez Mr St live – parti pour Florissant – à un mille du village, procession de tous les habitans pour me recevoir. Deux belles banières l’une portée par les filles l’autre par des jeunes garçons – le dais pour me recevoir. Les chantres et les chanteuses élevoient leur voix vers le ciel – Mon Dieu que mon cœur a été attendri à ce spectacle. Les chants et la procession ont continué jusqu’à l’Eglise – je leur ai dit quelques mots d’édiffication. Plusieurs en ont été attendri jusqu’aux larmes. Puisse le Ciel bénir de si heureux commencemens. Etant entré dans le presbytère tous sont venus avec une modestie vraiment édifiante recevoir les bénédictions du Ciel. Avec quel ferveur n’ai-je pas demandé à Dieu de les enrichir de ses dons les plus précieux. Parmi ceux qui sont venus se mettre à mes pieds on m’a présenté un vieillard qui est agé de cent sept ans. Il marche bien, travaille constamment sur la place, jouit de tous ses sens et en apparence d’une bonne santé. La foule ayant évacuée j’ai vu venir de loin plusieurs jeunes gens en groupe ils portoient sur une chaise leur grand ou arriere grand père agé de cent huit ans. Le vénérable vieillard né dans les pays s’est mis à répandre des larmes de ce qu’il ne pourroit pas se mettre à genoux pour recevoir ma bénédiction – Sa vois était forte – ses oreilles meilleures que les miennes – la poitrine saine l’estomac excellent – en un mot sa santé seroit parfait si ses jambes n’avoient point été affligées de goute ou de rhumatismes. Le spectacle m’a touché jusqu’au fond du cœur. Autant que je puisse en juger par cette première entrevue cette paroisse me paroit parfaitement bien conduite – quel malheur pour tous ces pays ci si le bon père prieur[1] venoit à être rappelé par son abbé. Grand Dieu détournez un pareil malheur.

  1. Messe, petite instruct. visite des habitans pour demander ma bénédiction qui ont continué toute la journée, quelques confessions de vieux pécheurs qui m’attendoient depuis trois ans, croyant chaque année qu’ils auroient le bonheur de me voir et soulager leur conscience qui en avoit grand besoin. Continuer Seign[eu]r à bénir mes faibles travaux que ma langue soir dirigée par vous, et que mon cœur brule de votre amour.
  2. Messe de paroisse avec la crosse et la mitre que ces pauvres gens avoient eu la précaution de me faire. Instruction en Français au peuple du village – explication en Anglais de mes habits pontificaux – Grande chaleur – les Américains mont prié de leur dire quelques mots d’édification après le diné – je l’ai fait et plusieurs de ces braves gens en ont été touché jusqu’aux larmes – autre instruction en français pour les gens du village. Elle n’a pas été sans [ill.] ma santé excellente – O que vous êtes bon Seig[neu]r à mon égard ne permettez jamais que je sois un ingrat.”
Journal de Mgr Flaget, 8 juillet 1814, Archives de l’archevêché de Louisville

Il manquera toujours l’autre versant de l’histoire, pour comprendre comment les fameux paroissiens, si zélés aux yeux de leur évêque, ont vécu l’événement : y avait-il bien cette sorte d’unanimité dans l’expression de la foi ? que représentait-elle chez les francophones de Florissant ? Qu’ont pu comprendre les Anglo-Américains, protestants à n’en pas douter, des explications de Flaget sur les fameux habits pontificaux et comment ils ont vécu cette intrusion épiscopale au village ?

A la fin du même carnet de 1814, Flaget note quelques renseignements glanés au Pays des Illinois sur de lointaines communautés francophones et catholiques :

« A la prairie du chien sur le Mississippi à deux cens lieues du Kaho[2] et autant de Michilimackinac se trouvent 20 familles françaises absolument sans prêtres.

Autre village français sur le lac Michigan appelé l’abbé[3] composé d’environ 20 familles absolument sans prêtres.

Autre village composé d’une quinzaine de familles appelé Chicagon sur la source de la rivière des illinois. Les sauvages et les Américains viennent de les faire deguerpir.

Autre village français appelé les Peys sur l’embuchure des Illinois à 60 l. du Kaho. A peu près 12 familles. Les sauvages et les Américain les ont fait fuir. »

Flaget dresse la carte d’un monde catholique éparpillé et délaissé par l’Eglise ; il fait apparaître une donnée non négligeable en cette année 1814 : la guerre entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui a éclaté en 1812, a des effets majeurs dans la région des Lacs comme dans la haute vallée du Mississippi, quand elle touche de plein fouet des communautés francophones dont les fidélités ne sont pas évidentes et souvent mal jugées.

Le 10 avril 1815, Flaget est rentré dans son Kentucky et a repris ses activités quotidiennes entre le siège épiscopal de Bardstown et les institutions qu’il a fondées non loin et auxquelles il est très attaché. Parmi elles, le séminaire Saint-Thomas dirigé par David. La formation des prêtres est en effet une priorité majeure de l’évêque et son journal est plein des moments passés avec les séminaristes, pour accompagner et valider leur formation :

« Préparatifs pour envoyer G. Gras chez Mr. Ohara – avis donnés à ce pauvre malheureux – je ne peux que me louer dans la conduite qu’il a tenue dans l’affaire de sa vocation – s’il continue à se bien comporter, il est sûr de mon amitié – Il me vient quelque fois des doutes sur la sincérité de ce jeune homme que je tache de repousser ; Oui, mon Dieu, je vous l’ai promis d’aimer mon prochain comme moi-même et j’espère remplir ce commandement avec le secours de votre Grace […]. »

Gras est un parent de Flaget, que l’évêque a recruté avec d’autres jeunes ecclésiastiques lors de sa tournée initiale en France après sa nomination et qu’il a fait venir dans le Kentucky. Les doutes de Flaget seront levés, Gras finira jésuite à Georgetown.

Le 3 janvier 1816, l’évêque se livre à un autre exercice classique en zone de cohabitation confessionnelle : la dispute, en l’occurrence avec le pasteur Scott.

« 3. Mercredi. Exerc[ices] spirit[uels]. Brev[iaire]. Lect[ure]. Préparat[ion] pour la dispute. Confess[ion] jusqu’à 11h ½. Messe – grand concours de peuple – Prié les protestants de se comporter avec décence. Expliqué en peu de mots la nature de l’action que j’allois faire – Silence et décence admirables pendant le St Sacrifice de la Messe – Après la Mess, instruc[tion] où j’ai tenté de faire connoitre les Catho. sous les rapports civils et religieux et où j’ai relevé avec succès ces paroles débitées par mon Antagoniste : que les Catholiques Sprung from Hell and into Hell were to fall. Après cette apologie j’ai offert de répondre aux objections qu’on voudroit me faire. La chambre où nous étions étoit si pleine que le plancher tout neuf qu’il étoit menaçoit ruine. On m’a proposé de descendre et de parler du seuil de la porte aux auditeurs qui se tiendroient hors de la maison, j’ai accepté la proposition. En descendant Mr Tab Scott m’est venu dire à l’oreille : vous voudrez bien exposer les principes de votre Eglise sur le pouvoir des clefs, sur la présence réelle, après quoi je ferai mes observations, et le public jugera. – Je le priai de parler le premier mais il a refusé. Pendant que le peuple prenoit sa place, je me suis muni d’une tasse de thé et d’un morceau de gateau. – Ainsi fortifié j’ai paru sur l’arène en soutane et en surplis, Mr Scott à mes côtés – J’ai explique du mieux que’il j’ai m’a été possible les deux premières questions ; tout le monde parroissoit m’écouter avec grande attention. – Mr Scott a cherché à réfuter ce que j’avois dit – L’a fait d’une manière ridicule, m’accusant de falsifier l’écriture, mais à sa confusion, j’ai lu dans mon nouveau Testament les paroles que j’avoient dites et elles se sont trouvées conformes – Il s’est mi de fort mauvaise humeur, m’a accusé dit un mensonge en faisant entendre aux auditeurs que c’étoit lui qui avoit commencé la dispute – Cette accusation m’a donné lieu de rappeler aux spectateurs la première dispute qui étoit très présente à mon esprit. Je me suis ensuite adresser à Mr Scott pour lui demander si les choses s’étoient passées comme je venois de les rapporter – Il n’a pu contredire aucun fait quoique ces faits lui fissent fort peu d’honneur. Prouvez moi m’a-t-il dit que votre église est la plus ancienne -. J’ai parlé plusieurs heures lui ai-je dit il est tems que je vous fasse quelques questions. Le pauvre homme étoit si fort troublé qu’il me l’a refusé – J’ai demandé au public, si ma requête était juste, tout le monde l’a approuvée excepté Mr Scott qui n’a point voulu parler – J’ai cru alors que le champs de bataille me restoit – J’ai conclu la dispute par une exhortation à la paix. Dieu a mis dans ma bouche des paroles très touchantes. J’ai offert la main à Mr Scott mais le malheureux l’a rejetée, ce qui a indigné contre lui tous les assistantes – Cela fait je me suis retiré dans ma chambre où j’ai remercié Dieu de tout mon cœur d’avoir humilié ce malheureux. J’en étois là lorsque Mr Duglas vénérable speaker est venu me chercher pour me témoigner le grand plaisir qu’il avoit eu de m’entendre et pour me prier de venir passer une nuit dans sa maison pour parler religion, je le lui ai promis. Un Mr H[ill.]ton, homme modéré et de grand sens, m’a exprimé le même désir. O mon Dieu soyez à jamais béni, de ce que je me suis si bien tiré de cette affaire, que je serois heureux si je pouvois vous faire connaître et aimer de tous ces sectaires que ne sont hérétiques que parce qu’ils ont eu le malheur de naître dans l’hérésie. O.M.J.S.M.O.N.C.d.A.R.N.M.S.P.R. Tems très beau et très doux. »

Une fois encore nous n’avons là que la version victorieuse de Flaget et les sources manquent pour la confronter à d’autres. On notera également la mise en place de rites d’écriture : au fur et à mesure de sa rédaction, Flaget note pour chaque jour une prière et un bulletin météorologique -bulletin qui pourrait avoir son utilité pour une histoire du climat, même si aucune température n’est précisée !

Deux ans plus tard, le 23 avril 1818, Flaget se penche de nouveau sur le sort des séminaristes. Chandorat fait partie des Français qui viennent encore nombreux constituer le clergé catholique étatsunien.

« 23. Jeudi. Exerc[ices] Spirit[uels] – Messe – Lect[ure] – Et[ude] – Examiné ceux qui se préparent à l’ordinat[ion] de la prêtrise. Mr Ch[an]d[ora]t est très gauche, et j’ai lieu de craindre très présomptueux – Il paroit avoir fort peu de dispositions pour conduire une paroisse et jusqu’à présent il me semble nul pour l’ornement et les cérémonies de l’église – Ces dispositions me donnent beaucoup d’inquiétude – Dieu de miséricorde, les plaies de mon cœur sont encore toutes vives au sujet d’une ordinat[io]n que j’ai eu le malheur de faire dans mon diocèse, ne permettez pas qu’elles s’envéniment pas une autre du même genre, infailliblement j’y succomberois – S. V. M. B. M. E. V. S. E. S. d. p. i. p. m. E. P. J. L. O. tems beau mais trop froid pour la saison ».

Journal de Mgr Flaget, 23 avril 1818, Maison des Chartreux

Malgré ses doutes profonds, Flaget ordonnera l’impétrant quelques mois plus tard…

Le 18 juillet 1818, c’est une brève annotation qui a retenu mon attention :

« Mes esclaves deviennent extrêmement mauvais – ce qui me brise le cœur de douleur ».

Cette remarque, avec d’autres, éparses, rappelle que Flaget achète, vend et exploite des esclaves africains-américains et participe d’une économie esclavagiste régionale sans que cela lui pose de problème de conscience – ce en quoi on doit reconnaître qu’il ne fait que suivre les enseignement de son Eglise, même si le sujet fait parfois débat au sein même de l’institution[4].

Toujours en 1818, le 3 septembre, l’évêque participe aux négociations avec les Miamis et note dans son journal :

« Mon objet est d’intéresser le gouvernement pour les missionnaires qui pourroient aller parmi ces nations barbares et pour recouvrer, s’il est possible, les terres qu’occupoient jadis les Jésuites employés dans les missions ».

Ainsi l’évêque, Sulpicien formé dans les années 1770-1780, rêve-t-il de réanimer les missions de Nouvelle-France au milieu des Etats-Unis. Vingt ans plus tôt, l’Etat fédéral finançait effectivement le père Jean-François Rivet pour prendre en charge ces même Indiens autour de Vincennes[5], Flaget s’imagine alors pouvoir le convaincre d’aller plus loin encore – ce en quoi l’avenir nous montrera qu’il se trompait.

Je pourrais multiplier à l’envie les extraits… Je connais les a priori entourant l’histoire religieuse et je sais d’expérience que le journal d’un évêque peut en rebuter plus d’un – d’autant que l’on a vite fait de se retrouver affublé d’une étiquette ou cantonné à un ghetto professionnel en travaillant sur ce genre de source. J’espère néanmoins que ces quelques lignes sur le destin de ces carnets et de leur auteur contribueront à donner une idée de la richesse de ces manuscrits – et qui sait, à susciter l’envie de s’y plonger plus avant.

[1] Joseph Dunand, un trappiste exilé, le seul de sa congrégation encore présent dans la région à ce moment-là.

[2] Cahokia.

[3] La Baie Verte, aujourd’hui Green Bay

[4] C. Walker Gollar, « Catholic slaves and slaveholders in Kentucky », The Catholic Historical Review, Vol. 84, No. 1 (Jan., 1998), p. 42-62, et du même, « Father John Thayer: Catholic Antislavery Voice in The Kentucky Wilderness », The Register of the Kentucky Historical Society, 101, 3 (Summer 2003), p. 275-296 et « The role of Father Badin’s slaves in Frontier Kentucky », American Catholic Studies, 115, 1 (spring 2004), p. 1-24.

[5] Tangi Villerbu, « Vincennes (Indiana), 1795-1804 : convertir ou conserver ? Le travail du père Rivet », dans Pierre Ragon, dir., Nouveaux chrétiens, nouvelles chrétientés dans les Amériques (XVIe-XIXe siècles), Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2014, p. 277-300.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.