Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) et son journal, 1812-1821. 1ère partie.

En 2008, je cherchais à en savoir plus sur le père Joseph Babad, relais français dans les années 1850 de Joseph Cretin, évêque de Saint-Paul (Minnesota). Babab était un Chartreux. En juillet, je partis donc à Lyon visiter le lycée des Chartreux, qui arbrite les archives de la Société des Missionnaires du même nom, créée en 1816.

Le père Bruno Martin, supérieur de la Maison des Chartreux, m’accueillit alors très chaleureusement. Tout en reconnaissant que ses fonds étaient peu mis en valeur, il était très heureux qu’un chercheur s’en préoccupe et ne mit aucune limite à l’usage que je pourrais faire de mes trouvailles. Il me mena le long d’un couloir de l’administration du lycée, vers une vénérable armoire de bois qui regorgeait de vieux papiers du XIXe siècle. Au milieu de documents qui mériteraient largement que d’autres que moi se penchent sur leur contenu et leur sort, je trouvais assez rapidement les maigres renseignements sur Babad que j’étais venu chercher. Le père Martin m’annonça alors que si je m’intéressais aux Etats-Unis, il avait autre chose pour moi et il me sortit sept cahiers manuscrits, numérotés de 2 à 8, en me disant qu’il s’agissait du journal de Mgr Flaget, évêque de Bardstown (Kentucky) de 1808 à 1850. À la fois très surpris et plein d’excitation, je m’empressai de photographier intégralement les sept cahiers qui couvraient les années 1816 à 1821 de la vie de Flaget – dans une très belle salle boisée de la partie la plus ancienne du lycée, en tentant tant que bien que mal d’accrocher une lumière correcte pour que les clichés soient le plus nets possible.

Journal de Mgr Flaget, cahier n°2, année 1816. Maison des Chartreux, Lyon

Outre le projet sur le Minnesota qui finirait par constituer mon HDR, je travaillais à ce moment dans le cadre du projet ANR jeunes chercheurs « Mame », qui me finançait d’ailleurs cette semaine lyonnaise, en réalité consacrée aux archives des Frères des Ecoles Chrétiennes. La découverte du journal de Flaget était cependant grisante. Je pris immédiatement contact avec un éditeur, imaginant déjà une édition scientifique des cahiers. Je repris également contact avec l’Université Notre Dame (Indiana), qui m’avait accueilli quelque temps auparavant, où était conservé l’original de parties ultérieures du journal de Flaget : l’année 1812, faussement cataloguée « 1813 » et éditée en traduction dans une version expurgée en 1918[1] ; et une copie microfilmée de l’année 1815.

Puis je me suis donc attelé à la recherche des années manquantes entre le carnet de Notre Dame et les cahiers de Lyon. C’est à Louisville, dans les archives de l’archevêché, que je les ai trouvées. Le père Dale Cieslik[2] m’affirma d’abord ne disposer que d’une traduction effectuée par les Sœurs de Lorette de l’année 1814, traduction également disponible à Notre Dame ; mais quelques tiroirs ouverts plus tard, je me trouvai face à trois nouveaux carnets : l’un couvrait l’année 1814 (l’original de la version des Sœurs) ; les deux suivants, l’année 1815 soit les originaux des copies microfilmées conservées à Notre Dame. Nulle trace en revanche de l’année 1813 ni des années postérieures à 1821.

Le bilan peut être dressé comme suit :

Carnet ou cahier Dépôt d’archives
1er janvier 1812-18 novembre 1812 Archives de l’Université Notre Dame, Indiana
1er janvier-31 décembre 1814 Archives de l’archevêché de Louisville, Kentucky
13 mars 1815-30 avril 1815 Archives de l’archevêché de Louisville, Kentucky
22 mai 1815-21 juin 1815 Archives de l’archevêché de Louisville, Kentucky
1er janvier 1816-12 mai 1816 Maison des Chartreux, Lyon
13 mai 1816-30 septembre 1816 Maison des Chartreux, Lyon
1er octobre 1816-31 mars 1817 Maison des Chartreux, Lyon
1er avril 1817-25 février 1818 Maison des Chartreux, Lyon
1er mars 1818-6 août 1818 Maison des Chartreux, Lyon
9 août 1818- 27 août 1819 Maison des Chartreux, Lyon
17 septembre 1820-1er avril 1821 Maison des Chartreux, Lyon

 

L’ensemble est donc lacunaire : deux années complètes manquent, 1813 et la période courant d’août 1819 à septembre 1820 ; de même nous ne disposons pour 1815 que des mois de mars à juin : les mois de juin à décembre devaient être compris dans le cahier lyonnais numéroté « 1 », qui est perdu. Le journal ainsi reconstitué est également très parcellaire car Flaget arrive dans son diocèse en 1811 et y demeure comme évêque jusqu’à sa mort en 1850 : les cahiers ne couvrent donc que les premières années de son épiscopat. Le tout reste néanmoins exceptionnel : Flaget est à ma connaissance le seul évêque étatsunien au XIXe siècle à avoir laissé un tel écrit du for privé, à côté d’une abondante et bien connue correspondance conservée, là encore, à Notre Dame.

Benoît Joseph Flaget est né en 1763 à Contournat, en Auvergne. Orphelin, il bénéfice des entrées d’un oncle chanoine pour entamer une carrière ecclésiastique qui le mène à Saint-Sulpice. En 1791, il est en poste au petit séminaire d’Angers avec Jean-Baptiste David, natif de Couëron. Ils refusent, avec leurs collègues, la nomination du nouvel évêque et leur établissement est fermé. Les deux hommes vont alors profiter de la filière que lancent conjointement le supérieur de Saint-Sulpice, Emery et le premier évêque de Baltimore, Carroll. Pour Emery, il s’agit à la fois de relancer les missions et d’organiser la fuite des religieux face à la Révolution. Caroll de son côté a désespérément besoin d’un clergé pour son immense diocèse qui couvre l’ensemble des Etats-Unis[3]. Flaget et David traversent donc l’océan puis occupent divers postes en paroisse ou en séminaire avant que Flaget ne soit nommé évêque de Bardstown en 1808. Situé dans le Kentucky, le premier diocèse au-delà des Appalaches couvre la vaste région entre les montagnes, les Grands Lacs et le Mississippi. Sitôt nommé, Flaget appelle à ses côtés Jean-Baptiste David, qui prend en charge le séminaire diocésain. Si l’historiographie n’ignore pas les deux hommes quasi indissociables, elle demeure ténue et souvent apologétique : la seule biographie moderne de Flaget tient de l’hagiographie.[4] Quelques historiens étatsuniens se sont penchés sur le premier Ouest à l’époque de Flaget, mais sans s’appesantir sur l’homme et ses réseaux[5]. La découverte de son journal ouvrait de réelles perspectives.

 

Les volumes demeurés aux Etats-Unis se présentent sous la forme de petits carnets portatifs tandis que ceux conservés à Lyon sont de grands cahiers souples. La différence ne s’arrête pas là ; quand on compare la graphie des deux lots entre eux, on ne peut que constater que seuls les carnets des années 1812, 1814 et 1815 sont autographes. Ce sont bien les carnets que Flaget lui-même emportait partout avec lui. Ainsi peut-on lire après le 27 octobre 1814 : « Le journal ayant été égaré pendant quelques semaines on trouvera dans le cahier ci-joint la suite de mes opérations ». Flaget reprend son journal original au 4 décembre mais le cahier qu’il a tenu en attendant de retrouver ce carnet est perdu. On notera l’étonnante formule « on trouvera… », comme si l’évêque pensait à ses lecteurs, comme s’il pensait faire œuvre collectivement utile, ce qui interroge la notion de for privé.

Journal de Mgr Flaget, carnet de 1814. Archives de l’archevêché de Louisville

Les cahiers lyonnais sont d’une toute autre nature. Ils ne sont pas de la main de Flaget et ont tous été rassemblés sous une reliure identique reprenant un prospectus de présentation de la Cedar Grove Female Academy, école fondée par les Sœurs de Lorette à Louisville en septembre 1842. Le scripteur est inconnu : l’hypothèse David, séduisante, est exclue puisque celui-ci est décédé en 1841. A priori l’ensemble a été transcrit à partir des originaux aux Etats-Unis mais comment se sont-ils retrouvés à Lyon ? Mon hypothèse est la suivante. Entre octobre 1837 et avril 1839, Flaget est en tournée en France et au Piémont pour lever des fonds et recruter des prêtres. Il a embauché pour ce faire un secrétaire, Amédée Desgeorges, un prêtre de la Société des Chartreux, dont il deviendra le supérieur de 1856 à 1886. En 1851, aux lendemains du décès de Flaget, Desgeorges publie une vie de l’évêque rédigée à l’aide de ses notes personnelles et de la correspondance de son sujet, peut-être celle destinée à Saint-Sulpice et en tous cas, celle publiée dans les Annales de la Propagation de la Foi[6]. Nulle part il ne mentionne un usage des journaux mais peut-être est-ce lui qui a commandé en 1842 ou peu de temps après, une copie de la prose de Flaget qui serait finalement demeurée à Lyon sans que personne ne s’en serve jamais. Les originaux américains ont malheureusement disparu : impossible donc de savoir si la transcription est exacte, mais la teneur de l’ensemble laisse à penser que cette version lyonnaise n’a pas été expurgée et qu’elle est fiable, me laissant ainsi face à une tranche de vie de presque 10 ans d’un évêque français dans le Kentucky au XIXe siècle.

[1] Rev. W. J. Howlett, « Bishop Flaget’s  diary », Records of the American Catholic Historical Society of Philadelphia, 29 (mars 1918), p 37-59; (Juin 1918), p. 153-169; (Septembre 1918), p. 231-249.

[2] Que je remercie ici pour les journaux de Flaget et plus encore pour l’accès à la « bibliothèque de Flaget » que j’évoquerai nécessairement dans un prochain billet.

[3] Tangi Villerbu, « ‘Ramener une colonie de bons missionnaires’. Le recrutement de prêtres européens pour les Etats-Unis au 19ème siècle ». Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56-3 (2009), p. 33-65 ; Leflon Jean, Monsieur Emery, vol. 1, L’Ancien Régime et la Révolution francaise, Paris, Bonne Presse, 1944, p. 139-213 ; Christopher J, Kauffman, Tradition and Transformation in Catholic Culture: The Priests of Saint Sulpice in the United States from 1791 to the Present, New York, Collier Macmillan, 1988, p. 37-41.

[4] Charles Lemarié, c.s.c, Le patriarche de l’Ouest (Mgr Flaget). I. Avant l’épiscopat (1763-1810). Contribution à la biographie de Mgr Benoît-Joseph Flaget, (1763-1810-1850), premier évêque de Bardstown et Louisville (Kentucky, Etats-Unis) d’après des documents en partie inédits rassemblés par Charles Lemarié, c.s.c., s.l., 3 volumes. I. Avant l’épiscopat (1763-1810). II. L’évêque des bois (1811-1829). III. Le patriarche de l’Ouest (1830-1850). 1982. L’ouvrage n’existe que sous forme de tapuscrit, que j’ai consulté aux archives de l’archevêché de Rennes.

[5] Les plus récents sont John Dichtl, Frontiers of Faith: Bringing Catholicism to the West in the Early Republic, Lexington, University Press of Kentucky, 2008 et Michael Pasquier, Fathers on the frontier: French missionaries and the Roman Catholic priesthood in the United States, 1789-1870, Oxford; New York, Oxford University Press, 2010. Sur David, voir Gabrielle Guillerm, “Le Père David, Emigré et artisan d’une Eglise catholique authentiquement américaine », Enquêtes et Documents, 58 (2017), à paraître.

[6] Amédée Desgeorges, Monseigneur Flaget, évêque de Bardstown et Louisville. Sa vie, son esprit et ses vertus, Paris, Jacques Lecoffre & Cie, 1851.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.